En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Darius Hyperion

Darius Hyperion

Poésie, sonnets, ballades, autres formes fixes, vers plus ou moins réguliers, rimes plus ou moins riches, essais de poétique, aide à l'écriture et correction de poèmes.

Ses blogs

Les Amertumes

Les Amertumes

Poésie, sonnets, ballades, autres formes fixes, vers plus ou moins réguliers, rimes plus ou moins riches, essais de poétique, aide à l'écriture et correction de poèmes. Darius Hypérion
Darius Hyperion Darius Hyperion
Articles : 265
Depuis : 30/03/2007
Poésies oubliées

Poésies oubliées

Poésies, poèmes et poètes oubliés. Bonne lecture. Darius Hypérion
Darius Hyperion Darius Hyperion
Articles : 162
Depuis : 30/08/2013

Articles à découvrir

4.1.VI. - L’Étoile qui file

UU─UU─UU─U UU─UU─UU─ Oh ! l'étoile qui roule, qui roule Dans les champs de l'azur éternel Et qui va s'effacer de la foule De ces astres qui peuplent le ciel ! Elle file, elle file, elle passe, Et traverse les plaines de l'air, Et moins prompt est l'oiseau dans l'espace Ou le dard embrasé de l'éclair. Et là-bas vers le gouffre de l'

La Fontaine de Caraouet

La Fontaine de Caraouet Est la plus charmante de toutes. Elle chante comme un rouet, La Fontaine de Caraouet ! Elle est si fraîche qu’Arouet Perdrait, en y buvant, ses doutes. La Fontaine de Caraouet Est la plus charmante de toutes. Ô Fontaine de Caraouet, Tu chantes sous de vertes voûtes ! Qui boit ton eau fait un souhait, Ô Fontaine de Cara

L'Albatros en ville

Le poète est semblable au prince des nuées Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, L'Albatros Le Chancre de la Ville enfle dans son Réseau De Béton, de Goudron, d’Acier, de Verre et d’Homme Et d’Électricité qui la fait briller comme Un Astre pâle et froid sous l’Aile de l’Oiseau. Pour le Passant des Airs qu’importe le Fuseau, Le P

4.1.IX. - L'Hymne de l'artiste

Écrit devant le tableau de Louis Gallait : Art et Liberté. UU─UU─UU─U UU─UU─UU─ Si le ciel, des trésors de la terre, Si le ciel ne m'a rien dispensé, S'il plaça mon grabat solitaire Sous ce toit misérable et glacé : Dieu du moins m'a donné le génie. Ma richesse vaut celle d'un roi. Que la main du bon Dieu soit bénie ! Je suis

9 ans

Ce blog a eu neuf ans le 30 mars dernier. Depuis un an, plus de mille pages y sont lues par mois. Pour une moyenne de 300 visiteurs dans la même période. Mes poèmes n'ont pas beaucoup de succès. Un commentaire en moyenne par trimestre. J'ai la faiblesse de croire que ces gens sont sincères. Mes articles les plus lus sont mes essais sur les rè
Averse et contre tous

Averse et contre tous

J'ai pris mon Pépin, pas ma Veste,Ni ma Tête oubliée, au Reste,Lorsque mon Portable a vibré : Inespéré ! Sous la Trombe qui les tabasseLes Passants cherchent, Mine basse,L'Abri d'un Porche, d'un Auvent ; Je marche au Vent. « Il pleut depuis Midi sans Trêve !T'es fou, tu vas choper la Crève ! » Trop tard, j'étais sur le Palier Dans l'Esca

Tu m'embrasses

Tu m'embrasses Contre ce Mur passant ; Le Peuple effervescent Se bouscule aux Terrasses. J'ai le Monde Et ton Cul dans la Main ; On peut mourir demain, Ma Tête vagabonde. Imagine Si je n'étais pas Saint Quand tes Pointes de Sein Me gravent la Poitrine. Par la Rue Nous visitons le Soir ; Puisse le Temps s'assoir Sous la Lune apparue. Tu m'entraine

4.1.VIII. - Les Genêts

Lasst euch pflücken, lasst euch pflücken, Lichte Blümlein, meine Lust ! Uhland. UU─UU─UU─ UU─UU─UU─U Loin des villes, ces cirques de bruit, Loin des villes, ces cirques de haines, Les bruyères ont vu dans leurs plaines, Vu fleurir le genêt, cette nuit. Tressons-nous, des fleurs d'or de nos landes, Mes amis, tressons-nous des guirla

Rondel à l'Espérée

Elle est l'Étoile au Quotidien Qui donne son Sens à la Vie, Et si parfois mon Nord dévie, Elle retend le Méridien. Quand le Sort se veut Tragédien, Blessant mon Âme inassouvie, Elle est l'Étoile au Quotidien Qui donne son Sens à la Vie. L'Hydre du Temps non euclidien Autour de ma Gorge ravie Déforme et tord son Exuvie ; Mais, hors de l'Hor

4.1.V. - En regardant les étoiles

UU─UU─UU─U UU─UU─UU─ La nuit tombe, et voici le silence, Et là-bas l'amoureux rossignol, En chantant, comme un luth espagnol, Aux rameaux des lilas se balance. Mais, quand l'air est si calme et si doux, Belle enfant, à quoi donc rêvons-nous ? Au milieu des étoiles qui brillent Dans les champs de l'espace azuré, Qu'est-ce donc que t