Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Scritch

Scritch

When a flower grows wild It can always survive Wild flowers don't care where they grow (Dolly Parton) I'm a streetwalking cheetah with a heart full of napalm (Iggy & the Stooges)

Ses blogs

Mine Goes to Eleven

Mine Goes to Eleven

scritchocratie.over-blog.com
Scritch Scritch
Articles : 88
Depuis : 22/08/2006
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

L'Efficacité Télévisuelle

L'Efficacité Télévisuelle

Geronimo, Arnold Laven, 1962 C'est parmi les plus grands plaisirs que découvrir un vrai bon film la où on n'attendait rien d'autre qu'un divertissement temporaire. C'est encore plus succulent quand cette réussite s'affranchit de tous les éléments qui font généralement ce qu'on appelle le grand cinéma : stars et spectaculaire. Laven est avan
Ricky Hui va nous manquer.

Ricky Hui va nous manquer.

Fa qian han, John Woo, 1977 Money Crazy est un film de John Woo parce que c'est marqué au générique et sur la jaquette, autrement ça ne se voit pas trop. En cherchant bien (vraiment bien) on peut percevoir un peu du futur auteur de Hard Target dans un très beau plan de la moitié du visage de Richard Ng reflétée dans un rétroviseur, et dans
Le Grand Combat

Le Grand Combat

Cinéastes à Tout Prix, Frédéric Sojcher, 2004 Cinéastes à Tout Prix présente trois cinéastes belges amateurs, ou plutôt, disons, pour donner un peu plus dans le prestigieux, ultra-indépendants : Max Naveaux, Jacques Hardy et celui qui est sans doute les plus connu et le plus fascinant du lot, Jean Jacques Rousseau. Paradoxe : ces cinéast
Hétérodoxie

Hétérodoxie

Bian Fu Chuan Qi, Chu Yuan, 1978 Parmi les grands réalisateurs de la Shaw Bros, Chu Yuan reste un peu moins connu que Chang Cheh et King Hu, Quelque part entre les deux, plus artiste que Chang (il a fait ses débuts dans le cinéma indépendant cantonnais), plus porté que Hu sur l'action et le divertissement, c'est un cinéaste qu'on dirait influ

Bilan 2011

Comme l'année dernière, je précise que, c'est une évidence, mon temps libre et mon budget ne me permettent de voir qu'une infime partie de ce qui sort en salle, même si je m'efforce autant que possible de varier les plaisirs dans mes choix de films - c'est-à-dire que je vois en général deux films en salles par semaine, une grosse sortie et
Des Torgnoles dans la Gueule

Des Torgnoles dans la Gueule

China O'Brien, Robert Clouse, 1990 On peut se demander ce qui pousse les gens de chez Seven Sept à sortir ce film et sa suite dans une copie à peine digne d'un VCD compressé comme un César. Ceci dit, on est quand même heureux que soit disponible (c'est inespéré et sûrement pas rentable pour l'éditeur) ce remugle de vidéo-club, pour un pri
La Grâce

La Grâce

Ben-Hur: A Tale of The Christ, Fred Niblo, 1925 Les films avec Jésus dedans sont presque tous fabuleux. C'est qu'ils sont comme touchés par la grâce seigneuriale, ce qui, d'un point de vue totalement rationnel, peut s'expliquer par un surplus d'implication des cinéastes. Faire son film sur Jésus, c'est du sérieux, y a des pincettes à prendre
Santa Claus is coming to town.

Santa Claus is coming to town.

You Better Watch Out, Lewis Jackson, 1980 Parce qu'il a été traumatisé enfant par la vision du Père Noël lutinant sa maman, un brave type un peu transparent devient au moment des fêtes un vengeur rouge et blanc traquant les méchants adultes qui n'ont pas été sages pour le leur faire payer très cher. Cas doublement intéressant puisque pou
Le Cinéma plus Fort que Tout

Le Cinéma plus Fort que Tout

Le Sommeil d'Or, Davy Chou, 2011 Objet étrange : un documentaire sur le cinéma cambodgien, c'est-à-dire sur un cinéma qui n'existe plus ou presque. La majorité des films ont été détruits par le régime de Pol Pot (ce qui nous fait une raison de plus, encore une, de haïr les dictatures) et sont en conséquence désormais invisibles - et don
Fuir l'Ennui

Fuir l'Ennui

7 Jours ailleurs, Marin Karmitz, 1968 Aujourd'hui qu'on ne sait plus trop quoi penser de Marin Karmitz, défenseur sympathique d'un autre cinéma et millionaire grâce à lui, victime consentante du grand débauchage présidentiel ("Marin Karmitz, qui est un homme de gauche, blablabla"), ça peut sembler dur à gober qu'il a été un cinéaste auth