Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Hugh

Hugh

Hugh, Un peau rouge au cœur pur. Un homme qui prit sa plume pour faire du bien.
Tags associés : amour

Ses blogs

Plume d'indien

Plume d'indien

Un petit sioux qui lutte contre l'apache blanche
Hugh Hugh
Articles : 26
Depuis : 16/06/2016

Articles à découvrir

Puis-je vous débarrasser ?

Puis-je vous débarrasser ?

Question simple d'apparence qui n'est pourtant pas dépourvue d'une certaine noblesse. En écoutant l'écho des mots, on pourrait entendre "Puis-je retirer ce qui vous encombre ? Ôter la charge qui pèse sur vos épaules ?". La beauté du monde se tapit dans les coins d'ombre, ces recoins d'innocence abandonnés de nos consciences. Dans ce monde m
Que les pétales de la fleur s'ouvrent en ton coeur

Que les pétales de la fleur s'ouvrent en ton coeur

Que les pétales de la fleur s'ouvrent en ton cœur, Que le parfum s'épanouisse à l'intérieur. Que ton souffle ranime la braise, Qu'elle rougeoie dans le regard des Hommes. Que tes mains touchent la Terre avec Amour, Que tes doigts vivent la Joie d'en récolter les fruits. Que tes pieds se fondent dans le sol, Que chacun de tes pas soit un baise
Les épouvantails

Les épouvantails

Elle semblait n'avoir jamais été autre chose que lumière, une flamme brillante et indomptable qui réveillait les épouvantails assoupis sous leur chapeau de paille. Elle soufflait sur leurs habits de haillon, les faisant tourner comme un manège, leurs bras asymétriques tournoyant dans le vide, dansant sur eux-mêmes. Un chien aboie, les oisea
Bénie sois-tu, Notre Dame

Bénie sois-tu, Notre Dame

Notre-Dame prise dans les flammes, notre cœur parmi les baises, notre âme consumée, réduite en cendres par la folie d’un incendie. Le peuple de France pleure sa Dame comme il verrait s’éteindre la dernière baleine au large de nos rivages. Chers amis, le feu brûle, il consume, il attaque, il détruit, l’édifice en premier et, à traver
La jeune fille aux yeux verts

La jeune fille aux yeux verts

Elle joue avec le câble de ses écouteurs, étire avec douceur le fil d'or d'où la musique sort. Elle répète le mouvement, les yeux dans le vague. Son regard, enseveli sous le désert, reprend vie dans un océan de beauté. Son ouïe s'étend dans le monde en quête d'un son. Dans un réseau souterrain qui n'a jamais vu le bleu du ciel, elle d
Bienvenue 2018

Bienvenue 2018

Les bourrasques l'emportent au galop, elle ne dit mot. Ses lèvres sont sèches, elle a perdu la parole. On ne la voit plus, elle s'échappe. Elle a fait son temps, il est l'heure de partir. Elle s'efface dans le silence d'un autre monde. Nous ne l'entendrons plus mais elle vivra. Elle parlera à d'autres comme la feuille quitte sa branche à l'aut
Une bouteille à la mer

Une bouteille à la mer

Une bouteille à la mer, Perdue sur les grains. Confier nos rêves à l'univers, La plage en témoin. Gramme de sable en mer, Porté par le courant. Souffler sur la terre, L'espoir aux quatre vents. Migration minérale noyée sous les flots Dont l'amas brise la surface des eaux. Des bas fonds s'élève un chant aux sons inédits, L'émergence d'une
Salon du Livre, Paris 2019

Salon du Livre, Paris 2019

Les chemins empruntés avec la lassitude de celui qui ne fait plus que par habitude forment des labyrinthes où l'on finit par se perdre. A force de les suivre, on se noie dans un brouillard informe où disparaissent les couleurs. Fleurs fanées, bourgeons rabougris, terres asséchées, vie évanouie. C'est comme vivre en été les volets fermés,
La femme qui aimait les oiseaux

La femme qui aimait les oiseaux

Elle aimait les oiseaux. Peut-être ne les voyait-elle pas autour de son visage. Ils battaient des ailes pour elle. Ils étaient ses amis, ceux qui l'accompagnent jour et nuit dans cette belle aventure qu'on appelle la vie. Elle ne les voyait peut-être pas mais ils étaient là, nichés sur le sommet de son crâne. C'est ici qu'ils ont fait leur n
Bois de Boulogne

Bois de Boulogne

"Viens mon chéri, viens !" Une main tendue à la lumière, le corps resté dans l'ombre. La manche est rouge, comme le sang, comme le cœur, comme l'amour. Il faut bien se couvrir le haut tant le bas est exposé aux courants d'air. L'hiver approche, elles sont là au bord de la route, les fesses à l'air, montrant leur chair, comme les poulets dan