Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Philippe Michel

Philippe Michel

vive la retraite...

Ses blogs

poetamateur.over-blog.com

recueil de poèsies
Philippe Michel Philippe Michel
Articles : 695
Depuis : 05/04/2013
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Joyeuses Fêtes KATIA

Joyeuses Fêtes KATIA

J e veux te dire en cette période annuelle, " je t'aime" O btenir ton sourire est merveilleux, je lis dans tes Y eux resplendissants le bonheur d'être avec nous. E n cette fête de Noël, nous t'offrons ce petit présent U n geste qui vient profondément du cœur S entiments que j'espère partagé E tre ensemble est le plus beau cadeau de la vie
Confessions

Confessions

Se faire pardonner bien sûr on se confesse Homme ou femme, bien sûr, pas besoin de richesse Un petit abus de droite ou de gauche, ivresse Péchés sournois, ils peuvent être encore de jeunesse Notre abbé doit entendre et accepter l'espèce Cette énumération serait elle en finesse ? La scène qui se doit discrète, son bizness Laisse voir un r
Amour impossible   triple acrostiche

Amour impossible triple acrostiche

Amour impossible I mage de détresse A ngéliques passions S M éditons sur ce M essage que l'on voit là A P ensée brutale O u bien désir dans l'absolu U O n ne voit pas d'iss U e ils s'aiment, leitmotiv V S ourires et tend R esse se révèlent d'une grande E S agesse, entre c E s deux tourtereaux, point de gag G I l l'a supplie la fle U r à la
Plantes oiseaux  (triple acrostiche )

Plantes oiseaux  (triple acrostiche )

Plantes oiseaux (triple acrostiche ) P our bien jouer P ianissimo O Là-bas sur scène je Louangerai I A vec douceur les A cariâtres S N atives d'origine N amibienne E T on gentil petit rat T rottinera A E t bien sûr, ici et là, E ntraperçu U S ous de p'tits regards S uspicieux X **poètamateur copyright n 00052404

Paroles en écoutes P lace à ce monde du silence E A l'écoute du moindre bruit sec C R egarde cette bouche qui fait ho O On prête l'oreille mais pas de contenu U L es lèvres murmures un mot brut T E videmment tenu secret, l'ouïe venue E S atisfaite, baisse ses pavillons S **poètamateur copyright n 00052404
COMPLICITE

COMPLICITE

COMPLICITE La belle complicité des hôtes des bois Je suis noir comme ton regard pur et sans voix Tu brâmes à la saison, bien jeune encor, frisson Dans ton doux pelage, j'y trouve ma raison Des petits parasites en feront mon festin En duo, jalousé sans doute, mais vain Fait école d'autres que nous prospèrent en double La nature est ainsi fait

L'artiste rejouait L'artiste jouait, jouait sur ce piano noir La pénombre régnait en cette grande salle Assise en chambre, je perçu une musique De celles que l'on jouent et rejouent dans les bals Je suis à pas feutrés, la source pas banale L'artiste jouait, jouait sur ce piano noir Noir comme l'atmosphère inondant cette scène Sur la table ba
Sous le vent d'une dune

Sous le vent d'une dune

Sous le petit vent d'une dune Là bas je vois sur cette plage Bientôt éclairée par la lune Ce couple assis qui n'a pas d'âge Elle blottie dans ces grands bras Sous le petit vent d'une dune Frémissent ses cheveux teint prune Le vent se renforce, bien froid Se lève le sable, tempête Ils toussent, Le duo s'apprête Et, sous le vent de cette dun
Je ne suis pas le seul à espérer

Je ne suis pas le seul à espérer

JE rêve de toi, quel que soit le temps, jour et nuit NE t'effraie pas, plein d'amour je suis. SUIS mon regard, là-haut, dans ce ciel, qui nous sourit PAS un souffle de vent, pas même un bruit LE soleil se glisse entre ces nuages et luit SEUL, ce groupe floconneux, en position, me dit À l'oreille, mais surtout à ton cœur abasourdi ESPERER un a
Tu nous lis, là

Tu nous lis, là

Ce jour, de surcroit un dimanche Un livreur, il me dépose un bouquet Cette senteur qui envahit la maison blanche Un bonheur qui arrive qu'est que c'est ? Qu'est-ce que tu nous lis, là ? La carte jointe?, qui t'offre ce lilas? Rien ne laissait croire à cette heure Que cette fin de semaine serait différente des autres Une chose inattendue un peti