Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Fred Pougeard

Fred Pougeard

Ses blogs

La proximité de la mer

La proximité de la mer

"Tout vers devrait avoir deux devoirs : communiquer un fait précis et nous atteindre physiquement comme la proximité de la mer." Jorge Luis Borges
Fred Pougeard Fred Pougeard
Articles : 269
Depuis : 10/10/2016

Articles à découvrir

On dirait qu'une ampoule immense et blanche

On dirait qu'une ampoule immense et blanche

On dirait qu'une ampoule immense et blanche au ciel lentement se balance. Ô ! Toutes ces îles vident qui dérivent. Ô ! Ces bras du fleuve transformés en étang et notre solitude visible sur la carte. Comment ne pas avoir peur ? Franck Venaille, Descente de l'Escaut. Editions Obsidiane 1995
L'idéale maison

L'idéale maison

J’AI BÂTI L’ID É ALE MAISON à Elisabeth Rohmer Je l'ai proférée en pierre sèches, ma maison, pour que les petits chats y naissent dans ma maison, pour que les souris s'y plaisent dans ma maison. Pour que les pigeons s'y glissent, pour que la mi-heure y mitonne, quand de gros soleils y clignent dans les réduits. Pour que les enfants y jou
Salut

Salut

Elle fuit l'île Et la jeune fille se remet à gravir le vent et à découvrir la mort de l'oiseau prophète À présent c'est le feu soumis À présent c'est la chair la feuille la pierre perdus dans la source du tourment comme le navigateur dans l'horreur de la civilisation qui purifie la tombée de la nuit À présent la jeune fille trouve le ma
Un mot

Un mot

Un mot, une phrase — ; des lettres montent vie reconnue et sens qui fulgurent, le soleil s’arrête, les sphères se taisent, tout se concentre vers ce mot. Un mot — un éclat, un vol, un feu, un jet de flammes, un passage d’étoiles — puis à nouveau le sombre le terrible dans l’espace vide autour du moi et du monde. Gottfried Benn, Po
Brûle

Brûle

Brûle tout ce que tu peux : les lettres d’amour les notes de téléphone la liste des vêtements sales les actes et les certificats les confidences des collègues irrités la confession interrompue le poème érotique qui ratifie l’impuissance et annonce l’artériosclérose les vieilles coupures de journaux et les photographies jaunies. Ne l
Why do I hate that lone green dell ?

Why do I hate that lone green dell ?

A. G. A. D'où vient ma haine pour ce vert vallon secret Enfoui au creux des landes et des monts sauvages ? C'est un site que je n'aurais que trop aimé Si seulement je l'avais vu dans mon jeune âge. Des os blanchissent là dans l'ardeur de l'été, Mais telle n'est pas la raison, nul ne peut dire, Non, personne, —un seul excepté— ne peut tra
Le soleil s'est levé     — encore —

Le soleil s'est levé — encore —

Le soleil s'est levé — encore — J'embarque dans La jonque allumée des sapins — encore malgré les embruns de l'âge — Cap haute mer Là-bas dans le bocage — encore malgré les récifs d'habitude — J'écope avec Un nid de geai Le trop plein d'angoisse Vigie là-haut Un écureuil signale une île — encore malgré l'inévitable — Rob
Rien de plus/Nie więcej

Rien de plus/Nie więcej

Il faudrait que je dise un jour Comment j’ai changé d’opinion sur la poésie Et pourquoi je me considère à présent Pareil à l’un de ces artisans du Japon impérial Qui composaient des vers sur les cerisiers en fleur, Les chrysanthèmes et la pleine lune. Si j’avais pu décrire comment les courtisanes vénitiennes Avec un roseau taquine
Le vieux cheval gris des Éparges

Le vieux cheval gris des Éparges

Juste comme j'émerge au soleil, un sifflement fond sur moi, brisé aussitôt qu'entendu par une explosion assourdissante qui frappe ma nuque comme d'un coup de poing. L'obus est tombé derrière l'école, dans un jardin. Je me suis collé au mur, pendant que des cailloux et des mottes de terre, projetés par-dessus le toit, dégringolaient en trom
La Noce

La Noce

De l'autre côté de la cour, Pour festoyer jusqu'au matin Chez la mariée les invités S"en sont allés, avec un accordéon. Derrière les portes de la maison Garnies de feutre D'une heure à sept se sont tus Les éclats des bavardages. Mais à l'aurore, en plein sommeil, Quand on ne songeait qu'à dormir, L'accordéon a résonné encore, Au sorti