Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Persan

Persan

Tags associés : cafeducommerce

Ses blogs

Café du commerce

Café du commerce

Un blog de plus mais agacé, énervé, amusé, décalé, impertinent si possible, passionné et personnel. Ou comment réhabiliter batailles à coups de verbes et de pastis des cafés du commerce, mêler pires conneries et quelques vérités personnelles.
Persan Persan
Articles : 86
Depuis : 06/05/2006

Articles à découvrir

500 jours par an (au moins)

500 jours par an (au moins)

Du 13 au 17 octobre, toutes les écoles primaires en France, en Navarre, à St-Pierre et Miquelon et chez moi à Madagascar ont eu droit à la semaine de l’Europe (1). Dans le même temps, c’était une nouvelle fois « Lire en fête » qui donne aux enseignants bonne conscience : au moins une fois par an, nous faisons notre devoir pour combattr
Per un torno di piú !

Per un torno di piú !

Ecco ! C'est reparti pour un tour ! Les Italiens ne se lassent pas de leur "Cavaliere", dont on peut dire qu'il porte bien son nom tant il multiplie les propos cavaliers. Ce cher Silvio a toujours à ses côtés la délicieuse Alessandra Mussolini, qui ne saurait renier l'héritage de son aïeul bénit. A-t-on jamais vu chez nous quelqu'un d'aussi
"Casse-toi, pauvre con"

"Casse-toi, pauvre con"

et autres politesses présidentielles... Un mois de silence bloggeur, fichtre ! Au train où va le monde, quand 200 000 personnes disparaissent du globe en une semaine de catastrophes naturelles, ou plutôt pas naturelles, un peu surnaturelles, cela fait beaucoup. Imaginez un an de silence et vous ratez toute une vie de Sarkozy. Vous ne ratez pas g

Qui veut parrainer un p'tit Martien ?

Je reste toujours étonné de la faible capacité des médias à utiliser les infinies possibilités offertes par les cervelles qui peuplent leurs rédactions. Dernier exemple qui me vient à l’esprit, totalement au zazard bien entendu : le parrainage d’enfants victimes de la Shoah. Seul point de débat : un enfant ou une classe pour porter le
Pour quelques pékins opprimés...

Pour quelques pékins opprimés...

Charles Cunningham se serait bien gardé de passer ainsi à la postérité. Mais il l'avait bien cherché. Vers 1880, alors que son vert pays d'Irlande criait encore une fois famine, il en profita pour exiger des prix très élevés à ses fermiers pour les terres qu'il leur louait. En un mot, c'était un enfoiré. Mais les péquenots ne s'en laiss
J’ai mal au trou de la Sécu

J’ai mal au trou de la Sécu

Voilà un bien piètre jeu de mots, déjà très éculé (hum ! hum !), mais qui servira d’introduction à ces quelques lignes sur les maux de la Sécu. Récemment, je me suis frotté au monde médical en raison d’un petit souci de dextre doigté annulaire, ou en d’autres termes : j’avais un problème au quatrième doigt de la main droite.
Et pan ! dans les bourses !...

Et pan ! dans les bourses !...

Moi, je lis un bon polar et je m'endors bienheureux. Il n'y a pas à dire, la dégringolade du CAC 40, du Dow Jones et autres, ça ne m'empêche pas de dormir. Et pourtant, les médias nous en abreuvent tant et plus, et à la fin je comprends qu'une chute des bourses mondiales peut entraîner de graves conséquences pour le monde entier, y compris
Sono pazzi questi Italiani !

Sono pazzi questi Italiani !

En 52 avant J.C., Obélix se serait contenter d'un "Ils sont fous ces Romains". On peut raisonnablement y ajouter aujourd'hui les Napolitains, les Turinois, Milanais et autres Vénitiens, sans oublier les Sardes et les Siciliens. À notre époque, Zeus merci !, ils se contentent d'entretenir leur extravagance dans leur botte sans en faire profiter
Vivement 2010 !!!!

Vivement 2010 !!!!

Nous ne vous souhaiterons pas une meilleure année possible. La situation économique et sociale dans le monde ne nous le permet pas. Nous ne vous souhaiterons pas une meilleure santé parce que les déremboursements continueront, et que les hôpitaux sont dans un état de compression de personnel et de régulation des finances qui peut effrayer m
Antilibéral, tu perds ton sang (cent) froid !

Antilibéral, tu perds ton sang (cent) froid !

Comme une envie d’enfoncer des portes ouvertes, de voguer sur les courants d’air du temps. Et de radoter, comme un vieux en devenir (on l’est tous…, je fais mon Socrate décati). La crise par ci, les fonds de pension sans fonds par là, les milliards d’euros, de dollars, de pesetas, de yens, de pépètes, engloutis dans les banques, ces s