Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Atelier Ecriture

Ses blogs

Un atelier d'écriture à Nice

Un atelier d'écriture, des thèmes variés, les textes des membres de l'atelier.
Atelier Ecriture Atelier Ecriture
Articles : 1039
Depuis : 20/04/2016
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

LE RENOUVEAU

LE RENOUVEAU

Combien de fois s’était-il isolé pour écrire, avec frénésie, fièvre, imprimant en même temps fureur aux passages qui lui semblaient non aboutis. Comme s’il imposait avec force à ces feuilles de papier ses délires par procuration. Edgar en était abasourdi. Comment une rencontre aussi fortuite, sur une plage, avait-elle autant changé s
AU REVOIR LA-HAUT !

AU REVOIR LA-HAUT !

Elle a toujours été à mes côtés, je sentais sa présence par une infime lueur comme une flammèche rigolote ou une luciole esseulée qui veillait sur moi. Ma Lisette, petite âme solitaire et bienveillante. Cela serait amusant de rechercher tes racines, me suggérait-elle souvent. Un jour, je ne sais plus, peut-être un bouquin tombé de l’
LIBERTÉ - Atelier n°6 : Énumération, accumulation, gradation

LIBERTÉ - Atelier n°6 : Énumération, accumulation, gradation

Entrave et liberté Le besoin de plaire, première restriction de la liberté individuelle - Jean-Christophe Marion ATELIER : Énumération, accumulation, gradation LECTURE : Préambule de La nuit sacrée, de Tahar Ben Jelloun Incipit de Le Parfum, de Patrick Süskind SUJET : En s’inspirant de la citation, racontez les entraves, les restriction d
LIBRE

LIBRE

Voilà quelques jours que le Trio avait débarqué chez Jean-Claude, le « Tonton » comme tous avaient convenu de l’appeler. Ils se souviendraient longtemps du visage à la fois étonné et soulagé du cinquantenaire à la vue de la Deuch et de ses passagers. Il savait que son neveu avait fugué depuis presque trois ans, et que ses parents dése
LUCIE EN DEVENIR

LUCIE EN DEVENIR

Lucie a persévéré et dompté les escarpins. Aujourd’hui, c’est une jolie femme, parfaitement à l’aise, qui déambule sur talons aiguilles, la démarche élégante, la robe virevoltante. Une liberté gagnée. Le choix. Talons hauts, talons plats, tout va ! Un plus si elle décide de changer de métier… Une idée qui trotte… qui galope
LA SURPRISE

LA SURPRISE

La pluie glisse sur les vitres de la chambre. Les gouttes se rejoignent, accélèrent, se rejoignent au bas des fenêtres et s’échappent en autant de petits ruisseaux. Lucie allongée sur son lit d’hôpital semble dormir. C’est l’heure de la sieste. Elle rêve, sa vie défile… Les larmes qui perlent aux coins des yeux provoquées par la
LIBERTÉ - Atelier n°7 : Le mot juste

LIBERTÉ - Atelier n°7 : Le mot juste

Sans entraves ni consignes, ou presque... ATELIER : Le mot juste LECTURE : Extrait de " Le deuxième sexe - tome 1 (On ne naît pas femme, on le devient.)" - Simone de Beauvoir SUJET : Nous arrivons au bout des aventures de vos personnages. Il s'agit aujourd'hui de clôturer votre ouvrage. Sur le thème de la liberté, écrivez ce que vous voulez s
LA DÉCISION D’AÏCHA

LA DÉCISION D’AÏCHA

Un matin où le jour venait à peine de se lever Aïcha avait pris sa décision, elle devait partir. Déguisée en homme, elle put avec la complicité de son père et de ses frères, rentrer en contact avec un réseau de résistants qui, à travers la montagne et les pistes défoncées, l’accompagna vers le Pakistan. Là, elle fut prise en charge
LE SOULAGEMENT

LE SOULAGEMENT

Lucie se prépare un café. Le four sonne, les madeleines sont cuites… « Le Pavillon des pas perdus » posé sur la table du salon attend. Savait-elle qu’Edgar s’était toujours senti responsable de cet accident ? Responsable car il aurait dû l’empêcher de le suivre dans ses folles équipées. Depuis il avait tout tenté, mais les médec
ÊTRE OU PARAITRE

ÊTRE OU PARAITRE

C’est le soir. Après s’être occupée toute la journée à récolter les pommes, les poires, les figues et les pommes de terre, à les ranger dans des cageots et à servir des clients de passage, Chantal est épuisée. Après le dîner, un rapide coup d’œil sur le journal télé lui apprend que, comme d’habitude, il n’y a rien qui pourr