Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Denis Montebello

Denis Montebello

Denis Montebello est né à Epinal, dans les Vosges. Il habite à La Rochelle. Procède en archéologue: lit les traces, les fossiles qui s'incrustent dans le présent.

Ses blogs

Le Blog de Denis Montebello ISSN : 2267-5914

cotojest.over-blog.com
Denis Montebello Denis Montebello
Articles : 297
Depuis : 15/10/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Le Styx

Le Styx

Le Styx existe, je l'ai rencontré. Sur la route de Solo. Où l'on nous attend, avec du chevreau, des cèpes, des fruits confits qui sont des girolles . Mais nous ne le savions pas encore. Nous ne l'imaginions même pas. Quand le Styx nous a arrêtés. Nous avons quitté un bref moment notre route pour voir ce qui se cachait sous ce nom. Si les «
CHEMIN DES BEAUX NOMS

CHEMIN DES BEAUX NOMS

Ce chemin existe. À Oléron ou dans mon souvenir, peu importe, du moment qu'il me revient. Il ne s'agit pas d'un faux souvenir, inutile de retourner sur le terrain. Je sais que les cold cases sont à la mode, mais là, je crains que sur le naufrage du Port-Caledonia il n'y ait plus rien à découvrir. Il a bien eu lieu, au large de Chassiron, le 2
En l'Isle d'Odes

En l'Isle d'Odes

L'Isle d'Odes apparaît au chapitre XXV du Cinquiesme et dernier Livre. Des faicts et dits héroïques du bon Pantagruel. Le cycle est terminé. Et c'est là que tout commence. Hier soir nous descendîmes, Rabelais et moi, en l'Isle d'Odes. Je me disais naïvement que ce serait une belle escale, avant de plonger dans le sommeil. De reprendre la nav
LES ENFRENEAUX

LES ENFRENEAUX

Aujourd'hui est un autre chemin. Du côté de Marans. Marans porte de plus en plus mal son nom. Traîne sa carcasse. Sur ce chemin de halage qui remonte (c'est le sentiment qu'il donne) vers la mer. Ou qui descend, si l'on suit le courant. Mais descendre, ici, ou remonter, ça n'a aucun sens. C'est le plat qui règne. En maître. Ce chemin suit le
COMBRAY

COMBRAY

Combray est un village imaginaire. Une création de Proust. Mais ce n'est pas une création ex nihilo. Il existe un Combray dans le Calvados, et c'est en Normandie que fait aussi voyager ce nom, avec sa syllabe finale qui sonne comme braie (le pantalon gaulois), brai ou brais (orge broyé pour la fabrication de la bière), ou encore Bray (le pays e
Noms de pays

Noms de pays

Les noms de pays , si chers à Proust, les noms de pays dont il entend et restitue comme personne la couleur m'ont toujours fait voyager. Cela remonte sans doute aux temps lointains, géologiques où je collectionnais les timbres. Où je faisais bouillir de l'eau dans une casserole, où je tenais l'enveloppe au-dessus de la vapeur, où j'attendais
OUTLANDISH

OUTLANDISH

« Mobby-Dick or The Whale À une exception près, Melville ne met pas de trait d'union pour désigner le cétacé. Il réserve ce signe typographique au titre de l'oeuvre. Certaines éditions de Moby-Dick comportent un trait d'union, d'autres pas (comme le fait Jean Giono, traducteur de l'oeuvre). » C'est le constat que fait ce matin Jalel El-Gha
CONNAIS TON MEME

CONNAIS TON MEME

C'est un phénomène inquiétant que le mème. Le mème Internet. Inquiétant par le nombre, parce qu'il se multiplie (c'est son principe, sa vocation de se reproduire à l'identique). Je parle de ces idées ou concepts qui envahissent le Web, l'encombrent, représentent un risque (de collision), un danger pour la circulation des vraies nouvelles.
La cathédrale de Justo

La cathédrale de Justo

Autor de la foto: Susana Giron On pense tout de suite, en découvrant cette Catedral de Nuestra Señora del Pilar , à la Sagrada Família . C'est ici, à Mejorada del Campo ( comunidad de Madrid ) comme à Barcelone, un projet fou, un édifice aux proportions gigantesques, l'œuvre d'un seul et de toute une vie, et un monument inachevé. Mais la c
CHEMIN DE CHEZ NAISSANT

CHEMIN DE CHEZ NAISSANT

L'insomnie, on l'a souvent noté, est le cadre privilégié à partir duquel Proust nous donne à lire son monde. Dans le tome 1, Du côté de chez Swann, dans la troisième partie, « Noms de pays : le nom », nous sommes d'abord dans les chambres de Combray, « saupoudrées d'une atmosphère grenue, pollinisée, comestible et dévote », et nous