Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Luci(fer)

Luci(fer)

Sur instagram : @corpsbeau_ "Je n'attends personne pour être heureux. J'attend votre bonheur pour l'être ensemble."

Ses blogs

mOts

mOts

"Je n'attends personne pour être heureux. Je n'attends que votre bonheur pour l'être ensemble." Sur instagram : @corpsbeau_
Luci(fer) Luci(fer)
Articles : 140
Depuis : 05/09/2015

Articles à découvrir

Un homme qui meurt

Un homme qui meurt

- Il était une fois, un homme qui meurt. Cet homme avait vécu. Il avait été, il avait existé. Et puis son coeur s'était arrêté. Qu'il ait été apprécié ou détesté nous importe peu. Maintenant, il meurt. D'une mort sûre, qui est fatale au corps. Peut-être d'une mort qu'il avait provoquée, qu'il avait cherché. Ou bien d'une de ces mo
Hors d'oeuvre - Il y a eu

Hors d'oeuvre - Il y a eu

Je vous présente mon premier projet dans le cadre du Workshop Inaugural de mon école d'Art. Je suis partie de la demande de Nina Patin, photographe et scénographe, qui étais de créer un projet "hors d'oeuvre" dans l'espace du théâtre de Beaune. Être "hors" de l'oeuvre signifiais pour moi m'éloigner de la scène, il fallait que j'aille dans
épiderme

épiderme

La question c'est : qui y a t il derrière ce front ? derrière épiderme universel et protecteur derrière ce voile mystérieux des muscles tendons de l'eau, beaucoup des os, partout cette carapace intériorisé de l'humain qui, debout, marche qui avance à la manière de l'albatros de Baudelaire d'abord maladroit et honteux puis, comme un instinc
Gris - série

Gris - série

Alors il ne faut pas penser à certaines choses, à celles qui vous tiennent à cœur, ou plutôt il faut y penser, car à ne pas y penser, on risque de les retrouver, dans sa mémoire, petit à petit. C’est à dire qu’il faut y penser pendant un moment, un bon moment, tous les jours et plusieurs fois par jour, jusqu’à ce que la boue les rec
3 ème personne

3 ème personne

Dédicace à celle qui redoutait de grandir à cause des cons Aujourd'hui elle grandit avec le sourire et dans la tête un garçon Photographie argentique prise par Matthias
Moi je

Moi je

Photographie : Câbles électriques dans le ciel qui m'aspire Texte écrit le 7 janvier 2018, après un départ, avant des retrouvailles. Moi je, aime bien raconter Moi je, aime bien me raconter Le soleil toujours dans l'air du temps, la lumière jaune de l'hier sur l'écorce et le bleu parfait du ciel dans le blanc simple de la lune qui veille sur
Si l'amour est ici

Si l'amour est ici

Si l'amour est ici, Tendresse, Caresses, Si l'un mourrait ici À tes cendres Je ne veux plus descendre Vivre dans l'amer Ivre devant la mer Comme tu es cruel avec toi Mon amour Il te reste tes cheveux Et puis ton sourire Mon dieu Qui m'appelle du haut d'une tour Qui n'a jamais existé Que dans les bras de Morphée Photographie d'une encre de Chine,
Regarde le ciel

Regarde le ciel

Regarde le ciel Il pleure si elle N'a plus d'amour Mais reste à mort Guette les vautours Qui grognent encore Mais que veux tu Elle ne t'aime plus Et les corbeaux S'envolent bientôt Tu te benis De larme jolies Et l'arme à gauche Passera tantôt Tant son amour Me semble chaos Dessin en un trait, au feutre
Un oiseau chante

Un oiseau chante

- Écoute dont, s’exclame Théo qui pose la main de Lucie sur sa poitrine. Ressens-tu les séismes ? Le corps humain est un univers dangereux lorsqu'il est habité d'amour - Dangereux ? - Exactement, répondit-il, lorsque le corps exulte, qu'il chevauche, entremêle, que le souffle saccade, la peau devient aussi brûlante que la lave. Les torrent
Cher corps

Cher corps

Je sais que si aujourd'hui tu as mal c'est parce qu'hier je t'ai frappé. Mais si je t'ai frappé hier, je ne me trouve pas d'excuse valable. Simplement un besoin irrépressible de passer ma violence quelque part. Et tu étais la. Tu es toujours là. Finalement, j'ai fonctionné comme ceux qui ont entreposé en moi cette violence que je ne connaiss