Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Tic & Tac

Tic & Tac

Tags associés : boulimie, depression, solitude

Ses blogs

Anorexie, Boulimie, Hyperphagie, Automutilation : à la recherche de la guérison

Anorexie, Boulimie, Hyperphagie, Automutilation : à la recherche de la guérison

Après des années de TCA et autres joyeusetés, nous avons décidé, à deux, de partager pêle-mêle nos citations, dessins et autres réflexions, afin de partager, de faire connaître nos troubles et de soutenir celles et ceux qui connaissent nos tourmenteurs
Tic & Tac Tic & Tac
Articles : 41
Depuis : 08/05/2017
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Superhéros : film vs rêves vs réalité

Superhéros : film vs rêves vs réalité

Je suis allée voir le dernier Avengers. Ça m’a d’abord redonné un peu de motivation : je venais de voir deux heures trente de héros qui n’abandonnent jamais, qui se relèvent encore et toujours pour sauver leur univers. Moi aussi, il me faut me battre pour ce que je veux. Puis ça m’a frappé comme un camion. Mes soucis sont tellement d
Triangle

Triangle

Texte écrit il y a un mois, sur le vif. Je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas posté à ce moment-là. Peut-être parce que, justement, c'était trop vif. Je suis chez des amis de mon frère. Je ne me sens pas légitime d’exister. D’être. Je suis empêtrée de ce que je suis, de ce que je fais, de ce que je pense. Mon système, qui s’est a
La vague

La vague

Corps vide. Corps plein. Corps creux, corps lourd. Un poids, deux mesures. Toujours une hésitation, un regret, une question, une envie, une pulsion. Un manque et une saturation. Du dégoût matérialisé en nourriture avalé avec la vitesse d’un oubli mécanique, comme si laver la mémoire viderait l’estomac, à la force dilapidée pour tenter

Colère invalide

Sept jours, chute, huit jours, chute, cinq jours, chute. Lutte, abandon, perte de repères, faire semblant, reprendre, ramasser une arme, s’appuyer dessus, s’apercevoir qu’on la tient à l’envers, ramper un peu, se relever d’un bond croyant voir une ouverture, chute, encore. Le chemin n’a pas de fin. S’il monte, s’il descend, je ne
Instable

Instable

Ma vie est sur un train dans des montagnes russes. L'instabilité est tout ce que j'ai à offrir. Les forces de la gravité me poussent en haut, en bas, ébauches de larmes, éclats de sourire, naissances, morts, renaissances. J'alterne les propulsions dans les airs et les crashs douloureux. Étrange binarité de la vie. J'oscille. Entre euphorie,
t'as déjà eu le cœur brisé ?

t'as déjà eu le cœur brisé ?

"T'as déjà eu le cœur brisé ? -non" Tu m'as dis, "je te le souhaite pas". Je t'ai dis, ce que j'aime chez toi c'est que t'es vrai, t'es sincère. Putain. Putain. Putain. Putain. Putain. J'ai le cœur écrabouillé, là, dans un coin, il flotte, j'ai envie de vomir, peut-être qu'il va sortir de moi, s'écraser sur les pavés, mon cœur et mon e
Dire

Dire

Comment dire ? Comment dire l'indicible, l'inexprimable, l'ineffable souffrance ? Comment dire ces mots comme des lames, comment ne pas les lancer comme des poignards ? Est-ce qu'il vaut mieux blesser en voulant se taire, est-ce qu'il vaut mieux écorcher la peau des amours avec les mots trop durs ? Faut-il laisser ces mots entailler l'espoir, dés

Ce n'était pas fini

Je pensais qu'on en avait fini, elles et moi. Qu'elles étaient parties, pour de bon. Je pensais que je n'avais plus besoin de ces béquilles pour tenir droite. Car c'est de ça dont il s'agit : tenir. Droit, un peu bancal, subtilement voûté, plié en quatre, ratatiné, mais tenir. Une parenthèse enchantée, de plusieurs mois dans une effervesce
Obsession

Obsession

Je ne sais pas à quoi les gens pensent. Moi, j'y pense tout le temps. Je ne me définis plus que par ça. Que ce soit un oui ou un non à cette question qui m'emplit, mon temps en est dévoré. Insensiblement tout tourne autour, s'acharner à ne pas le reconnaître, fière que je suis, c'est un beau déni. Pourquoi beau ? Parce qu'il y a sans dout
Leçons estivales

Leçons estivales

L’année dernière, j’ai appris que je ne pouvais distancer mes problèmes. Pas plus que je ne pouvais les poser quelque part et partir sans eux. J’ai eu la chance de faire de longs voyages, dont j’ai finalement peu profité, et quand je l’ai fait je ne pouvais me dépêtrer d’un goût amer dans la gorge. J’ai déménagé deux fois ma