Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Mouloud Akkouche

Mouloud Akkouche

Ses blogs

ARBRE À GAMMES

Fictions, billets d'humeur, etc.
Mouloud Akkouche Mouloud Akkouche
Articles : 33
Depuis : 16/10/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Réponse d'un con d'abstentionniste à France Inter

Réponse d'un con d'abstentionniste à France Inter

Le vrai piège à cons est peut-être l'absence de doute... Sur les ondes de France Inter, une charge en direct de Thomas Legrand contre les abstentionnistes. Plutôt brillante. Un hussard noir du civisme. Démonstration imparable à la Sciences Po ou universitaire rompu à la dialectique. Le marronnier du vendredi matin avant les urnes du dimanche

Cher Luc Le Vaillant, n'aie pas peur de moi

Pourquoi ce mec me mate comme ça ? Ses yeux me fouillent de pied en cap. Certainement pas pour mon cul, ni pour mes seins. Même si je crois que, s’il les voyait, ces parties de mon anatomie ne le laisseraient pas indifférents. A moins qu’il soit homosexuel. Ou pas du tout porté sur la chose. En fait, il a peur de moi. Même mort de trouille
 Paris sur peur

Paris sur peur

«– Alors, ils vont vous soigner ici ? – On ne soigne pas la peur, Lola. – Vous avez donc peur tant que ça ! – Et plus que ça encore, Lola, si peur, voyez-vous, que si je meurs de ma mort à moi, plus tard, je ne veux surtout pas qu’on me brûle ! Je voudrais qu’on me laisse en terre, pourrir au cimetière, tranquillement, là, prêt

Impuissance mondiale

Rien. Il appuie une deuxième fois sur l’interrupteur. Toujours rien. Il appuie encore fébrilement en pestant. Aucune lumière. Il écarte le drap et se lève avec un air mécontent. Pas la moindre tonalité sur le téléphone interne. Il se rabat sur son mobile posé aussi sur la table de chevet. Le vide au bout du fil. Il reste un instant assi
Les athées: majorité silencieuse

Les athées: majorité silencieuse

Merci à Zohra Bitan pour la lecture de ce texte de Cavanna, Depuis un bon moment, la religion est partout. On ne parle plus que d'elle. En bien ou en mal. Pourtant combien y a-t-il de croyants en France ? N'étant ni spécialiste des religions ni sociologue, je n'ai pas de chiffres exacts, mais, d'après les journalistes, le nombre des chrétiens,
Bombe de 85 ans

Bombe de 85 ans

« C'est étrange d'avoir une âme de 16 ans dans un corps de 96 ans. » Edgar Morin Un employé de la SNCF l’accompagna jusqu’à sa place. Une vieille berbère, le visage rondouillard ceint d’un foulard, s’installa en face de moi. Certains la regardèrent avec l’empathie habituelle vis-à-vis des vieilles personnes traînant de trop lour
Panne de siècle

Panne de siècle

Née il y a une dizaine d'années, la téléréalité s'est banalisée après avoir suscité la polémique. Aujourd'hui, pour continuer de capter l'attention du public, les concepts les plus extrêmes ont été développés. Jusqu'où peut-on aller ? La télévision peut-elle pousser les candidats de ces émissions à la plus parfaite soumission ?
Les fantômes de l’isoloir

Les fantômes de l’isoloir

Pépé détestait les jours de vote. Moi, j’adorais ces dimanches là. En plus, ça se passait dans mon école primaire. Mes grands-parents en étaient les gardiens. J’y ai vécu une grande partie de mon enfance. Mémé, toujours le sourire aux lèvres, parlait beaucoup. Une vraie concierge, pestait mon père: son gendre. Pas comme Pépé, les
Comme un lundi de néant

Comme un lundi de néant

Des ressorts sombres dans la brume. Une poursuite de branche en branche. Loin, très loin, de toute l’agitation des urnes du dimanche. Pas du tout leur problème toutes ces petites guéguerres humaines. Seules les saisons, échapper aux prédateurs, engranger pour l’hiver, leur importe. Le reste n’est qu'une banale histoire de femmes et d'hom

Le soleil du cœur perdra-t-il le Nord?

« C'étaient là des riches pour qui la vie durait sans limites, humaine et lourde de sens; mais le temps des riches est passé, et nul n'appellera plus jamais leur retour. Fais seulement que les pauvres restent pauvres. Pauvres, ils ne le sont pas ; ils ne sont que privés de biens essentiels et livrés au hasard, sans force et volont é. Ils son