Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Chatfleuri

Ses blogs

Les chemins de Chatfleuri

Les chemins de Chatfleuri

Des textes des chansons, des textes poétiques (là, je me la pète!) et des réflexions personnelles...
Chatfleuri Chatfleuri
Articles : 240
Depuis : 14/08/2015
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

JE

Je. Je suis. Je suis celle que vous n'attendiez pas et qui est là. Je suis celle que vous attendiez et qui ne viendra pas. Je suis la folle à la lucidité sage. Je suis la folie inavouée. Je suis la louve à l'animalité hors de toute humanité. Je suis la fauvesse qui danse au chant des oiseaux. Je suis la sagesse dissimulée dans l'ignorance.
Le soleil qui vient de se lever

Le soleil qui vient de se lever

Petit matin encore frais. Tu es là, debout, sur le balcon, Un mug de thé à la main. Volutes légères et silencieuses. Un plaid négligemment roulé sur tes épaules, Tu frissonne à peine. Tu contemple le soleil qui vient de se lever. Je te regarde dans ce silence serein. Tu ne bouges pas, temps suspendu. Je savoure des yeux l'intime tableau :

Les aiguilles de Calcutta (ô Calcutta)

Calcutta, ô Calcutta Sous tes divines aiguilles Calcutta, ô Calcutta Je me sens partir en vrille Calcutta, ô Calcutta À coups d'encre dans ma peau Calcutta, ô Calcutta Tu me fais chanter le tango Devant toi je me déshabille Timidement comme une pucelle J'ai beau savoir que t'es gentille Je sais que j'vais voir trente-six chandelles Et quand j

Le seuil de ce monde

Admire, admire ces soleils éblouissants s'éteindre l'un après l'autre. Admire, admire ces ténèbres écrasantes se déployer à cette extinction. Laisse ton esprit, ta raison et ta conscience sur le seuil, Ce monde n'en a pas besoin. Laisse tes vêtements, ta chair et ton existence sur le seuil, Ce monde te donnera les siens. Pendant ce temps l

Profanation

Ton corps est un temple que je brûle de profaner. Et toi, grande prêtresse, célébrante du pur esprit, Tu es créature incarnée que je désire initier, À ton corps consentant, au goût du fruit interdit. Par d'audacieuses escarmouches, j'aurai raison de tes défenses réticentes. Les boucliers de ta foi ne pourront faire face à la foi de mon

Le Tabou contemporain

Suis-je malade d'avoir tant envie d'aimer ? Suis-je perverse de vouloir caresser ta peau ? Suis-je folle de désirer l'écrin de tes yeux Pour y voir un reflet de moi en plus beau que moi ? Suis-je égoïste de ne pouvoir être heureuse Que si je t'offre la douceur et le rire ? Suis-je si perdue que je ne puisse plus Supporter l'hiver de la solitud

La rêveuse d'origamis

Apprends-moi à plier une rose de papier Et je te montrerai la danse du monde qui y est lovée. Montre-moi ton village sur un caillou bleu Et je te chanterai les mystères d'un monde heureux. Si tu fais éclore le lotus sur la mousse sylvestre Je te raconterai une bulle de rêve sur une mer de réalité terrestre. Et quand tu danse dans ton océan

L'impossible

Demande-moi de bâtir des ponts de rosée sur les volcans, D'inverser par mon souffle l'Autan, le Mistral et la Tramontane, De faire fleurir le nénuphar dans le désert d'Atacama, Et de tisser autour de la lune une toile de songes d'enfants. Demande-moi de boire les nuages à la paille Et de marcher nu-pied sur les rasoirs des mots non-dits, De do

Mes chers couillons

Mes chers couillons Je ne vous ai jamais écrit de chanson Moi qui ai tant chanté mes amours Et la vie qui passe tous les jours Alors maintenant je chante pour vous À toi mon grand Quand on t'as posé sur le sein de maman Tu m'as regardé de tes yeux brillants Et j'ai pleuré une larme de joie J'ai réalisé que je devenais papa Je me rappelle en

Dissolution féminine

Sur la toile, les aplats de couleurs donnent corps Au plaisir Charnel, sensuel. Explosion du rose pastel, de la chair carnée, Et une touche d'orange. En noir épais, le contour de cette femme qui se dissout Dans l'invasion du plaisir, Abolissant la frontière entre soi et le monde. Ne reste plus qu'un sein Appelé à disparaître lui aussi, À se