En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Forator

Forator

Ses blogs

la Grammaire de Forator

la Grammaire de Forator

langue française et littérature
Forator Forator
Articles : 179
Depuis : 27/02/2010

Articles à découvrir

« Moi qui… », « toi qui… » et l’accord du verbe (suite)

Les écrivains et les traducteurs les plus réputés manquent aussi de vigilance. « L’album commence par Anna. Imagine donc, ô jeune ignare qui lit cela, un autre jeune ignare de ton âge, trois décennies plus tôt : moi, qui entends Anna pour la première fois. » (Frédéric Beigbeder, Premier bilan après l’apocalypse, éditions Grasset,

Interlude champêtre

« Dans ses Confessions, Jean-Jacques Rousseau évoque le souvenir maternel associé à la pervenche, qui joue là un rôle analogue à celui de la petite madeleine pour Marcel Proust. Ayant observé ces fleurs du temps de sa jeunesse heureuse auprès de sa mère à Chambéry, puis les ayant perdues de vue pendant des décennies, il éprouve un imm

Quatrième table des matières

131 - Première table des matières 145 - Deuxième table des matières 162 - Troisième table des matières 163 - Français langue trouée : exercice 164 - Prononciation nouvelle du « e » situé en milieu de mot 165 - Encore des trous 166 - Le destin du « ne » explétif 167 - Le destin du « ne » explétif (suite) 168 - Complément sur « ava

Comment s’écrit le subjonctif présent du verbe « voir » ?

Un peu partout, le subjonctif « voie » (que je voie, qu’il voie) est maintenant remplacé par la graphie « voit ». Et « voies » est devenu « vois », dans : que tu voies. La faute est particulièrement fréquente dans les livres pour enfants, fussent-ils publiés par des éditeurs réputés. Le lièvre joue un tour à l’éléphant et à

Déterminative ou explicative : nouveaux exemples

Le présent article fait suite à Déterminative ou explicative ? et à quelques autres billets de la même période. Le père d’une famille de pionniers qui s’est installée dans le Wisconsin a tué deux cerfs à la chasse. Le lendemain, il y a de la viande fraîche au repas : « C’était si bon que Laura aurait souhaité tout manger. Mais i

« Nombre de… » et « seul un nombre » : il y a du shimmy dans les accords

Faudra-t-il que nous disions : « Nombre de ses amis est venu l’accueillir », « Nombre de ses amis a trouvé son attitude pénible », etc., sous prétexte que le mot nombre est au singulier ? Mais nous l’entendons déjà, cette ineptie, et nous la lisons… Il paraît qu’une photographie a beaucoup circulé sur Internet. Elle montre l’un

Du shimmy dans les accords ? Essai d’explication

Une vingtaine de clients… La totalité des joueurs… La majorité des communes… Une minorité d’enfants … Pourquoi ce détour par l’abstraction ? Certes, il y a des cas où le détour correspond exactement à la pensée du locuteur ou du scripteur, mais le plus souvent nous employons ces formules quand nous voulions dire : vingt clients,

Archéologie : les répliques du discours direct réduites aux points de suspension

Drieu la Rochelle est-il l’instigateur de ces répliques notées « – … », que j’ai examinées dans Les maladies du dialogue de roman (1) ? Son roman de 1943, L’homme à cheval (éditions Gallimard), nous en fournit quelques exemples. Page 100 du volume de la collection Folio (1973) : Isabel eut un moment d’hésitation. Je m’efforça

« Moi qui… », « toi qui… » et l’accord du verbe (on n’en finit pas)

« C’était l’époque, juste après 1968, où le groupe “Makhno”, à Rennes, est le seul satellite qu’admet de loin le groupe parisien de l’Internationale Situationniste – “Faites un tour de piste et après on verra”, avait dit Guy Debord à l’un d’entre nous, plus âgé que moi qui, tout jeunot et venant de claquer la porte f