Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Thierry L.

Thierry L.

Ses blogs

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs
Thierry L. Thierry L.
Articles : 646
Depuis : 11/02/2016

Articles à découvrir

Dîner à Montréal - Philippe Besson

Dîner à Montréal - Philippe Besson

"On joue tous à ce jeu-là, le jeu du "what if", non ?" Dans son Dîner à Montréal, Philippe Besson retrouve quelques vingt ans après Paul Darrigrand. Lors d'un dîner à quatre (Paul est toujours marié à Isabelle, Philippe vit alors avec le jeune Antoine), les deux amants vont tenter de répondre aux doutes qui les taraudent depuis leur doul
Le Côté de Guermantes - Marcel Proust

Le Côté de Guermantes - Marcel Proust

Autre Sésame fameux : "Le pépiement matinal des oiseaux semblait insipide à Françoise." Tel l'Ulysse d'Homère, le lecteur, succédané du Narrateur proustien, poursuit son voyage initiatique en abordant le troisième volume de La Recherche. Kaléidoscopique, le roman se diffracte. Il nous mène d'une chambrée militaire à un salon aristocrati
Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? - Georges Perec

Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? - Georges Perec

"C'était un mec, il s'appelait Karamanlis, ou quelque chose comme ça : Karawo ? Karawasch ? Karacouvé ? Enfin bref Karatruc." Cornegidouille ! Cornegidouille ! (épanalepse) Je n'ai rien détesté (litote) dans ce considérable opuscule (oxymore). "C'est un peu court" m'objectez-vous (prosopopée). Je l'avoue mais c'est la faute à Perec (soléc
Arlequin poli par l'amour - Marivaux - Thomas Jolly

Arlequin poli par l'amour - Marivaux - Thomas Jolly

L'Arlequin de Thomas Jolly, revisité par Kurt Weill et Karl Valentin, a des allures de cabaret berlinois : la pimpante Piccola Familia (la compagnie du jeune metteur en scène) s'y régale à danser, chanter et jouer dans un esprit clownesque la comédie badine de Marivaux. Une Fée, plus toute jeune, s'éprend du dadais Arlequin qui, tout sot qu'
Proust, prix Goncourt - Thierry Laget

Proust, prix Goncourt - Thierry Laget

Quand le mercredi 10 décembre 1919, Marcel Proust obtient le prix Goncourt avec 6 voix sur 10 pour " À l'ombre des jeunes filles en fleurs" au détriment de Roland Dorgelès et ses "Croix de bois", c'est la curée (d'où le sous-titre de l'essai de Thierry Laget : Une émeute littéraire). Tayaut, hallali ! Les chiens sont lâchés, du Beagle va-
Les Choses - Georges Perec

Les Choses - Georges Perec

« Ils succombaient aux signes de la richesse ; ils aimaient la richesse avant d’aimer la vie. » Visionnaire, ce court roman de Georges Perec l'est indubitablement : en décrivant avec minutie les pensées et les actes de Sylvie et Jérôme, jeunes gens entrés dans la vie active "par nécessité, non par choix", cette "histoire des années soix
Au Poiss' d'or. Hôtel meublé - Alec Scouffi

Au Poiss' d'or. Hôtel meublé - Alec Scouffi

" Voilà où mène le vice quand on en est l'esclave." La goualante du P'tit Pierre, dit Chouchou, piaule la descente aux enfers d'un tapin mignon. Fugueur et voleur, notre bardache use de son corps comme d'un viatique. Mais rien ne se fane plus rapidement qu'un bouton de rose. Aux prestigieux clubs privés succèdent de minables bordels crasseux,
La Sorcière - Camilla Läckberg

La Sorcière - Camilla Läckberg

A-t-on jamais cessé de brûler les sorcières ? Camilla Läckberg gratte là où ça démange : la société suédoise, à l'instar de la nôtre, est victime d'un urticaire purulent, la haine de qui est différent. Dans ce roman touffu, la romancière superpose, façon tranches napolitaines, trois récits : le procès en sorcellerie d'une innocent
Ça - Stephen King

Ça - Stephen King

“Adults are the real monsters.” Derry (Maine), 1958. Le temps d'un été, sept mômes s'associent (ils fondent le "Club des ratés") et passent de l'autre côté du miroir. Ils pourchassent Ça, le monstre ultime, le grand dévorateur d'enfants : pour amorcer ses proies, Ça revêt le plus souvent le costume chamarré d'un clown hilare (l'effro
Dans le miroir

Dans le miroir

Chaque matin, au sortir de la douche, alors que je m'éponge le corps, le miroir m'offre systématiquement ce reflet, réverbération rémanente, à croire que ce damné ne quitte jamais vraiment sa couche polie d'aluminium, gelé dans les glaces de mon effroi et dans la nébulosité de ma presbytie. Aveu ou précognition ? " (...) Ah ! remonter à