Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
MathieuGoux

MathieuGoux

Mes intérêts se portent sur la culture en général (musique, littérature, jeux vidéo notamment) et j'écris de façon régulière, tout en poursuivant une activité universitaire.

Ses blogs

Nulla Dies Sine Linea

Critiques de diverses petites choses, films, livres, bandes dessinées, et promotion de textes personnels.
MathieuGoux MathieuGoux
Articles : 476
Depuis : 21/02/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Z comme Zorglub / L'Ombre du Z (1961/1962, Greg & Franquin)

Z comme Zorglub / L'Ombre du Z (1961/1962, Greg & Franquin)

J'ai eu parlé jadis de Spirou & Fantasio d'une part, de Greg et d' Achille Talon de l'autre. Je voulais cependant revenir un peu plus sur ce diptyque mettant en scène le plus truculent des antagonistes du groom, car il a été pour moi le premier, et il est pour moi encore le préféré. Je crois me souvenir, mais ma mémoire est flottante, que L
Germinal (1885, Émile Zola)

Germinal (1885, Émile Zola)

Plus je vieillis, plus je penche à gauche. J'avais déjà commencé assez loin ; mais la pente m'accélère. Zola, sans doute aucun, a participé dans mes années adolescentes à ce mouvement même si je ne l'exprimais pas ainsi. C'est une belle histoire, voilà ce que je voyais tout d'abord. Il y a dix ans, maintenant, je parlais du Bonheur des D
Die Hard (1988, John McTiernan)

Die Hard (1988, John McTiernan)

Les films d'action, et notamment les films d'action américain, ont fait partie de mon éducation au cinéma grâce à une mère peu scrupuleuse des recommandations d'âge des magazines télévisés. Après avoir parlé de Predator et de Last Action Hero , je reviens encore une fois à J. McTiernan et à l'un de ses chefs d'œuvre. La culture popul
Abbey Road (1969, The Beatles)

Abbey Road (1969, The Beatles)

Tout a une fin, à ce qu'on dit ; mais pour les Beatles, rien n'est moins sûr. Je suis toujours surpris de voir à quel point leur carrière fut brève, toutes choses égales par ailleurs : plus ou moins dix ans, selon la façon dont vous comptez ceci et cela. Et pourtant, pour moi, pour d'autres, c'est comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. D
Mithridate (1672, Racine)

Mithridate (1672, Racine)

Une tragédie racinienne, ma préférée, s'illustrait aux tout débuts de ce journal. Des quinze ans plus tard, je reviens au théâtre avec Mithridate qui est, et ce n'est pas une erreur, ma tragédie racinienne préférée. La tragédie, disait notoirement Anouilh, c'est l'affaire des Rois. Cela, je le savais depuis longtemps, c'était dans mes
L'Âge de Glace (2002, Chris Wedge)

L'Âge de Glace (2002, Chris Wedge)

J'ai grandi avec la révolution de l'imagerie 3D dans la culture populaire : je me rappelle être allé voir Toy Story deux fois, au cinéma. L'Âge de Glace était impressionnant à l'époque ; je lui trouve encore du charme et du chien. Je repensais, comme Blue Sky Studios n'existe plus, à ce film que j'ai assez vu dans mon adolescence. On en av
A few of my favorite things (3)

A few of my favorite things (3)

Cette semaine, je propose une fois encore une sélection de quelques morceaux que j'écoute ces derniers jours, sans ordre ni mesure. * Le jeu Gimmick! (ou Mr. Gimmick en Europe) est un platformer peu connu de la NES, mais qui a été redécouvert à l'époque moderne pour ses graphismes et son moteur de jeu, très impressionnant pour son époque,
Discworld Noir (1999, Perfect Entertainment)

Discworld Noir (1999, Perfect Entertainment)

Depuis quelques années maintenant, je streame occasionnellement de la vulgarisation en linguistique et des jeux vidéo, récents ou plus vieux. Je suis revenu tout récemment à Discworld Noir , auquel je n'avais pas joué depuis quelques années. Il s'agit, pourtant, du jeu qui aura le plus participé à ma sensibilité littéraire. Les jeux d'av
Space Quest IV: Roger Wilco and the Time Rippers (1991, Two Guys from Andromeda)

Space Quest IV: Roger Wilco and the Time Rippers (1991, Two Guys from Andromeda)

J'ai davantage grandi avec les jeux LucasArts qu'avec les jeux Sierra : quand je les découvrais, notamment avec Gabriel Knight 3, leur esthétique fort différente m'avait surpris, voire déplu. J'y suis depuis revenu, comme je considérais que cela manquait à ma culture générale ; à raison, car il y a des trésors partout. Plutôt Monkey Isla
Killing Joke (1989, Alan Moore & Brian Bolland)

Killing Joke (1989, Alan Moore & Brian Bolland)

Comme nombre, la mythologie de Batman m'a particulièrement fascinée depuis mes plus jeunes années. Je m'en suis détourné depuis — du moins, je me suis détourné de certaines de ses expressions — mais je mentirais si je disais que je n'y pense pas parfois. Killing Joke est célèbre : sans doute à raison. Bien sûr, j'ai déjà parlé et