Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

L'Orpailleur

L'Orpailleur

IL EST DES TEMPS OU LE TEMPS N'EST RIEN

Ses blogs

L'ORPAILLEUR ET L'ALBATROS

L'ORPAILLEUR ET L'ALBATROS

« Libre est celui qui, ayant regardé en face la nature de l’amour, ses abîmes, ses passages à vide et ses jubilations, se met en marche, décidé à en vivre coûte que coûte l’odyssée, à n’en refuser ni le naufrage ni le sacre. Libre est celui qui est prêt à perdre plus qu’il ne croyait gagner. Libre est celui qui est prêt à honorer son serment dans la traversée d’une vie respectable afin de devenir, un jour, peut-être, un ETRE tout simplement accompli »
L'Orpailleur L'Orpailleur
Articles : 98
Depuis : 03/09/2018

Articles à découvrir

L’EXQUISE ESQUISSE Il est temps que je me casse hors du village pour relire l’espace grandiloquent des vignes vieilles. Je monte et descends les rides qui creusent la face polie de mes collines bientôt vertes de solitudes printanières. J'effleure le dos rond des pierres érodées par les pluies, les vents et les soleils accablants. Je marche
EN QUÊTE DE LIBÉRATION

EN QUÊTE DE LIBÉRATION

EN QUÊTE DE LIBÉRATION Comme si tout se devait d’aller lentement dans son contraire. Comme si son ascension était définitivement enrayée. Comme si rien ne pouvait l’éloigner de ses amours rétrécis qui la compriment, aux silences qui s’installent faute de savoir le dire, à la vieillesse qui s’incruste délibérément. Comme une arti
ARCHITECTE D’INTERIEUR

ARCHITECTE D’INTERIEUR

Il me semble que pour trouver quelques réponses à cette multitude de questions qui m’envahie, je me dois de me confronter à la part la plus sombre de moi-même et acquiescer ce que peu d’entre nous acceptent de vivre : « suivre le chemin de ce qui nous fait peur plutôt que de s’engluer dans un quotidien trop rassurant ! ». Il me semble
QUE SUIS-JE DONC VENU CHERCHER ?

QUE SUIS-JE DONC VENU CHERCHER ?

Je ne pensais pas que mes écrits seraient autant annonciateurs et qu’ils allaient raviver mon esprit souvent mélancolique ainsi que celui de mes liseurs qui ne l’est pas moins ? Alors, je m’ébrèche de mes écrits pour rejoindre l’exil que certains voudraient glorifier alors qu’il n’est pas viable. Charge essentielle et ensoleillée,
ENIVREZ-VOUS

ENIVREZ-VOUS

« Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous! Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe ve
DES MOTS QUI ÉCLABOUSSENT LE SILENCE

DES MOTS QUI ÉCLABOUSSENT LE SILENCE

Printemps des poètes que l’on prétend disparus alors qu’ils guettent toutes perspectives qui se dessinent. Printemps des hommes en grisaille alors qu’ils ne sont que fleuris. Signe d’espérance ou événements festifs. Sans omettre cette résurrection de la nature. Non, il ne suffit pas d'avoir un imaginaire bien fourni pour pouvoir écri
EN MON INTIME CROYANCE 

EN MON INTIME CROYANCE 

Au-delà du confidentiel, de la pudeur, de la mesure, de l’infraction peut être, il y a le temps qui s’enfuit jusqu’au vertige, l’urgence d’aimer et d’être aimé, le refus des compromis et du qu’en dira-t-on pour laisser la place au temps de choisir à sa place ! Repousser les limites, attendre que les situations se dénouent d’el
UNE TRISTESSE INCONSOLABLE CRIÉE EN SILENCE

UNE TRISTESSE INCONSOLABLE CRIÉE EN SILENCE

Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emp
LE BLUES EST UNE MUSIQUE DE PAUVRES

LE BLUES EST UNE MUSIQUE DE PAUVRES

Ce matin, j’ai pris soin de me dénuder l’esprit tendu vers un ciel qui m’ignore et de maudire parfois l’envergure de mes pensées. En bas, à droite de mon écran, juste l’heure qui tourne et me détourne des sentiments qui ont précipité ma crise déprécative ! Une fois encore, je me cale dans mes écrits et je suis étonnamment calme
OMBRES AMÈRES

OMBRES AMÈRES

Il me pousse de l’amplitude dans mes élans du cœur. Je voudrais qu’il cesse de battre, là, tout de suite pour enfin avoir la paix avec moi-même, alors que je trépigne de mon devoir de guérir. J’ai besoin de dire dans l’ombre amère que j’ai peur aussi de ce qui m’attend. Je crains de passer de l’autre côté et de m’écraser d