En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Darius Hyperion

Darius Hyperion

Poésie, sonnets, ballades, autres formes fixes, vers plus ou moins réguliers, rimes plus ou moins riches, essais de poétique, aide à l'écriture et correction de poèmes.

Ses blogs

Les Amertumes

Les Amertumes

Poésie, sonnets, ballades, autres formes fixes, vers plus ou moins réguliers, rimes plus ou moins riches, essais de poétique, aide à l'écriture et correction de poèmes. Darius Hypérion
Darius Hyperion Darius Hyperion
Articles : 265
Depuis : 30/03/2007
Poésies oubliées

Poésies oubliées

Poésies, poèmes et poètes oubliés. Bonne lecture. Darius Hypérion
Darius Hyperion Darius Hyperion
Articles : 162
Depuis : 30/08/2013

Articles à découvrir

L'Arbre de la Connaissance

{sonnet darique} C'est une Île aux Confins de l'Espace et du Temps Dont la Racine plonge au Cœur de l'Origine, Plus loin que la Mémoire, où Dieu seul imagine Les Êtres disparus de Futurs inconstants ; C'est le Pilier cosmique à la Cime androgyne, Père de l'Univers, Mère des Habitants Qui courent sa Ramure aux Bourgeons crépitants Vers les

4.1.VI. - L’Étoile qui file

UU─UU─UU─U UU─UU─UU─ Oh ! l'étoile qui roule, qui roule Dans les champs de l'azur éternel Et qui va s'effacer de la foule De ces astres qui peuplent le ciel ! Elle file, elle file, elle passe, Et traverse les plaines de l'air, Et moins prompt est l'oiseau dans l'espace Ou le dard embrasé de l'éclair. Et là-bas vers le gouffre de l'

Crime ordinaire

Ils ont coupé les Marronniers Qui donnaient de l'Ombre à l'École Parce que l'un d'eux, méchamment, Sur une chère Tête blonde, A libéré de pleins Paniers D'Obus pointus, sans Protocole. « Crime ! Justice ! Châtiment ! » Voici les Parents à la Ronde Vociférant et rancuniers. « Toi, l'Arbre, deux Heures de Colle ! Carnet ! C'est l'Averti

4.1.IX. - L'Hymne de l'artiste

Écrit devant le tableau de Louis Gallait : Art et Liberté. UU─UU─UU─U UU─UU─UU─ Si le ciel, des trésors de la terre, Si le ciel ne m'a rien dispensé, S'il plaça mon grabat solitaire Sous ce toit misérable et glacé : Dieu du moins m'a donné le génie. Ma richesse vaut celle d'un roi. Que la main du bon Dieu soit bénie ! Je suis
Averse et contre tous

Averse et contre tous

J'ai pris mon Pépin, pas ma Veste,Ni ma Tête oubliée, au Reste,Lorsque mon Portable a vibré : Inespéré ! Sous la Trombe qui les tabasseLes Passants cherchent, Mine basse,L'Abri d'un Porche, d'un Auvent ; Je marche au Vent. « Il pleut depuis Midi sans Trêve !T'es fou, tu vas choper la Crève ! » Trop tard, j'étais sur le Palier Dans l'Esca

L'Albatros en ville

Le poète est semblable au prince des nuées Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, L'Albatros Le Chancre de la Ville enfle dans son Réseau De Béton, de Goudron, d’Acier, de Verre et d’Homme Et d’Électricité qui la fait briller comme Un Astre pâle et froid sous l’Aile de l’Oiseau. Pour le Passant des Airs qu’importe le Fuseau, Le P

Maniérisme poétique

Il regarde ses Mains qui ne savent rien faire, Dix longs Doigts effilés sur deux Paumes sans Cal, Blanches honteusement, dans leur Port grand-ducal, De cette Oisiveté que l'Ennui leur confère. Pourquoi cette Impression d'être d'une autre Sphère Quand celles qu'il caresse en un Geste amical, Rêches comme la Ponce et larges d'un bocal, Se ferme

4.1.IV. - La Cloche du soir

─UU─U─UU─U ─UU─U─UU─ Cloche du soir, musique si douce, Seul au milieu du calme des bois, Seul je l'écoute, assis sur la mousse, L'hymne plaintif que chante ta voix. Cloche du soir, que j'aime à t'entendre, Rhythme charmant qui berces le cœur ! Rien qu'à ta voix, écho doux et tendre, Tout mon passé renaît dans sa fleur. Car, t

4.1.VII. - Fleur de mystère

UU─UU─UU─U UU─UU─UU─ Où faut-il la chercher sur la terre, Où faut-il la chercher dans le ciel, Cette fleur, cette fleur de mystère, Idéal complété du réel ? Vision dans mes rêves éclose, Dans quels bois pleins d'asiles secrets, Fleurit-elle, jasmin, lis ou rose, Loin du monde et des yeux indiscrets ? Pour trouver cette fleur in

4.1.XI. - Les Larmes du cheval du reître

U─U─U─UU─U U─U─U─UU─ Je suis le blanc cheval du beau reître. Le roi disait : « À moi ce coursier ! » J'ai dit au roi : « J'ai, sire, un bon maître ; « C'est l'homme au glaive, au casque d'acier. » C'était le vrai modèle des braves. Les chants des peuples citent son nom, Qu'au livre d'or des siècles tu graves, Ô Gloire, a