En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Pierre Guiho

Ses blogs

Persistance Rétinienne

Persistance Rétinienne

Regards sur le cinéma
Pierre Guiho Pierre Guiho
Articles : 1115
Depuis : 24/08/2011
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Coffret Jack Arnold - Géant de la peur

Coffret Jack Arnold - Géant de la peur

La réédition en version restaurée dans un superbe coffret combo BR et DVD de Tarantula (1955) et L'homme qui rétrécit (1957) de Jack Arnold permet de découvrir ou redécouvrir deux œuvres majeures de l'un des maîtres de la peur. Auteur d'une vingtaine de longs métrages, le réalisateur de L'étrange créature du lac noir doit sa réputatio
Brothers of the night • DVD

Brothers of the night • DVD

Dès sa première séquence, Brothers of the night navigue entre réalité et fantasme. De jeunes hommes discutent sur les bords du Danube. Les lumières de la nuit les éclairent comme le feraient les projecteurs d'un studio. L'image rappelle les univers stylisés de James Bidgood ou Pierre et Gilles. Ni documentaire ni fiction, le long métrage d
Song to song

Song to song

Les constructions post-modernes dans lesquelles les personnages évoluent le plus souvent illustrent ce qu'est devenu le cinéma de Malick : un art bourgeois désincarné oscillant entre le ridicule et l'obscène. Song to song possède tous les travers de Knight of cups : une trame de roman Harlequin (cucuteries amoureuses, pensées à deux balles,
Dunkerque

Dunkerque

Tiré à quatre épingles, dans la veine du cinéma ripoliné à la Fincher, mais plus pictural (donc plus intéressant), forcément un peu pompier (toujours à la limite puis en plein dedans), Dunkerque affiche sa stylisation non réaliste lors d'une improbable séquence d'ouverture. Même si quelques sous-titres replacent le film dans son context
Brothers of the night • Jeu DVD

Brothers of the night • Jeu DVD

C'est gagné ! Jeu terminé. À l'occasion de la sortie DVD du film BROTHERS OF THE NIGHT , Persistance Rétinienne et Epicentre Films vous font gagner 2 DVD. Pour gagner, c'est simple : répondez à la question suivante : Dans quelle ville se déroule le film ? Le tout ici : Contact (et comme ceci) : Augmentez vos chances de gagner en aimantla PAG
Love hunters

Love hunters

La chaleur écrase la banlieue pavillonnaire sous une lumière blanche presque vaporeuse. Des plans au ralenti sur de jeunes joueuses de basket montrent ce que le regard du prédateur voit. Une voiture s'arrête au bord du trottoir, une voix féminine proposant à une adolescente de monter pour ne pas avoir à marcher au soleil. En quelques scènes
Go Fish • Jeu DVD

Go Fish • Jeu DVD

C'est gagné ! Jeu terminé. À l'occasion de la sortie vidéo du film GO FISH de Rose Troche , Persistance Rétinienne et OUTPLAY vous font gagner 5 DVD. Chicago, début des années 70. Il y a Camille, alias Max, écrivaine en herbe en quête du grand amour, qui ne cesse de rebattre les oreilles de ses condisciples avec son célibat, particulière
Juin 2017

Juin 2017

LES DERNIERS JOURS D'UNE VILLE Tamer El Saïd Riche, intelligent, bouleversant CRITIQUE Bon coup - 8/10 • Au cinéma le 28 juin THE JANE DOE IDENTITY André Øvredal Les distributeurs du film ont une nouvelle fois cédé à cette mode absurde consistant à remplacer un titre original anglais par une autre titre anglais, mais "français", sans que
Les derniers jours d'une ville

Les derniers jours d'une ville

Pensé, écrit et tourné avant le printemps arabe et la chute de Mubarak, terminé et monté ensuite à partir de 250 heures de rushes, le premier long métrage de Tamer El Saïd semble embrasser Le Caire pour donner à voir et ressentir toute son immensité. Fruit de collaborations puissantes, porté par un riche travail documentaire, Les dernier
Une vie • DVD

Une vie • DVD

Désormais, dès lors qu'il s'agit d'adapter un roman du XIXe siècle, l'approche naturaliste prime. Parfaitement légitime, avec pour volonté première d'aller à l'essentiel en évitant tout pompiérisme, cette démarche s'impose comme la norme d'un nouveau classicisme. Du roman de Maupassant, Stéphane Brizé ne garde donc que le déroulé roma