En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Fred Pougeard

Fred Pougeard

Ses blogs

La proximité de la mer

La proximité de la mer

"Tout vers devrait avoir deux devoirs : communiquer un fait précis et nous atteindre physiquement comme la proximité de la mer." Jorge Luis Borges
Fred Pougeard Fred Pougeard
Articles : 112
Depuis : 10/10/2016

Articles à découvrir

Aimer, être aimée...

Aimer, être aimée...

Aimer, être aimée ! Nos actes sont pathétiques. A l'époque où j'étais en seconde ou troisième année, à l'école de filles, dans une composition de grammaire anglaise, nous fûmes questionnés sur l'actif et le passif des verbes. Frapper, être frappé ; voir, être vu. Parmi bien des exemples de cette sorte brillait ce couple de mots : aim
Kami Hikôki/L'avion en papier

Kami Hikôki/L'avion en papier

Il suffit de quelques mots si peu satisfaisants soient-ils, venus de rien et qui prennent forme comme des composés chimiques pour que je retrouve mon calme Mais parfois je pense que dire ces choses-là maintenant n'avance à rien Parfois je me demande même si je ne suis pas en train de me fourvoyer Quelqu'un vient de lancer un avion en papier de
L'oubli

L'oubli

J'oublie ma peau. J'oublie mon corps. J'oublie mon squelette qui penche. J'oublie le siècle et le décor, La journée grise et les nuits blanches. J'oublie le droit et le devoir, l'individu, la république. J'oublie la rue et le faubourg, les guet-apens de la musique. J'oublie le pain. J'oublie l'amour. J'oublie ma soeur, la femme heureuse, et le
Histoire/Historia

Histoire/Historia

Nous montions en courant le long escalier. Nous regardions à peine les possibles détails sur les côtés, surprises d'une fenêtre ouverte au monde par-delà les vitres, reflets, sédiments du grimpeur précédent. Nous traversions rapidement la pause inutile du palier, roses abandonnées pas même naturelles, les rafales du ciel toujours aveugle
C'est mais personne ne sait quoi.

C'est mais personne ne sait quoi.

C’est mais personne ne sait quoi. C’est ici, c’est là, c’est loin, c’est près, c’est profond, c’est élevé ; c’est ainsi : ce n’est ni ceci ni cela. C’est lumière, c’est clarté, c’est tout obscurité, c’est innommé, c’est inconnu, sans commencement et sans fin ; c’est un lieu silencieux qui s’écoule, indéfini
Pas dans le cul aujourd'hui

Pas dans le cul aujourd'hui

Pas dans le cul aujourd'hui j'ai mal Et puis j'aimerais d'abord discuter un peu avec toi car j'ai de l'estime pour ton intellect On peut supposer que ce soit suffisant pour baiser en direction de la stratosphère 21.12.1948 Jana ČERNÁ, poème cité dans Pas dans le cul aujourd'hui, lettre à Egon Bondy, traduit du tchèque par Barbora Faure, La c
Crépuscule

Crépuscule

L’heure viendra… l’heure vient… elle est venue Où je serai l’étrangère en ma maison, Où j’aurai sous le front une ombre inconnue Qui cache ma raison aux autres raisons. Ils diront que j’ai perdu ma lumière Parce que je vois ce que nul œil n’atteint : La lueur d’avant mon aube la première Et d’après mon soir le dernier qu
Son visage n'a presque...

Son visage n'a presque...

Son visage n'a presque plus rien d'humain Elle va bientôt disparaître dans le calme marais végétal Reste ! Mon Amour Fou ! Everything human is leaving her face Soon she will disappear into the calm vegetable morass Stay ! My Wild Love ! * Un ange passe Dans un éclair Dans la chambre Un fantôme nous précède Une ombre nous suit Et chaque fois
Je fais mes plus beaux laïus du monde

Je fais mes plus beaux laïus du monde

(...) Nous rôdons aux alentours du hameau. La forêt de châtaigniers dans laquelle il s'abrite est spacieuse. A travers les feuilles rares le soleil descend et illumine de longues avenues. Nous marchons dans le silence que fait le vent bourdonnant. Mon coeur s'apaise et j'imagine que celui de l'artiste s'apaise aussi. Nous arrivons à la lisière
Echec/A Failure

Echec/A Failure

Le sol était profond et le champ bien situé, La semence était saine. Un temps moyennement favorable, pensa-t-on, Et la récolte serait abondante. Si herser était tout ce qu'il fallait pour La moisson, son champ Avait été suffisamment hersé, Dieu sait, pour garantir Un rendement record. Pourtant, vivant ici, Entre deux puissances qui s'amasse