En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mermed

Mermed

Mermed, aussi Dogberry et Holophernes, que j'aime peu; je lui préfère Olophernes quand je le rencontre à Holipherne, là où Judith rencontre Shakespeare.

Ses blogs

Effleurements livresques, épanchements maltés

Effleurements livresques, épanchements maltés

J'ai écrit et j'écris les textes de ce blog; beaucoup sont régulièrement publiés en revues; j'essaie de citer mes sources, quand je le peux; ce sont des poèmes ou des textes autour des gens que j'aime, la Bible, Shakespeare, le rugby, les single malts, Eschyle ou Sophocle, la peinture, Charlie Parker ou Sibelius, la définition de l'infini de David Hilbert, les marches ici et ailleurs ...sans oublier les mots de Tchouang tseu: 'Partout est comme ici.'
Mermed Mermed
Articles : 303
Depuis : 23/10/2015
Souvenirs de la maison des à-côtés

Souvenirs de la maison des à-côtés

Tous ces textes ont été écrits en prison.
Mermed Mermed
Articles : 18
Depuis : 06/12/2015
Shakespeare, Un anglais qui eut son heure de gloire

Shakespeare, Un anglais qui eut son heure de gloire

Shakespeare,my translations and around... je me suis autorisé ces traduction au cours desquelles je mêle assez souvent mes mots à ceux de Mr Shakespeare. Il existe beaucoup de traductions des Sonnets, ce qui me semble être la meilleure traduction, on la trouve en lisant chaque sonnet dans différentes propositions.
Mermed Mermed
Articles : 127
Depuis : 22/12/2015

Articles à découvrir

Roman, chapitre 2

Roman, chapitre 2

2 La prison a retrouvé son calme, les gamelleurs ont distribué le repas à tous les prisonniers qui, comme d’habitude, savent tout. Chacun a sa version de ce qui s’est passé. Les brillants pénalistes de la prison, les artistes du langage imagé, les voleurs de poules et autres braqueurs et même l’anthropophage, tous échangent dans cette
Sonnet 54

Sonnet 54

Rosier des Chiens ou Rosier des haies ou Églantier des chiens ou Rosa canina O! how much more doth beauty beauteous seemBy that sweet ornament which truth doth give.The rose looks fair, but fairer we it deemFor that sweet odour, which doth in it live. The canker blooms have full as deep a dyeAs the perfumed tincture of the roses,Hang on such thorn
Peinture en mémoire

Peinture en mémoire

Leonardo da Vinci étude sur les mouvements des tourbillons Le musée imaginaire Dans une cellule, si la mémoire le permet, si l’écoute des suites pour violoncelle seul n’est pas trop perturbée par les apprentis de la pop star, et après avoir remercié l’inventeur de l’oreillette on peut créer un musée ré-imaginé sans cette pollut
Sonnet 53

Sonnet 53

Ménélas et Hélène, cratère attique vers 450 - 440 avant J.C. v What is your substance, whereof are you made,That millions of strange shadows on you tend?Since every one hath, every one, one shade,And you but one, can every shadow lend. Describe Adonis, and the counterfeitIs poorly imitated after you;On Helen's cheek all art of beauty set,And
115

115

Those lines that I before have writ do lie, Even those that said I could not love you dearer: Yet then my judgment knew no reason why My most full flame should afterwards burn clearer. But reckoning Time, whose million'd accidents Creep in 'twixt vows, and change decrees of kings, Tan sacred beauty, blunt the sharp'st intents, Divert strong minds t
110

110

Théâtre le Globe, tel qu'il était. Alas! 'tis true, I have gone here and there, And made my self a motley to the view, Gored mine own thoughts, sold cheap what is most dear, Made old offences of affections new; Most true it is, that I have looked on truth Askance and strangely; but, by all above, These blenches gave my heart another youth, And w
Sonnet 1

Sonnet 1

Gustave Courbet, et cela n'a aucun rapport, mais j'aime l'inquiétude de cet autoportrait. From fairest creatures we desire increase, That thereby beauty's rose might never die, But as the riper should by time decease, His tender heir might bear his memory: But thou, contracted to thine own bright eyes, Feed'st thy light'st flame with self-substant
117

117

Accuse me thus: that I have scanted all, Wherein I should your great deserts repay, Forgot upon your dearest love to call, Whereto all bonds do tie me day by day; That I have frequent been with unknown minds, And given to time your own dear-purchased right; That I have hoisted sail to all the winds Which should transport me farthest from your sight
Roman, chapitre 6

Roman, chapitre 6

6 Un temps épouvantable, Dimanche matin, une pluie froide qui va se transformer en neige un peu plus tard, un temps qui permet d’oublier que l’on travaille. La prison c’est moins triste quand il fait un temps pareil. Aujourd’hui ils finissent le premier étage, ils en ont déjà fait la moitié, ça ira assez vite. Mermed continue son voya
Variations

Variations

Variations Le premier, dit-on, il joua des variations, qu'un autre, plus âgé, avait écrites; il avait quatorze ans, il était déjà dans la deuxième moitié de sa vie, c'était en 1741, c'est un Monsieur Bach qui avait écrit cette partition, et lui, il varia, dit-on, derrière un rideau, dans la chambre d'un notable insomniaque; inconnu, il f