En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Patrick Béguinel

Patrick Béguinel

Ses blogs

Patrick Béguinel

Patrick Béguinel

des textes courts, des chroniques, des nouvelles : mon univers...
Patrick Béguinel Patrick Béguinel
Articles : 37
Depuis : 22/09/2016

Articles à découvrir

ART ROCK 2017 03 juin (jour2)

ART ROCK 2017 03 juin (jour2)

Art Rock 2017 jour 2 Deuxième journée du festival. Nous allons tout de suite l'avouer, cette journée ne nous inspire que peu. La majorité des concerts sont tournés vers le monde, l'Afrique en particulier, et vers un spectateur lambda consommateur de FM. Nous y allons donc sans réel espoir de (bonne) surprise. Néanmoins, Art Rock, ce n'est pa
Remise en cause

Remise en cause

Vous qui passez sans me voir, vous m'avez rendu pâle, inconsistant. Invisible ! Vos regards sans éclat, qui passent sans s'arrêter, m'ont affaibli, m'ont rendu plus petit que tout, m'ont jeté plus bas que terre. Je ne sais pas ce que je vous ai fait pour mériter pareil châtiment, moi qui n'ai jamais fait de mal à quiconque, mais aujourd'hui,
ART ROCK 2017 04 juin (jour 3)

ART ROCK 2017 04 juin (jour 3)

Art Rock jour 3 Troisième et dernier jour de festival. Le temps s'est gâté et la soirée s'annonce pluvieuse. Morose, comme un ciel nuageux, nous nous rendons à la conférence de presse de bilan de cette 34 éme éditions d'Art Rock. Parlons peu, mais parlons chiffres : cette année, le festival a vu arriver 78000 spectateurs, répartis en deux
ART ROCK 2017 02 juin (jour 1)

ART ROCK 2017 02 juin (jour 1)

Art Rock 2017 jour 1 Premier jour du festival Art Rock, à Saint-Brieuc, qui fête cette année ses 34 ans. Nous débutons tranquillement cette première journée de festival par la conférence de presse d'Octave Noire. Neon, le nom de leur album sorti en début d'année, suscite de nombreux commentaires élogieux, et Art Rock s'imposait comme un p
Moiteur

Moiteur

Le soleil s'écrasait sur nous, pesant de toute sa chaleur, de toute son aveuglante lumière. Nous étions assis en cercle, en demi-cercle plus exactement, autour d'un amoncellement de pierres irrégulières, grossières. Nous étions silencieux, hagards, comme shooté par ce temps lourd et poisseux, reclus dans nos pensées les plus sombres. La pl
Eleven songs by ALIOCHA

Eleven songs by ALIOCHA

Aliocha fait de la pop à tendance folk, un traquenard en somme, parce que faire de la pop à tendance folk, c'est un peu comme remplir une armoire à ras bord et fermer la porte avant que tout se casse la gueule. En d'autres mots, faire de la pop à tendance folk (ou inversement), est sacrément dangereux. Alors c'est sûr, nous pourrions dire qu'
Un fragment d'inachevé

Un fragment d'inachevé

Je retrouve parfois dans mes dossiers des textes avortés. Celui-là en fait parti. Pourquoi Diable ne vais-je jamais au bout des choses ? Qu'est ce qui m'empêche, au final, de poursuivre un effort qui semblait partir correctement ? Très enthousiaste au début, dès les trois premières pages écrites, c'est les freins qui réapparaissent : angoi
Dimoné, épris dans la glace

Dimoné, épris dans la glace

Dimoné est un chanteur. Il chante des chansons à la manière d'un Bashung, ou d'un Murat, ou d'un Burger. Il chante et il possède un univers musical qui lui est propre, un univers musical tendu. Tendu, mais poétique. Poétique, et romantique, mais pas inaccessible. Dimoné, c'est Dominique Terrieu. C'est étonnant que nous aimions sa musique. P
Affres

Affres

Non, mais, sans rire, ça veut dire quoi ? J'en viens à me demander si je suis réellement fait pour ça. Pourquoi ? Simplement parce que je n'avance à rien, que rien ne vient, que je brasse du vent en me disant "que le moment viendra", "qu'il faut laisser mûrir", "que j'ai le temps". Foutaises ! Bullshit comme disent les américains ! Tout n'es
Routine

Routine

Tous les jours il se réveillait à six heures. Pendant quinze minutes, il écoutait France Inter pour se tenir informé des dernières nouvelles, celles qui marqueraient la journée à venir. À chaque fois, elles le rendaient maussade. Il s'agissait toujours d'informations qu'il nommait « néfastes » : la guerre qui ne cessait pas, dans un coin