Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Fleur bleue

Fleur bleue

Je suis beau, intelligent, riche...et très menteur

Ses blogs

Le blog de Gérard

Un peu de tout, regards sur le monde, textes divers et poésie
Fleur bleue Fleur bleue
Articles : 370
Depuis : 18/08/2007
Categorie : Économie, Finance & Droit

Articles à découvrir

Bucolique

J'ai dégoté, dans un traité de versification proposé par Pierre Guiraud, dans la collection "Que sais-je", un bien curieux quatrain, qui doit dater approximativement du XIVème siècle. Laissons le lecteur décoder les mystérieuses rimes embrassées Quand je gardoye aux champs les bre-bre J'estoye des pastours magis-gis-gis Car bergieres faiso

La marguerite

Un peu d'espoir illumine ma vie Beaucoup de rêves colorent mes nuits Passionnément je te cherche ma chérie À la folie ma raison s'enfuit Serons-nous un jour plus que des amis ? Pas du tout, répond la marguerite Et mon sourire s'envole vite vite Comme pétales d'une fleur qu'on a cueillie.

Maman

"Maman, je t'aime !" Pourquoi ne t'ai-je pas dit ces mots que tu attendais ? Aujourd'hui je pense à toi et je te crie "je t'aime !" mais tu ne peux plus m'entendre...

Un ou une

Entendu, ce matin sur France-Inter, dans la bouche d'un journaliste, "Sharapova est devenue numéro une". Si les journalistes, qui sont censés donner l'exemple en parlant correctement notre belle langue font des fautes si grossières, c'est que quelque chose ne va pas. Ce journaliste est à la langue française ce que Mac Do est à notre gastronom

Médailles

Patrick Montel thésaurise les médailles, avec une cupidité "harpagonesque", avant même que les épreuves soient terminées. Cette obsession imprègne tout son discours. Il est à l'athlétisme, hélas ! ce que Thierry Rolland était au football…

Tu parles, Charles !

Une maison sans femme est aussi vide qu'un écrin sans bijou. (Charlie Chaplin)

Humain

Mélenchon fonde sa radicalité sur l'humain. Il y a là quelque chose qui relève du poétique. Patrick Chamoiseau

La bonne chanson

Une poésie que j'adore : La lune blanche Luit dans les bois; De chaque branche Part une voix Sous la ramée… Ô bien-aimée. L'étang reflète, Profond miroir, La silhouette Du saule noir Où le vent pleure… Rêvons, c'est l'heure. Un vaste et tendre Apaisement Semble descendre Du firmament Que l'astre irise… C'est l'heure exquise. Paul Verl

Ronsard

Tout le monde connaît le fameux "Mignonne, allons voir si la rose…", de Ronsard, mais connaissez-vous ce sonnet, qu'il a écrit en 1560 : Je vous envoie un bouquet que ma main Vient de trier de ces fleurs épanies; Qui ne les eût à ce vêpre cueillies, Chutes à terre elles fussent demain. Cela vous soit un exemple certain Que vos beautés bie

Mademoiselle...

Il paraît que les associations féministes ont gagné : les demoiselles ne doivent plus être appelées "mademoiselle". Et, à lire l'article signé Dominique Garandet, en dernière page de La Montagne du 23 février, ceux qui s'y risqueraient encore sont des "phallocrates attardés", des "affreux goujats", des "abominables rustres", qui veulent j