Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Guillaume et Marie

Guillaume et Marie

Ses blogs

VENI VIDI VIXI

"Ah, les français, ça voyage mal, c'est comme le reblochon !"
Guillaume et Marie Guillaume et Marie
Articles : 13
Depuis : 21/05/2013
Categorie : Tourisme, Lieux et Événements

Articles à découvrir

Chargé de la gestion des données et de la logistique

Chargé de la gestion des données et de la logistique

Comment expliquer de manière précise mon travail ? Il suffit de copier-coller ma fiche de poste, et le tour est joué ! Donc voici comment j'occupe mon temps depuis quelques semaines : Action on Armed Violence (AOAV) appui le Centre d’Encadrement et de Développement des Anciens Combattants (CEDAC) pour la mise en œuvre d’un projet d’aide
Banga, Teza et Kayanza :

Banga, Teza et Kayanza :

Le président a décidé que les deux jours fériés du samedi, dimanche seraient reportés aux lundi et mardi. Nous avons donc un weekend de 4 jours devant nous pour partir dans les terres. Samedi : Les travaux communautaires se terminent vers 10 heures. A 10h01, Nous voici donc sur l’avenue de l’Uprona, sacs sur le dos, à héler un taxi. Jou
Gishora, les tambours du Burundi

Gishora, les tambours du Burundi

A une dizaine de kilomètres de Gitega, après avoir visité le Parc National de la Ruvubu, neuf chaises nous attendent. Elles font face à cette immensité qui nous est devenue familière. L’homme s’habitue à tout, même au sublime. Face à l’habitude, le concept de sublime peut-il perdre tout son sens ? Le sublime se résumerait-il à l’
Orphelinat "Maison de l'espoir" - Ngozi

Orphelinat "Maison de l'espoir" - Ngozi

L'orphelinat a été créé en 2002 par la congrégation des Bene Maryia en collaboration avec la congrégation de la miséricorde à Moissac en France et une association italienne. Retour sur les pas de Magali ancienne volontaire dans l'orphelinat et aujourd'hui chef pédagogique du secteur primaire de l’École Française de Bujumbura. Parfois l
Sur les rives du lac Tanganyika

Sur les rives du lac Tanganyika

Vendredi, 14h. Nous voilà enfin dans le taxi d’Alberic qui emprunte le boulevard du 28 novembre en direction du sud de la ville. La semaine s’achève. Nous ne sommes pas mécontents de quitter Bujumbura. Il file, se faufile entre les voitures, sort sa tête, sermonne un chauffeur qui lui a coupé la route, grogne, accélère… Nous voilà à