En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

"Vous pouvez me baver. Vous pouvez me cracher mon nom à la face. Vous pouvez me déchirer les entrailles, m’estourbir, me trahir, me cribler de dettes, si vous le voulez. Vous pouvez me haïr hargneusement, me travailler au corps, des semaines, des mois, des années... Je serai toujours là !"

Ses blogs

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.

Aristocratie du Vide & Sciences Exactes de l'Echec
Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr. Wilhelm Leonide Von Goldmund III Jr.
Articles : 96
Depuis : 13/03/2013

Articles à découvrir

Tu meurs, ma ligne...

Tu meurs, ma ligne...

Écorche-moi de tes griffes d’ange, parle-moi du temps qui ne passe pas Immonde-moi de ta présence, supplice à l’affreux célibat Donne-moi la chance que je n’ai plus, montre-toi dessous mon reflet Parle à mon ombre si elle te siffle, pleure à mon crâne s’il te plaît… Dévergonde-moi, tu meurs, ma ligne… prouve que tu ne fus jamai
L'œil était dans la tombe et regardait Laurent...

L'œil était dans la tombe et regardait Laurent...

Un choc intégral, viscér al même, oui ! Presque un cauchemar… cependant recouvré avec délice, comme nimbé d’un sucre acide et légèrement écœurant certes -de par le sujet un brin scabreux- mais si délectable en finalité. C’est l’humour noir de jais qui prime ici, mais en existe-t-il réellement un autre ? Car le voyage halluciné

Un soir d'hiver...

Je savais la Mort salope mais là elle frappe un grand coup, tout de même... en douce et dans le dos, un soir d'hiver buvard et grumeleux, brutal et brumeux, un 27 décembre même. Putain, quelle sale blague glaciale ! Toi, notre pote et camarade, tu pars déjà, sans sommation aucune ? Alors Monsieur P. fait maintenant officiellement partie -malg
L'Après-Toi

L'Après-Toi

Désormais les mots s’éveillent et flamboient d’abstinences obstinées Nos têtes, vidées par les défis, s’écoutent à présent s’essouffler La vie, farandole étoilée, dresse son chapiteau de velours Sur notre rire, brise échue, qui pointe dessous les matins sourds Ta braise est ma flore, ta fougue est ma foi, Tes yeux, faune errante
CATALOGUE 2017 DANTESQUE, CHATOYANT ET MERVEILLEUX

CATALOGUE 2017 DANTESQUE, CHATOYANT ET MERVEILLEUX

CATALOGUE 2017 DANTESQUE , CHATOYANT ET MERVEILLEUX (aussi redoutable que la Redoute des 3 Suisses, soit 11 raisons de se suicider illico… ) 1) "La Singulière Épopée de Bastian-Bastien Flippard" (1997) Disponible chez Bookelis Ce fantastique ouvrage se veut un mélange fort génial et habile d'autobiographie fantasmée et échevelée, de chron
Les Clairvoyants

Les Clairvoyants

Les clairvoyants, ceux qui ne dorment plus Fanfaronnent d'absence et ripaillent de fiel Ils broient le néant de leurs ongles ténus Et ils démultiplient la solitude du ciel Leurs rares amitiés sont tenues au secret Ou cantonnées, fauves, dans des recoins "modernes" Et sur l'écran complice de leurs nuitées obscènes Ils ecchymosent leur peine
Reprise au fil à couper le beurre de CE QUE CONTIENT LE CŒUR D'UNE FEMME...

Reprise au fil à couper le beurre de CE QUE CONTIENT LE CŒUR D'UNE FEMME...

Parce que la vie est parfois (pour certains mal lotis dont je fais éminemment partie) une soupe épaisse à la saveur souvent fadouille en diable, une fois n'est pas coutume et une botte de foin n'est point costume : je reprends mon roman -interrompu pour cause de semi-décès à la bière- sobrement intitulé "Ce que contient le coeur d'une femme
Aux Vieilles Branches...

Aux Vieilles Branches...

Ils sont compassés de compas calculateurs, Palpitants écœurés d’une équerre qui écarte Maçons francs de mes lézardes intérieures Leurs yeux ploient sous la tâche automate Spécimens harassés, piètres chevaux sans licols Dans cette époque pliée qui ne veut plus rien dire Ils trouvent pourtant la force de darder un sourire Vers le cra