Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Petitalan

Petitalan

La photo, certes, mais aussi le texte. Un modeste petit talent.

Ses blogs

Le blog de petitalan

Au gré du vent, au fil du courant.
Petitalan Petitalan
Articles : 1808
Depuis : 30/05/2009
Categorie : Photographie

Articles à découvrir

T936 - Sur le gril.

T936 - Sur le gril.

936 - Sur le gril. Henri et Raoul, deux maquereaux francs compagnons, alors qu’ils fréquentaient certain jour les bas-fonds, se retrouvèrent en fâcheuse situation avec le feu aux fesses, vulgairement parlant. Évoluant d’ordinaire en eaux fraîches*, ils se désolaient, pestant d’avoir atrocement chaud, très chaud. « Mon cher Henri, enti
T938 - Autant en emportera le van.      (A&A et Cie n° 109)

T938 - Autant en emportera le van. (A&A et Cie n° 109)

938 - Autant en emportera le van. photo Yveline G. Écervelée que tu es, as-tu vu l’heure à laquelle tu rappliques au bercail. Hé ! tu as oublié qu’ici il y avait du boulot en pagaille ? Comme te voilà en fâcheux état ! Tu as tourné casaque ? Ta robe encore blanche il y a peu est de toutes parts tachée. Et la tunique n’est plus confo
T933 - A l'impossible nul n'est tenu.        (A&A et Cie n° 108)

T933 - A l'impossible nul n'est tenu. (A&A et Cie n° 108)

933 - A l’impossible, nul n’est tenu. Maintenant, il suffit ! Bientôt minuit, l’heure de regagner notre logis et de filer au lit. Tu vois bien qu’on n’y arrivera pas aujourd’hui. C’est trop haut pour toi, même si je te hissais sur mes épaules, tu joues petit bras. Ce n’est pas encore ce soir, loin de là, que l’astre de la nuit
T939 - Une fin dérangeante.

T939 - Une fin dérangeante.

Une fin dérangeante. On y va. De la première à la dernière. b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et enfin z Quoi ! Tout ce long parcours pour en arriver là, au Z, un bien triste débarras. Zut et zut ! Ce Z où on fourre tous les laissés pour compte : Les zinzin, zigomar, zigoto, z’hurluberlu, zozo, etc. MyZtère et myZsère. Apr
T940 - L'essentiel questionnement.

T940 - L'essentiel questionnement.

L’essentiel questionnement. Avant l’office, pendant et plus encore après se pose la taraudante question : « Quelle est donc la couleur des petites culottes des bonnes sœurs ? » Et de s’interroger, de supputer et de ricaner. Sont-ils polissons ces jeunes garçons « Rodrigue, as-tu du cœur ? Enfants de chœur, avez-vous du cœur ? » D’
T934 - Confinement.

T934 - Confinement.

Il faut passer le temps C’est tout un travail Il faut passer le temps C’est un travail de titan J. Prévert Histoires 934 - Confinement. 2020. Bouclés au logis, par ordre supérieur. Confinés, quoi ! Coincés entre quatre murs, pas un de moins, pas un de plus Sans négliger d’y ajouter plafond et plancher. Mais qu’est-ce que je fais là ?
T937 - Le bas d'Helen.

T937 - Le bas d'Helen.

Le bas d'Helen. Ah, les Caraïbes ! Il y aura le ciel, le soleil et la mer De (très) gros bateaux et de (très) beaux matelots Je ferai de l’épate du côté et tout autour de Saint Barth Mais dites-moi, comment se vêtir avant de se dévêtir ? Si je dois dévoiler mes arrières, pas de bévue. Les culottes petit Bateau sont d’office exclues
T931 - Par précaution.

T931 - Par précaution.

931 - Par précaution. « Il n’est pourtant pas dans votre nature De courir l’aventure à vive allure. Rappelez-vous l’adage : Qui veut voyager loin ménage sa monture. Hep ! de ce pas ordinairement moins pressé où vous rendez-vous Madame la tortue ? DR Je cours m’acheter des godasses Adidas à Go Sport ou Décathlon, ce sera selon. Deux
T932 - Une question d’appréciation.

T932 - Une question d’appréciation.

932 - Une question d’appréciation. Sur la berge, dubitatif, enroulant d’un doigt ses moustaches, le pêcheur se lamentait et s’impatientait : Au bout du jonc, petit ou gros, nul ne mordait. Minutes et heures passaient, en vain, Rien rien rien, pas même du menu fretin ! L’homme, ablettes et gougeons, chacun dans son monde, n’étaient d
T935 - L'important c'est la rose.

T935 - L'important c'est la rose.

935 - L’important c’est la rose. Et vous, Mesdames et Messieurs, de vous étonner de me découvrir en cette tenue De pied en cap, tout de rose vêtue. Rien que de plus normal car je suis une femelle, pas un mâle. Et les filles nous trouvons couveuses dans d’odorantes roses. C’est ma maman qui me l’a dit et appris. Et si maman l’a dit,