En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

konrad

Ses blogs

Journal d’un incompétent.

Journal d’un incompétent.

Déambulations, soliloques et billevesées.
konrad konrad
Articles : 761
Depuis : 28/08/2009
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

De bric et d'broc en vrac.

De bric et d'broc en vrac.

Thomas Vanoost. photographe. J'habite, de passage, une époque imprévisible où se joue, grandeur planétaire, un acte inédit de l'histoire humaine où nous savons tout sur tout, ou presque, sans véritablement résoudre nos paradoxes. Les inégalités ne cessent de croître ainsi que la démographie. On se bat pour un pot de Nutella ; des gens d
"L'étoile soi."

"L'étoile soi."

Alesya Osadchaya. Photographe. Il est bien des expériences ; il est toutes sortes de clarté, de paradis. Ceci signifie-t-il toutes sortes de plans supérieurs de conscience ? Non. Au-dessus de ce que nous nommons l'état de veille, réellement au-dessus, il n'est qu'une cime : Moi révélé à Moi. Et l'ascension ne peut se faire progressivement,
"Une âme morte est une âme complètement habituée." (Charles Péguy)

"Une âme morte est une âme complètement habituée." (Charles Péguy)

Sergio Sartirana. Photographe. Je cherche mon âme. Afin de voir à quoi elle ressemble. A-t-elle la tête des oui dire ou du qu'en-dira-t-on ? Je veux la voir avant de la rendre. M'assurer de son état, La re-connaitre et fraterniser. Être enfin certain de ne pas parler à une ombre. Moi-même.
Travail, famine, patatras.

Travail, famine, patatras.

Xerfi Canal TV a reçu Raphaël Liogier, XXX, dans le cadre de la publication de son livre "Sans emploi : Condition de l'homme postindustriel". Une interview menée par Thibault Lieurade. Mieux comprendre, si possible, la situation et les enjeux. S'ouvrir à d'autres perspectives, sortir de la fétichisation du travail et décoloniser nos imaginair
Certains matins, je résonne...

Certains matins, je résonne...

Photo perso. (…) Pas réguliers, visage au vent, je me sens de plus en plus "fou" à mesure que j'arpente cette route du Sud (tantôt longeant la côte, tantôt dans les collines avec seulement de brefs aperçus de la mer), et des frissons d'extase me parcourent de la plante des pieds au sommet du crâne. Celui qui lit cela doit penser que j'exag
"Cette vie m'aime."

"Cette vie m'aime."

Esther Margraff. Photographe. Je me croyais, spirituellement, une chose complexe, et principalement double, disposée un peu comme les manèges de l'enfance, avec un centre, un axe - Je - et, à quelque distance, gravitant autour de ce monolithe, la nuée de mes pensées, de mes souvenirs..., mon univers intérieur. Et brusquement je découvre que
L'éclair me dure...

L'éclair me dure...

Alberto Ghizzi Panizza. Photographe. Comment dire ma liberté, ma surprise, au terme de mille détours : il n'y a pas de fond, il n'y a pas de plafond. René Char. Poèmes en archipel. Anthologie de textes. Folio .
Dérèglement climatique.

Dérèglement climatique.

Killian Schoenberger. Photographe. Mon esprit est si mal isolé qu'il me faut sans cesse l'alimenter. J'enfourne par brassées entières des paquets de mots et d'images. Livres, journaux, films, tout ce qui passe va dans le brasier. Mais cela brûle si vite que la chaleur s'évapore en flammèches. Sitôt les cendres tiédies je dois remplir l'âtr
"Le poids le plus lourd."

"Le poids le plus lourd."

Paul Serusier. Peintre. - Que dirais-tu si un jour, si une nuit, un démon se glissait jusque dans ta solitude la plus reculée et te dise : "Cette vie telle que tu la vis maintenant et que tu l'a vécue, tu devras la vivre encore une fois et d'innombrables fois ; et il n'y aura rien de nouveau en elle, si ce n'est que chaque douleur et chaque plai