Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Lionel Degouy

Lionel Degouy

La fin du voyage, enfin. Quinze ans de peurs, d’angoisses, de révoltes utiles et inutiles, à l’échafaud de mes remords, de mes regrets, de mes impuissances débiles, au final ; tant nous sommes impuissants, honteusement incorrectes avec l’amour, la vie. J’aurais gerbé cent fois, j’aurais maudit le monde et Dieu, et j’aurais déjecté à la gueule même du diable. Je sais bien qu’il n’est plus possible de parler, d’écrire quoi que ce soit de révolté, de révoltant. Il n’est d’ailleurs plus possible d’écrire quoi que ce soit qui ne fût un jour écrit par je ne sais quel génie, par je ne sais quel abruti convenu. Je tente ici de faire face aux défis qui nous attendent, par l'abandon au larmes, l'amour du beau et de l'amour lui-même, ainsi que par la soumission aux filles du monde entier, tant il est vrai que ce chemin mène à l'accomplissement. L'amour, donc. Comme but et comme chemin. Malgré l'épreuve.

Ses blogs

Journal Intemporel

L'amour et le pardon comme politique
Lionel Degouy Lionel Degouy
Articles : 5
Depuis : 24/07/2018
Categorie : Politique

Articles à découvrir

Proposition du groupe Cassandre : on va s'aimer.

Proposition du groupe Cassandre : on va s'aimer.

On va s’aimer. C’est sûr. Et pour toujours. Un jour. Un jour de grand soleil, un jour de pluie. Un jour de guerre, un jour de paix. Un jour de haine. Un jour de peine, un jour de joie. Pour que nous soyons bien convaincus de l’infernale beauté du monde qui nous est offert. Mais aussi du monde qui vient. Celui qui sans détour vaincra. Ne se
L'amour et le pardon comme politique. Par Lionel Degouy.

L'amour et le pardon comme politique. Par Lionel Degouy.

L’amour et le pardon, la compassion, l’oubli de soi, l’abandon à l’autre, sont des postures éminemment politiques. C’est d’ailleurs l’amour seul qui nous invite à ces postures. Il est, de ce fait, présent en tout ce qui peut faire de nous des femmes et hommes libres. C’est acquis. Et la pertinence des différents messages humani
Au vide trop pronnoncé des choses. Par Lionel Degouy.

Au vide trop pronnoncé des choses. Par Lionel Degouy.

On va toujours bien mal face au vide trop prononcé des choses et des êtres. D’où que l’on se place. Et je reconnais que si plus rien ne m’émeus plus, hormis une fleur, un corps ou un visage de femme, ou bien encore un ciel bien lourd et conséquent qui si souvent les accompagne, je n’en demeure pas moins une belle crevure d’Automne, c