En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Eloïse Trouvat

Eloïse Trouvat

Journaliste le jour. Blogueuse la nuit. N'aime que le féminisme de Beauvoir. La poésie de Godard. Le cynisme de Gainsbourg. Et la main droite de Keith Richards.
Tags associés : actualites, alain delon, alex beaupain

Ses blogs

Mémoires d'une jeune fille dérangée

Mémoires d'une jeune fille dérangée

memoires.dune.jeune.fille.derangee.over-blog.com
Eloïse Trouvat Eloïse Trouvat
Articles : 977
Depuis : 04/12/2009

Articles à découvrir

Messe noire avec Noir Boy George

Messe noire avec Noir Boy George

Au départ, il y a cette chanson chopée à un concert. Ton oreille l'a déjà chopée ailleurs, il y a quelque temps. Tu sais, c'est comme quand tu crois reconnaître quelqu'un. Ton cerveau met un temps infini à retrouver le souvenir enfoui de cette personne. Mais ça ne marche pas cette fois-ci, ta mémoire en panne laisse place à l'instant pr
I Love le female gaze

I Love le female gaze

Je suis tombée amoureuse. D'un mec, d'une fille, d'une série. Je ne sais plus très bien. Je sais juste que le lendemain de cette rencontre, vite consommée en une nuit, je prêchais l'intelligence de cette série féministe et la plastique de rêve de Kevin Bacon à mon entourage – public plutôt peu réceptif au concept de « Kevin Bacon est
Nirvana et La Goinfrerie

Nirvana et La Goinfrerie

" NIRVANA NE PORTE AUCUN MESSAGE. Nous n'appelons à voter pour personne puisque nous sommes anti-establishment. Surtout pas républicains, mais pas vraiment démocrates non plus. D'aucun parti mais de toutes les parties, comme dirait l'autre. Ce qu'on combat avec Dave et Novie, c'est l'apathie du monde et notre flemmardise. Nirvana, c'est comme un
Voyage au bout de l'enfer

Voyage au bout de l'enfer

Putes. Voilées. Paradis. Déjà le titre faisait cohabiter des mots antinomiques. Inconsciemment ou pas, je n'ai pas trimballé le bouquin jaune aux quatre coins de la ville comme d'habitude. Il a juste connu comme trajet minime le lit et la baignoire. Car sûrement était-il le genre de bouquin dont le titre fait stupidement honte alors qu'il fau
Fin du mythe

Fin du mythe

C'est fini. Définitivement. A deux reprises on l'avait quitté et ça nous avait déjà crevé le cœur. De devoir attendre des mois pour les retrouver. De devoir envisager se consoler avec du bas de gamme. De supporter l’insipide dialogue des autres. Cette fois-ci, pas de troisième chance pour s'offrir une nouvelle parenthèse enchantée de le
Cannes, chronique d’un sublime mensonge

Cannes, chronique d’un sublime mensonge

Pour la toute toute première fois, j'ai mis les pieds à Cannes lors d'une quinzaine bien particulière, réalisant un rêve de gosse naïve devenue journaliste, cinéphile doté d'une cervelle tantôt groupie, tantôt critique. Cette expérience expéditive (48 heures sur La Croisette) je la raconte sur le site culturel d'une brillante et passion
Jackie à la lumière d'aujourd'hui

Jackie à la lumière d'aujourd'hui

Pourquoi se taper une histoire qu'on connaît déjà par cœur par amour des sixties et des histoires qui n'adviennent pas totalement ? Pourquoi se taper une histoire moins intéressante parce qu'elle est secondaire. Elle n'est pas lui (son mari), elle est encore moins l'amante sublime et chagrine (Monroe), et non plus celle qui tentera de sauver l
Monsieur & Madame Adelman : Bedos & Tillier nous enivre

Monsieur & Madame Adelman : Bedos & Tillier nous enivre

Il existe un dicton, du genre qu'on se sort régulièrement à chaque stupidité amoureuse comme une excuse bidon - du style « oui mais l'amour rend aveugle ». Celui porté au réalisateur de Monsieur et Madame Adelman est parfois de cette trempe. Vu que la majorité des gens se sont arrêtés à mater sa gueule d'amour copie-conforme à celle de
Dream baby dream

Dream baby dream

Star, 17 ans, vit dans la précarité au sein d'une famille dysfonctionnelle. Un père incestueux, une mère absente et deux petits frère et sœur à sa charge. C'est grosso modo le tableau des premières minutes d'American Honey d'Andrea Arnold. Si vous connaissez la cinéaste britannique, Star pourrait être une cousine éloignée de Mia, préc
Beauté « fatale »

Beauté « fatale »

« Je savais bien comment j'étais faite, et j'étais consciente de la matérialité brute de mon corps, mais pendant une grande partie de ma vie, je ne lui avais guère accordé d'importance. J'avais grandi avec les vilains vêtements cousus par ma mère, en n'ayant qu'une paire de chaussures à la fois et ne me maquillant qu'en de rares occasions