Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Anonyme

Anonyme

Éternelle rêveuse pathétique qui rêve naïvement d'un monde meilleur. Passionnée par l'écriture, mais incapable d'écrire sans éprouver de douleur ou de nostalgie. J'essai de palier à cette handicap du mieux que je peux.
Tags associés : nouvelle, etats d'ame

Ses blogs

Au plus profond du noyau de mon coeur

Au plus profond du noyau de mon coeur

Recueil de textes livrés par mon âme ainsi que mon coeur,que des mots, qu'un amalgame d'émotions, de souvenirs, de blessures...
Anonyme Anonyme
Articles : 15
Depuis : 05/09/2015

Articles à découvrir

Je comprends maintenant

Je comprends maintenant

Je comprends maintenant. Je viens de saisir pourquoi je repousse tant de gens..Cela n’a jamais été aussi clair dans ma tête, ça m’est apparu comme ça, comme une simple et pure évidence. C’est de ta faute. Oui, entièrement de ta faute. C’est toi et tes paroles, toi et tes promesses. C’est toi et la mélodie de ton rire, toi et le ch
Abandon

Abandon

Tu te glisses sous mes draps tièdes, cadeau que je t’offre en signe de ma rédemption. Le jeu est terminé. Game over. Les ondulations de ton corps me fascine, ton torse me semble être le trophée que j’ai toujours voulu effleurer. Chaque geste que tu poses me passionne. Chaque fois que je te vois, il y a toujours quelque chose de nouveau que
La douleur du bonheur

La douleur du bonheur

Je trébuche à travers ces mots lourds que je compose. Je deviens malade à force de rechercher la justesse nécessaire pour réussir à exprimer mes sentiments. Je me sens maladroite, je m’enfourche dans des chemins insidieux. Mon cœur explose de tendresse ce qui m’aveugle devant ces centaines de textes que je me dois d’écrire. Le bonheur
Vivre

Vivre

Mon cœur pompe, mes yeux s’élargissent devant ces merveilles que m’offre le monde. Ma vie est tributaire vis-à-vis le monde qui m’entoure, qu’une soif insatiable de tout connaître, de vouloir tout savoir. Mon avidité de connaissance ne cesse de s’accroître, grandissant de jours en jours. Je prie, d’un jour pouvoir voyager à ma gu
Désir interdit

Désir interdit

Ma peau sous tes doigts suffoque de plaisir. Mon cœur ardent de douleur ne cesse de redemander ce qu’il sait qu’il n’obtiendra jamais. Il se contente donc d’un amour charnelle noyé de souffrances et de trahisons. Je suis désolé, mais mon corps est accro au tient. Quand il n’est pas contre ton torse, il démontre déjà des signes de m
Blood

Blood

Assise sur un petit banc de parc à l’ombre, la petite fille attendait le coucher du soleil. En attendant, elle regardait les gens passer avec un regard désespéré. Mais lorsque les derniers rayons du crépuscule disparurent derrière l’horizon et que la lune prit place dans le ciel, la petite sortie enfin de l’ombre en affichant sur ses l
Vivre

Vivre

Ouvre les yeux Réalise la beauté du monde qui t'entoure et transcende les barrières, elles ne sont qu'illusoires. Sens toi petit dans ce monde qui ne t'appartient pas réellement, parce que nous sommes que de passage, que de simples visiteurs. Ouvre les yeux, hume l'air des champs et apprécie ce que tu possèdes, ce que la terre t'offre. Part
Rendez-vous interdits

Rendez-vous interdits

Les mots étaient désignés par nos clins d'oeil. Au coin de la ruelle mal éclairée, c'était la seul façon de ne pas se faire prendre, de pouvoir poursuivre cette comédie. L’absence de contact, de paroles étaient telle une ancre accrochée à mon pieds, elle m'apportait, loin. La douleur était latente, mais bien trop présente. Les moment
À l'infini

À l'infini

Mes joues s’empourprent. Mon corps est un bûché de flammes, s’intensifiant sans arrêt. Je sens sa main descendre le long de ma colonne, créant des feux d’artifices sur la lisière de mon dos. L’air qui nous sépare est chargé d’électricité statique. Le temps est suspendu, figé sur place. Je n’entends que les battements de nos de
Qu'ils étaient beau ces amoureux...

Qu'ils étaient beau ces amoureux...

Qu’ils étaient beaux les amoureux durant les premières semaines de leur relation. Ils se dévoraient des yeux, main dans la main, comme si plus rien n’importait. Ils se chuchotaient parfois des «je t’aime» timides, espérant que ce partage soudain de sentiments soit réciproque. Qu’ils étaient beaux les amoureux durant cette première