Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Chatfleuri

Ses blogs

Les chemins de Chatfleuri

Des textes des chansons, des textes poétiques (là, je me la pète!) et des réflexions personnelles...
Chatfleuri Chatfleuri
Articles : 262
Depuis : 14/08/2015
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Les étoiles filantes

J'irai courir avec les étoiles filantes Humer la fragrance incandescente De leurs traînées de lumière. J'airai courir avec les étoiles filantes Ces cailloux solitaires et errants, initiés aux beautés célestes, Venant offrir leur splendeur éphémère Dans notre atmosphère ordinaire mais fatale. J'irai courir avec les étoiles filantes Pour

Mourir à Verdun

C'est un ciel gris qu'il faut aimer Lourd de vie et de patience Qui nous fait sentir désarmé Qui nous fait douter de la chance C'est une plaine si paisible Et des bois sombres et interdits Qui cachent de manière insensible Les traces des orages de jadis Et j'irai mourir à Verdun Au milieu des champs de croix blanches Près des soldats morts pou

Confession d'une âme saine d'esprit

Une chape d'estompe a insinué la vie. Elle ne s'est pas abattue, non ! Conforme à elle-même, elle s'est infiltrée Subrepticement, sans tambour ni trompette. Et maintenant, sans surprendre personne, elle est là. Brouillard sur le monde, la ville, les gens. Brouillard dans nos cerveaux, nos cœurs, nos sens. Les rues voient des passants sans ide

L'œil du cyclone

Lorsque je ferme les yeux Je vois les voiles de mon âme Déployer leurs ailes tourbillonnantes Sur les envolées du final de Jubilee Street. Il n'y a pourtant pas un bruit, pas un souffle. Je suis dans l'œil du cyclone. Et je marche dans la même direction, À la même vitesse que lui. Autours de moi, je le vois pourtant, C'est tempête. Tout vol

Liturgie

Il y a le pré qui descend doucement vers la falaise et la mer Il y a l'herbe verte, grasse et moelleuse sous nos pieds Il y a cette corde un peu usée, croûtée de sel, accrochée à un fourré Il y a la descente en rappel, confiante dans ce vieux cordage effiloché Il y a cette alcôve à mi-hauteur où l'on s'arrête, étonnées et admiratives

Qui?

Qui ? Qui est la victime sacrificielle ? Qui est le sacrificateur ? Qui est la mère, qui est l'enfant ? Qui naît, qui meurt ? Qui est spectateur, qui est acteur ? Qui va vivre, qui va mourir ? Pourquoi continuer à vivre et pourquoi mourir ? Ulcère, hémorragie post-natale L'hôpital comme la maison sont dans la rue voisine J'ai perdu mon chemin

Vision interdite

Mon regard s'aimante à la vision magnétique De ces fusées de chair lascives qui se croisent et se décroisent. Esclave rétinien asservi à la vision instantané-photo fugitive Du mystère pudique et inaccessible, D'un trou noir charnel dévorant sans pitié La lumière des étoiles de ma conscience. Eros obsessif errant dans la rue, Nez en quê

Iakoutsk

Iakoutsk Petit-à-petit, comme moi, Iakoutsk se casse la gueule. Le pergélisol sur lequel est bâti la ville se dégèle, Doucement, Inexorablement. Les pilotis de béton se sont plus assez profonds, et la ville tangue au sous-sol mouvant. Avec le réchauffement climatique, il ne fait plus assez froid à Iakoutsk. On peut même y avoir chaud en é

L'ambre

La pierre s'est décrochée et a chuté dans le torrent. Le gel, l'a arraché à la roche, patiemment. Elle a roulé, roulé, emportée par le courant Et s'est érodée sous la force de cet élément. Je l'ai découverte un jour, sur la rive Et ai pensé plonger ma main dans l'eau glacée. Mais, malgré sa teinte orangée vive, J'ai renoncé à la

C'était mieux demain

Tu te rappelles ? On avais vingt ans. Le monde nous paraissait pourri, Mais on avais des rêves et des idéaux plein la tête. Ça ne nous empêchait pas de gueuler « NO FUTURE ! » Ou de scander « Touche pas mon pote ! ». Mais il est passé où, le Désir qui nous animait ? Il est passé où ? On rêvait de fraternité Universelle. Elle est bel