Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

L'Orpailleur

L'Orpailleur

IL EST DES TEMPS OU LE TEMPS N'EST RIEN

Ses blogs

L'ORPAILLEUR ET L'ALBATROS

L'ORPAILLEUR ET L'ALBATROS

Alors, quelques décennies après, quand on s’intéresse à la philosophie de la vie et à plus forte raison aux conséquences de la sienne, les questions du temps qui passe et de celui qui nous est imparti vous deviennent essentielles car elles posent le problème de l’engagement et de la conduite de cet engagement. Le temps qui passe vous donne l’image d’une certaine certitude et pour certains, d’une certitude certaine. La certitude serait-elle une libération où une simplification ? La dépossession de la certitude passerait-elle par le doute, par l’acceptation, par l’imagination ?
L'Orpailleur L'Orpailleur
Articles : 129
Depuis : 03/09/2018

Articles à découvrir

N’EMPORTER QUE LE NÉCESSAIRE

N’EMPORTER QUE LE NÉCESSAIRE

Habitué à chevaucher les crépuscules pour attendre mon heure et pour résister à l’hécatombe dans mes futures tranchées, je m’accroche à ces lignes, lisse ces mèches, m’enroule de ces effluves et aussitôt dégage en touche rien que pour avoir le plaisir d’y revenir ! Ecrire aussi ! Pour retrouver ma raison et accepter de vendre mon
LA PLUME ET L’ENCRIER

LA PLUME ET L’ENCRIER

Eclairé par le soleil de notre midi libre ou, et selon, plein d’ombres souveraines de vos minuits d’ailleurs, l’ouvrage d’un artisan de l’écriture consiste à ciseler ses textes comme le fait l’Apprentis qui taille inlassablement sa pierre brute. Si une partie de la matière première peut apparaitre convenable mais ne colle pas à l
DIS MOIS QUE L’HUMANITE N’A PAS PU DISPARAÎTRE DE CETTE TERRE

DIS MOIS QUE L’HUMANITE N’A PAS PU DISPARAÎTRE DE CETTE TERRE

Dis moi pourquoi ruissellent au revers de ma mémoire ces centaines d’épisodes amoncelés dans une belle pagaille et qui reviennent sur le tard en ordre de bataille ? Dis moi pourquoi mes souvenirs défilent au pas cadencé le temps de mes démissions et de mes funestes pertes ? Pourquoi mes afflux de lignage condensent les heures oubliées et r
ANCRE DE CHINE

ANCRE DE CHINE

Mes entretiens, qui se devaient de passer par la complicité et l’exigence, peuvent offrir des éclaircissements sur l’œuvre qui n’a rien de passagère. C’est le cas ici puisque je me retrouve au plus près de la délivrance par le désir de me décrire en homme authentique. Alors, bien évidemment, j’arrive à me satisfaire de ma mémoi
SI TOUS LES GARS DU MONDE

SI TOUS LES GARS DU MONDE

Une crise violente secoue notre monde, mon pays, mon village jusqu’au fond de ma rue. Beaucoup ont suivi les mots d'ordre de despotes aveugles avec les ruineux résultats que l’on déplore : la Misère. Ici et là, cette misère témoigne de la folie de vaines ambitions et des projets mégalomanes de chefs oublieux de leurs racines et de leur c
A TANT VOULOIR AIMER 

A TANT VOULOIR AIMER 

Je suis venu m'échouer une fois de plus sur cet écran où sèchent mes lignes. Je ne me fais plus d’illusion quant à une éventuelle assistance de mon clavier mais je continue secrètement à imaginer des mots, à frapper pour colmater dans l’ombre les encoches mutines dont je suis lardé dès la dernière séquence. Trouver le mot, le mot j
DE LA SEYNE SUR MER

DE LA SEYNE SUR MER

J'ai été très honoré de vous suivre cher Monsieur SERRES Je devais avoir un peu plus d’une quinzaine d’années quand 2 phrases sont venues se flanquer au coin de mon existence pour ne plus la quitter. Celle de Montaigne : « J’aime mieux forger mon âme que la meubler » et puis celle de Pascal : « Rien n’est si insupportable à l’ho
ÉLOGE DE L’EXIL

ÉLOGE DE L’EXIL

Il est 5 h, la vie s’éveille… et le fleuve s’infiltre dans les raisons. Rien ne s’éveille et pourtant je sais qu’il y aurait en moi du tapage en avant-garde ! Je suis enfermé dans ma piaule du haut à remanier ces lignes sans véritable inspiration. Mes premières sentences journalières se pointent sur les pointes ! Mes premières pen
UN SOLEIL IMPLACABLE

UN SOLEIL IMPLACABLE

Parce que je n’ai jamais supporté de me satisfaire d’une morne existence et que je sais que l’entêtement à me dérouter d’un prétendu essentiel est la cause de mes plus grands tourments, j’ai décidé de troquer mes artifices contre ceux d’un courtisan de la vie ! Cette vie qui m’a été confiée par ceux pour qui j’ai la plus g
COMME UNE ENVIE D’AILLEURS

COMME UNE ENVIE D’AILLEURS

Réfractaire à tout pouvoir et donc à toute absolution, il n’est pas né celui qui engagera ma courte existence de papillon à la conscience trop envahissante, celui qui m’ôtera l’envie de survoler d’un battement d’aile ce parcours chaotique pour re-découvrir toutes les vérités oubliées ! Et puis, pour tout te dire, mon cœur s’e