En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

olivier rachet

olivier rachet

Ils veulent te neutraliser. Augmente l'acide.

Ses blogs

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.
olivier rachet olivier rachet
Articles : 111
Depuis : 15/10/2012

Articles à découvrir

Digne d'être aimé

Digne d'être aimé

Passionné de cinéma, Abdellah Taïa construit son dernier roman autour de différents flash-back. Quatre lettres fictives permettent d’évoquer la vie d’un jeune marocain prénommé Ahmed, originaire comme l’écrivain de Salé, découvrant à quinze ans son homosexualité et partant s’installer à Paris, avant que ne le rattrapent les sou
La mémoire de l'humanité

La mémoire de l'humanité

Dans le tableau du peintre de la Renaissance italienne, Raphaël, L’École d’Athènes, on aperçoit parmi les nombreux figurants entourant les philosophes grecs Platon et Aristote, le philosophe arabo-musulman du XIIe siècle, Averroès, petit-fils du cadi de Cordoue, cadi lui-même et médecin attitré du sultan almohade Yaâcoub Al Mansour qu
Quelque chose noir

Quelque chose noir

« Il n’est de chant possible qu’un bâillon sur la bouche » écrit pudiquement Jean-Michel Maulpoix dans son dernier ouvrage poétique. Ses parents se sont éteints, de fatigue et d’usure. Le temps emporte avec lui les souvenirs de l’enfance, les derniers instants passés à lutter contre le vide qui n’a jamais cessé de nous aspirer. C
Deux hommes qui pleurent

Deux hommes qui pleurent

La figure du bouffon est rare en littérature. Les auteurs romantiques s’y sont intéressés, à l’image de Victor Hugo cité en épigraphe du dernier roman de Mahi Binebine : « Que d’éternelles et incurables douleurs dans la gaieté d’un bouffon ! Quel lugubre métier que le rire ! » L'écrivain et plasticien a attendu des années avant
Peur du manque

Peur du manque

Marie-France Castarède, psychanalyste et Samuel Dock, psychologue clinicien, poursuivent un dialogue débuté avec le Nouveau Choc des générations, en 2015. Les attentats terroristes sont passés par là et l’état de sidération a laissé la place à un constat beaucoup plus amer : c’est à un nouveau malaise dans la civilisation que nous s
Les Prospérités de la Nature

Les Prospérités de la Nature

Il est une tradition littéraire remontant à l’Antiquité, celle de l’ekphrasis. Décrire un tableau ou une œuvre d’art, en recherchant l’équivalence entre le dire et le faire. Une description performative que le poète latin Horace résume par la formule : « Ut pictura poesis ». Il en va de la poésie comme de la peinture. Homère dé
Leçon de physique épicurienne

Leçon de physique épicurienne

Quatrième tome de la Physique amusante, le dernier recueil de poèmes de Jacques Réda, Le Tout, le Rien et le reste, s’inscrit dans la filiation des cosmogonies poétiques de Lucrèce et d’Ovide. Remonter aux origines des phénomènes, par-delà bien et mal, retrouver non l’origine mais le mouvement premier, le rythme par lequel tout a comm
L'amour des utopies

L'amour des utopies

Un romancier et essayiste part en résidence à Besançon pour participer à l’écriture théâtrale d’une pièce consacrée à deux artistes franc-comtois : l’un a œuvré à la composition d’une société utopiste, l’autre a peint des tableaux d’un réalisme cru pour rompre avec tout souci d’idéalisation. Charles Fourier est mort e
Votez SADE !

Votez SADE !

Ils se retrouvent après trente ans, à la sortie d’une émission de Thierry Ardisson. Guillaume Fronsac reconnaît en la jeune fille en noir une ancienne camarade avec laquelle il prépara le concours d’entrée à l’ENA. Leurs chemins ont bifurqué comme semblent antinomiques des tempéraments et des visions du monde en apparence irréconcil
Une saison au Paradis

Une saison au Paradis

C’est entendu, le christianisme et toutes les religions monothéistes ont occulté la Nature, quand elle n’a pas été arraisonnée par la Technique comme l’analyse froidement Heidegger. « L’humanité est une maladie dont les religions ont eu pour fonction de canaliser la fièvre » diagnostique, malicieux, le narrateur du dernier roman de