En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Ch. Mazières

Ch. Mazières

Un premier recueil de poèmes disponible sur Scribd : http://fr.scribd.com/doc/120775317/Premices
Tags associés : poesie, poemes

Ses blogs

Poésie du caché

Poésie du caché

Un premier recueil de poèmes disponible sur Scribd : http://fr.scribd.com/doc/120775317/Premices
Ch. Mazières Ch. Mazières
Articles : 58
Depuis : 23/07/2009
Categorie : Religions & Croyances

Articles à découvrir

Retours

Retours

Tentative d'écriture, chaque jour vie plus libre Ecouter le cercle de lumière / Extérieur Constellée providence Harnaché de doutes / Désarmé d’impatience Ouvert à l’impossible reconnu comme tel Utile aux potentiels Voué dévoué re-connaissant toujours Au-dessus des temps Hostiles
Commencement

Commencement

 Que diraient ces êtres S’ils pouvaient nous comprendre ? Que tout a été / est / sera Splendeur, cœurs consumés Parfum et symphonie Que chaque nourriture puise ses étincelles Aux cristaux aériens  Que les hommes sont cruels Abattus chaque règne Jour attendu / inattendu A tort Vienne qui admire leurs chemins Eux auront déjà fui Port
Attente

Attente

Il existe un réel lien avec l'esprit du monde Il y eut les cris d'une lignée Présente à chaque instant Bien avant la création Le parcours de la terre La justice amie et le pain non levé Le courage en l'honneur Solitaire de la vérité Hors tous les masques Les bandages salis Musique Enveloppant les redécouvertes mathématiques Les amants cou
Téchouva

Téchouva

Criée dissonante au fond du silence Des silences Dévorées les surfaces de l’oubli Pleuré haut le bonheur des joies Repensée dans l’inconscient du déplacé La générosité Appliquée dans l’inconnu Etirées les mesures de l’horloge De l’attention A la fragilité Et aux bouquets offerts De clarté innocente Ou peut-être Ont-ils cons
 Être

Être

Revoir la neige qui vient fleurir la merPorter le sable qui engloutit l'aversePasser le sang sur le linteau des portesSe penser lettreRenaître sens Suivre le char de feu qui a franchi le fleuveEprouver l'amour qui agrandit les astresEcouter le souffle qui transperce l'écorceEchos des tempêtes qui deviennent unité Fidèle que personne ne voitRed
Jour nouveau

Jour nouveau

Le jour où nos regards se lèveront Vivants Sous les lettres et la beauté du monde Nous laisserons en paix Ses visages et son cœur ב Nous courrons pour donner L'emporter / regagner avec force Trouver les mots de rayons de lumière Dévaster les combats Tels de cristal sourds et aveugles aux perversions du crime ל Médiocres Ceux auxquels ils r
Millénaires

Millénaires

Il y a un seul D-ieu Il y eut deux penchants Trois Patriarches Quatre exils et Cinq Livres Le Chabbat de la Création La Terre d'Israël La traversée de la mer Avant que fût donnée aux hommes la septième loi et la neuvième année d’Osée, au royaume du nord Sept Bergers, l e coeur de Jérusalem La fiole d’huile sainte qui brûla huit jours
Pardon

Pardon

Merci pou r le soleil Et ces paroles pures Dans le miroitement d’une oasis Loin de nous Aujourd’hui est si tôt Dans l’ombre et le silence Des paroles ancrées Le parfum de l’hysope De la rose enneigée et du bois de charpente Du café et des fruits Sommeil de l’après-midi La danse des Alpilles dans la lumière-été Vint la courbure du
Rois

Rois

Tourné vers tant de rois en vain Regretté le regard Un avec le Mur de Sainteté Porté sur les montagnes Temps éternel D-ieu est présent Recouvrant les Nations Pour dire non à leurs saints D’aujourd’hui sans la flamme Continuité finalement L’élection est ailleurs Egalement être brisé ici / Jusqu’à quand Heureux qui des palais
Volcans

Volcans

Quelle lumière sur les montagnes Lorsque j'ai quitté cette Europe oubliée Combien d'images En si peu de jours M'auront en fait été données L’enfer est vide apparent, ruines volontaires Pourquoi alors réunis, symphonie au passé Ceux qui s’en nourrissent ? Plus haut, sauvage ou abyssal, terrestres Neiges brûlantes étendues des exploits