Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
GouxMathieu

GouxMathieu

Mes intérêts se portent sur la culture en général (musique, littérature, jeux vidéo notamment) et j'écris de façon régulière, tout en poursuivant une activité universitaire.

Ses blogs

Nulla Dies Sine Linea

Critiques de diverses petites choses, films, livres, bandes dessinées, et promotion de textes personnels.
GouxMathieu GouxMathieu
Articles : 432
Depuis : 21/02/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

The Thing (1982, John Carpenter)

The Thing (1982, John Carpenter)

Je reviens à Carpenter, ces derniers temps. Il ne m'a jamais vraiment quitté, qu'il s'agisse d'invasion extraterrestre ou d'une opération de sauvetage, aussi cela n'est-il pas surprenant que périodiquement, son œuvre se rappelle à moi. The Thing a gagné des places, dans mon cœur. Quand on parle aujourd'hui de The Thing, four critique comme
Solstice (1990, Software Creations)

Solstice (1990, Software Creations)

Je garde des jeux de mon enfance pour plusieurs raisons : soit parce qu'ils furent des coups de cœur puissant, soit parce que je les associe à tel ou tel événement de ma vie. Et puis, il y a Solstice, qui me terrifia absolument quand j'avais cinq ou six ans. Comme j'ai eu à le dire occasionnellement, c'est mon frère, de dix ans mon aîné, qu
Yakitate!! Ja-pan (2002-2007, Takashi Hashiguchi)

Yakitate!! Ja-pan (2002-2007, Takashi Hashiguchi)

Ce que j'aime dans le manga, c'est l'incroyable diversité des situations et des thèmes que l'on peut y trouver. Aux côtés des histoires d'action, qui demeurent de loin mes préférées, on y trouve des récits sportifs, sur l'univers du vin, sur l'histoire, sur tous les domaines de l'expérience humaine. Ici, l'on parlera de pain. J'ai suivi Ya
A few of my favorite things (2)

A few of my favorite things (2)

Comme je l'avais fait jadis, je propose ici une collection de quelques chansons que j'ai pu écouter ces derniers temps, sans parler d'albums, de musiciens ou de musiciennes. * Ce thème de l'URRS du jeu Super Dodge Ball (1989, NES) et composé par Kazuo Sawa est extraordinaire, et sans doute l'une des plus belles musiques de sa période. Elle capt
Resident Evil 4 (2005, Shinji Mikami)

Resident Evil 4 (2005, Shinji Mikami)

Alors que, plus de quinze ans après, ressortait en haute-définition cet épisode fascinant de la série de Capcom, je revenais à l'original sur Game Cube. On a oublié, peut-être, ce qu'il a représenté en son temps. Resident Evil 4 n'était effectivement pas qu'un épisode de plus. C'était l'épisode, celui qui allait tout révolutionner, et
Bob's Burgers (2011 - en cours, Loren Bouchard)

Bob's Burgers (2011 - en cours, Loren Bouchard)

Il faut le dire, la chute des Simpsons avait quelque peu laissé un vide en moi, qui n'attendait qu'à se remplir d'une nouvelle sitcom d'animation. Il y avait bien d'autres séries, mais elles n'étaient pas assez proches en esprit, elles ne rendaient pas les mêmes sentiments, quelque chose manquait. On me fit découvrir Bob's Burger s et, enfin,
Comment voyager avec un saumon (1992, Umberto Eco)

Comment voyager avec un saumon (1992, Umberto Eco)

Même si je ne m'en réclame pas nécessairement, la sémiotique ne m'a jamais totalement quitté depuis sa découverte, il y a une dizaine ou quinzaine d'année de cela. Mon travail grammatical s'en réclame parfois, mon analyse du jeu vidéo y trouve un cadre. Umberto Eco a été l'un de mes pionniers. On le connaît bien pour son activité roman
Peau d'Homme (2020, Hubert & Zanzim)

Peau d'Homme (2020, Hubert & Zanzim)

Comme j'ai eu à le dire quelques fois ici, les questions relevant du féminisme m'intéressent énormément, qu'il s'agisse de sa dimension historique, de ses propositions politiques, de ses différents courants. Lorsque je lus Peau d'Homme, je fus particulièrement emballé de voir ces sujets en bande dessinée. On comprendra très rapidement de
Boucan d'enfer (2002, Renaud)

Boucan d'enfer (2002, Renaud)

Je repense à Renaud, ces derniers temps. On pourra s'en moquer et regretter ces derniers morceaux, que je n'ai moi-même que peu goûtés, mais il reste un artiste important pour ma formation intellectuelle, poétique et sensible. Boucan d'enfer m'a accompagné pendant mes années d'adolescence, avec un grand plaisir. J'avais déjà parlé de deux
L'Avare (1668, Molière)

L'Avare (1668, Molière)

Jadis, à l'université, on m'avait présenté L'Avare comme une "comédie mineure" de Molière, au regard du Misanthrope ou du Tartuffe. Peut-être ; c'est cependant par là que je connus l'auteur, et le théâtre. Je rentrais chez Molière par l'Avare, et de deux façons : tout d'abord, par le collège, qui nous l'avait fait étudier. Il est vrai