Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Vendanges littéraires

Vendanges littéraires

Le jury des Vendanges littéraires (Bernard Revel, Marie Bardet, Sylvie Coral, Christian Di Scipio, Chantal Lévêque, Henri Lhéritier, Carole Vignaud) reçoit chaque année ses lauréats sous le platane. Pour tout savoir sur les Vendanges littéraires de Rivesaltes : www.vendangeslitteraires.com/

Ses blogs

Les Vendangeurs littéraires

Les Vendangeurs littéraires

Les lectures du jury des Vendanges littéraires de Rivesaltes (Bernard Revel, Sylvie Coral, Christian Di Scipio, Elisabeth Fita, Michel Gorsse, Chantal Lévêque, Carole Vignaud). Chaque année en octobre, le public a rendez-vous avec les lauréats sous le platane. Les Vendanges littéraires 2020 devaient avoir lieu les 3 et 4 octobre en présence de Jean Rouaud (prix des Vendanges littéraires), Jordi Soler (prix Jean Morer), Lucie Rico (prix Coup de foudre) et Sébastien Navarro (prix Odette Coste). Elles sont reportées, si tout va bien, au printemps prochain.
Vendanges littéraires Vendanges littéraires
Articles : 404
Depuis : 05/12/2012

Articles à découvrir

Une liberté de bergère

Une liberté de bergère

« Bergère des collines » de Florence Robert (Éditions José Corti, 195 pages) Je lis son livre en ces jours de forte tramontane et je l’imagine, elle, dans la garrigue, là-haut sur la Serre d’Albas, emmitouflée dans des couches de vêtements, obligée de suivre ses brebis qui courent au ras des arbustes, trouvant contre un genévrier-cade
A la table rabelaisienne de Mathias Enard

A la table rabelaisienne de Mathias Enard

« Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs » (Éditions Actes Sud, 400 pages, 22,50 €) Foutredieu, quel conteur ! Mathias Enard nous déboussole avec bonheur en nous conviant à son banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs. Celui qui nous avait habitués à regarder vers l’Orient passe à l’Ouest. Un Ouest très province ; un
Un parfum de scandale

Un parfum de scandale

(1956 – Collection 10-18 – 653 pages) Dans mon souvenir de pré-adolescente, Peyton Place était une série télévisée américaine à l’eau de rose, aux héroïnes dotées d’yeux de biche, ourlés de cils incroyablement épais. Leurs volumineux cheveux étaient parfaitement coiffés, graal dont j’avais déjà compris, à l’époque, qu
Joseph Delteil, la peste et nous

Joseph Delteil, la peste et nous

En 1924, avec deux livres, « Sur le fleuve Amour » et « Choléra », l’Audois Joseph Delteil a déjà conquis Paris. Juste avant « Jeanne d’Arc » qui obtiendra le prix Femina, il publie « Les Cinq sens », roman dont il situe l’action dans un avenir proche (1925). Exclu plus tard du volume des « Œuvres complètes » mais sorti de l’
Trois pionnières du sport à la radio

Trois pionnières du sport à la radio

« Nous étions trois » d’Hélène Legrais Éditions Calmann-Lévy, 372 pages, 19,90 euros. Elle n’en finit pas, la longue marche des femmes dont Françoise Giroud fixait, en son temps, le cap : « La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente ». Imagine-t-on un Tr
Le Camus d'Onfray

Le Camus d'Onfray

L'ordre libertaire. La vie philosophique d'Albert Camus Prix spécial Dixième anniversaire des Vendanges littéraires 2012. (Editions Flammarion, 595 pages, 22,50 euros) Albert Camus reste, plus de cinquante ans après sa mort, l’un des auteurs les plus lus. Mais le connaît-on vraiment ? Non, dit Michel Onfray. Sa gloire n’a pas empêché qu
P. Guimard : on ne ressemble jamais à sa vie

P. Guimard : on ne ressemble jamais à sa vie

« L’Ironie du sort » de Paul Guimard Éditions Denoël (1961), 156 pages, en poche Folio. Est-ce parce que le sort s’acharne et que les temps sont mauvais que l’on ressent le besoin de se plonger dans les romans du passé ? Les livres, récents ou anciens, même prisonniers de librairies aux rideaux involontairement baissés, auront toujour
A Michel Gorsse

A Michel Gorsse

A Michel Gorsse, éleveur de chevaux, écrivain, authentique Cabochard de l’If. Je marche. « Mon fantôme me regarde m’en aller ». Je l’abandonne dans cette maison où mon corps est confiné. Je marche dans ma tête. « Toujours à courir ailleurs l’esprit fait le triple du chemin ». Qu’importe, tout lui est possible. Je suis déjà ar
« ... Et je suis devenu Gilet jaune »

« ... Et je suis devenu Gilet jaune »

« Péage Sud » de Sébastien Navarro Editions du Chien Rouge, 300 pages, 13 euros. Sébastien Navarro s’est immergé des semaines durant au groupe des Gilets Jaunes qui ont manifesté au niveau du rond-point Péage de Perpignan sud. Il nous fait découvrir de l’intérieur, la réalité de ce mouvement spontané qui a fait trembler le pouvoir
Confidences confinées

Confidences confinées

Le premier confinement, je l’avais vécu comme une expérience intéressante. Il avait un petit parfum d’aventure singulière et exotique dans un lieu clos que je connaissais bien mais que l’habitude avait rendu invisible. Ne pouvant presque plus aller ailleurs où était censée palpiter la vie, je le redécouvrais. Et c’était agréable.