Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Charles CHATEAU

Charles CHATEAU

Je suis un aventurier, un homme qui est aussi « comme tout le monde ou presque ». J'ai la passion et le don pour sortir grandi des situations rocambolesques dans lesquelles je me mets.

Ses blogs

Le Rêve m'a fait Homme

Le Rêve m'a fait Homme

Ce blog parle du livre d'aventures : "Le Rêve m'a fait Homme" aux Editions St Honoré
Charles CHATEAU Charles CHATEAU
Articles : 46
Depuis : 28/04/2020
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Que du Bonheur

Que du Bonheur

Le Bonheur est le meilleur des remèdes selon le docteur F. de Bordeaux Du pur Bonheur est à retrouver dans "Le Rêve m'a fait homme" - Charles Chateau - Editions St Honoré
T'es pas capable ...

T'es pas capable ...

Juillet 1994, St Louis du Sénégal, Sénégal. Dans le cadre du CEFRER (Centre d'Etude, de Formation et de Recherche au profit des Enfants de la Rue) que nous venons de créer à Rufisque au sud de Dakar, je suis en mission de formation de l'équipe d'animation du programme "Enfants de la Rue". S'ils obtiennent des résultats significatifs et prob
Les amarres de la vie

Les amarres de la vie

" Le geste de celui qui délie une amarre, même symbolique, est le même. Qu'il se nomme Tabarly, Kersauzon, Mermoz ou Château, il sait qu'il ne sait pas ce qu'il fait. Et c'est ce pas vers l'inconnu qui fait battre son coeur". Charles Château - Le Rêve m'a fait Homme - Editions St Honoré - page 357 Même quand nous emmenons notre fille à l'
Un homme extraordinaire

Un homme extraordinaire

Benoit Duchâteau Arminjon était cadre dans l'hôtellerie. Dès août 1990, il mobilise la communauté française sur le problème des enfants cambodgiens réfugiés dans le camp thaïlandais de Site IIet et développe un programme d’aide pour 330 orphelins. Afin de se consacrer totalement à l'association qu'il vient de créer, il commence par
Il n'était pas malade !!!

Il n'était pas malade !!!

C'est en 1992 que je l'ai rencontré en Mauritanie, lors d'une fête organisée par Caritas, l'émanation internationale du Secours Catholique. Je ne sais plus son nom mais juste qu'il est venu me parler avec son grand sourire et ses yeux pleins de soif de vie et d'aventures. "Bonjour, moi c'est (?) et toi, comment vas-tu ?". Je lui répondis que j
Le Roi Jean

Le Roi Jean

"Une histoire n'est belle que si elle est partagée". Jean le Cam, dit le Roi Jean. Un de mes apôtres - marins préférés après Dieu Tabarly et son fils de Kersazon. Je partage de belles histoires et mes passions pour les vrais hommes dans Le Rêve m'a fait Homme, Charles Château, Editions St Honorés.
Tu étais IN SU PPORTABLE !!!

Tu étais IN SU PPORTABLE !!!

Tu étais IN SU PPOR TA BLE !!! Tu enfumais les bureaux des sponsors que je te cherchais avec tes cigarettes à deux balles, tu savais être capricieuse, coléreuse, "mante-religieuse" avec les hommes qui s'approchaient de toi, ... Mais tu débordais d'énergie, de vie, d'enthousiasme, ... Tabarly disait de toi que tu étais "un sacré marin". Quel
Un autre chemin ...

Un autre chemin ...

J'ai toujours, presque par philosophie, choisi dans ma vie la route la plus difficile. Le risque. L'extrême. C'est l'une des plus vieilles règles du monde que j'ai comprise lorsque je devais avoir 10 ou 12 ans : dans la vie, il y a toujours deux voies face à soi, une difficile et l'autre facile. Si on emprunte la plus dure, on a toutes les chanc
La même direction ...

La même direction ...

"Tous les hommes qui gravissent une même montagne regardent dans la même direction" m'a dit un soir de 1992, à Kiffa en Mauritanie, Théodore Monod. Officier de Marine, il en a découvert, par hasard, les sables et est devenu le plus grand spécialiste au monde de ce pays perdu entre Afrique sahélienne et Afrique sub-sahélienne. Moi aussi, mar
32 797,85 €

32 797,85 €

En 1982, dans une salle d'Annecy, une conférence sur l'action de deux orthopédistes de Médecins du Monde dans le camp de réfugiés Thaïlandais de Kao I Dong se finit. Toute émue, maman monte sur l'estrade et, emplie de fierté, leur remet un chèque de 6 000 Francs Français, une jolie somme pour cette époque où le SMIG était inférieur à