En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Patrice Rey

Patrice Rey

Ses blogs

Emotions Résiduelles

Emotions Résiduelles

Chroniques du pire et du meilleur
Patrice Rey Patrice Rey
Articles : 73
Depuis : 23/01/2016

Articles à découvrir

Huit Mois

Huit Mois

Liberté, Egalité, Fraternité... Ou presque... Huit mois avec sursis ! C'est le prix à payer !Lorsqu'on sauve des vies,Le tarif est fixé ! Quel est donc ce pays,Où l'on est condamné,D'avoir sauvé autruit,S'il n'est pas déclaré ? Quand ouvrir son logis.Quand donner à manger.Constitue un délit,Qui doit être jugé. Le fronton des mairies,D
Combien ?

Combien ?

Des millénaires d'horreur, sans qu'une leçon en est été tiré... Je suis triste aujourd'hui,L'humanité se meurt.Elle expire d'un cri,D'une larme, d'un pleur. Un camion hystérique,L'a fauché cette nuit,Dans le froid germanique,Par un acte gratuit. À présent les raisons,Ne sont plus nécessaires.Il suffit que le nom,D'un dieu soit dans l'aff
Histoire de lapins

Histoire de lapins

Petite fable d'actualité. Il était une foisUn pays très lointainOù vivait près d'un boisUn peuple de lapins. Une source constanteAbreuvait le terrainEt une herbe abondanteRépondait à la faim. Tout n'était qu'harmonieChez nos amis lapins,Qu'ils soient noirs, blancs ou gris,Chacun se sentait bien. Mais un jour, sans raisonLa source se tarit.E
Mon Ame Coeur

Mon Ame Coeur

Pour celle qui partage ma vie. Ho toi mon âme soeur,Ma douce bien aimée.Muse de mon bonheurEt de ma vérité. Toi qui as si bien su,Lire dans mon âme.Toi qui m'a mis à nu,Au-dela de mes armes. Avant il n'y avait,Que du triste et du laid.Qu'un cerveau embruméDe vapeurs, de fumées. Avant il n'y avait,Qu'insomnie et mal être.Le "pas bien" chevi
La machine s'emballe

La machine s'emballe

À l'approche des élections on sent frémir les extrêmes. La machine s’emballe,Et je reste impuissant,Face à ceux qui déballent,Leur théorie du sang. Le piège se referme.La flamme se répandEt dans les cœurs le germeDu mal est bien présent. Les discours s'embrunissent.La haine est dans les mots,Sur leurs vagues elle glisse,J’en ai froid
Si ton coeur se rechauffe

Si ton coeur se rechauffe

L'age ne compte pas... Si des matins vibrants,Eblouissent tes rêves,Et suspendent le temps,Pour t'offrir une trêve. Si le coeur galopant,Tu accueilles ses mots,Souffle court et battant,Comme autant de cadeaux. Si tes pensées heureuses,Courent le retrouver,Insoumises, fugueuses,Comme aux premiers baisers. Oublie ceux qui te hantent,Quand l'amour
Je voudrais

Je voudrais

Pour ma douce. Je voudrais te tenir, Par la main, dans tes rêves,Pour peut-être t'offrir,Quelques instants de trêve. Je voudrais terrasser,Les fantômes qui hantent,Ton histoire passée,Pour que tes matins chantent. Je voudrais te montrer,Que les hommes parfois,Peuvent aussi mériter,Une place de choix. Je n'ai pas le pouvoir,De remonter le temp
Le Mur

Le Mur

Mélancolie... Je le vois s‘éloigner,Mon doux rêve m’échappe.Patiemment érodé,Par ces non qui le sapent. Je me bats sans espoir,Contre un mur de contraintes,Qui s'impose en devoir,Pour étouffer les plaintes. La magie disparait,Lentement sous le poids,Des refus résignés,Qui ce pli à sa loi. J'ai offert mes secrets,Et dévoilé mon cœur
Les Témoins

Les Témoins

Que vont-ils faire de ce monde ? Deux grands yeux immobiles,Qui observent le monde,Et témoignent, dociles,De la folie de l'Homme. Bruit de botte et képi.Défilé d'arrogance.Foule en liesse, hystérie.Baïonnettes qui dansent. Les missiles exposés,Arborent fièrement,Leur pouvoir de tuer,Hommes, femmes et enfants. Mille yeux immobiles,Qui observ
La Place

La Place

A méditer... En ce chaud mois de maiSur la plac' de l'espoir,Ils se sont rassemblésPour fêter la victoire.Les frontistes ont gagné.Ils exultent et ils chantent,Leurs espoirs retrouvés,D'une Franc' flamboyante. N'oubliez surtout pas,Votre choix, votre vote,Ne vous étonnez pas,De ces chants patriotes.Vous les avez choisis,En leur donnant vos vo