En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Clément RAULIN

Clément RAULIN

Ses blogs

Histoire de types

Histoire de types

publication de mes élucubrations
Clément RAULIN Clément RAULIN
Articles : 18
Depuis : 17/11/2015

Articles à découvrir

Reprenons après le saut

QUELQUES MOIS APRES MON SAUT… Franck et un vieil hôtel Vile solitude, tu m’appartenais désormais ; nous étions condamnés à vivre ensemble parmi le bétail du conformisme. Ni heureux, ni malheureux, avec l’impression de voguer dans le vide sentimental le plus complet, j’errais sur la digue, le long de la plage ; sans but, comme je l’a

Suite et histoires de personnes

Retour de l'histoire d'elle Assise sur la plage, son visage mouillé de larmes, ses cheveux châtains collés à ses douces joues rougies par le froid, sa petite valise posée à côté d’elle dans le sable humide, elle fixe de ses yeux bleus cette mer qui n’en finit pas d’aller et de venir. Les vagues, ses filles, viennent s’éteindre sur

L'étrange

Exploration Quand il est enfin rentré chez lui, le silence des quatre heures du matin l’attendait, fatigué tant moralement que physiquement, il tomba plus qu’il ne s’allongea sur le canapé au pied de l’âtre froid. Sous son poids mort, les vieux ressorts grincèrent un peu avant de tenter en vain d’épouser sa forme. Il sentit son corp

Vient l'enquête «...Aussi incroyable que cela puisse être, aucune trace de sang ne se distingue ni sur les draps, ni sur le sol, ni sur les murs et encore moins sur la victime. Hormis, les traces de lutte et de griffes marquant le lit, rien ne laisse paraître l’agression si on ne compte, bien entendu, le cadavre froid et cette pauvre fille au

HISTOIRE D’UNE FILLE

Plus il la regarde, plus il se dit qu’il n’existe vraiment qu'elle : troublante, lunatique, parfois si calme, souvent si agitée, toujours si belle, miroir du ciel ou reflet du soleil, amie de beaucoup, ennemie cachée de tous, personne ne pouvant la vaincre indéfiniment. Depuis le début, elle se trouve là, près de lui, sans cesse prête à

Avec du retard, la suite

ET AU COMMENCEMENT… De la mort Il le sent, il approche insidieusement, tel un vil prédateur assoiffé de vie. Paisible, sa femme dort, il peut sentir son souffle calme et léger ; pas assez rassurant toutefois. Même si la torpeur monte en lui, il s’efforce de garder chacun de ses sens éveillés au stimulus de la nuit. Il tient à porter de m

Un peu de féminin

elle Soudain elle stoppa son avance. Elle avait fait ce chemin un nombre incalculable de fois et en connaissait le moindre recoin du paysage par cœur. Alors, ces volets ouverts face au sentier l’intriguèrent. Sa mélancolie avait fait fuir de son être toute idée de peur depuis bien longtemps. Elle pensait à celui qu’elle avait vu courir su

Fin du chapitre ou le passage de l'homme

Chez Harry Votre maison vous paraît toujours trop petite jusqu’à ce que vous vous y retrouviez seul pense Harry ce soir. Sa famille partie en vacances depuis deux semaine, il va devoir vivre encore seul les quelques jours le séparant de Noël. Enfoncé dans le canapé en tissu bleu du salon, il a allumé la télé. Il y passe un vieux film des

petite plongée en eau trouble

visite de courtoisie Il se rit encore de ses deux hommes vêtus de bleu qui n’ont même pas pensé à l’intercepter. Cette atmosphère chargée de formol l’incommode profondément mais il veut la voir, pour s’excuser peut-être. Il est 8 h, la nuit étend encore ses membranes hivernales sur la cité, une aubaine pour lui. Comme un fantôme,

Fin du premier acte

Le repos de la psychiatre II Sur l’autre rive du lac, se trouvait un petit ruisseau qui serpentait à travers les pins pour venir se coucher dans la vallée inondée. Pendant son périple au milieu des rochers, il avait arraché à la montagne des fragments de son essence minérale, morceaux de roches anguleux, souvent grossiers, toujours bruts e