Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

ZEITNOT

ZEITNOT

J'aime la musique et la littérature.

Ses blogs

Le blog de ZEITNOT

Le blog de ZEITNOT

Amateur de musique et de littérature.
ZEITNOT ZEITNOT
Articles : 246
Depuis : 14/04/2009

Articles à découvrir

RENCONTRE AVEC MONSIEUR NOULAYMARCHÉ

RENCONTRE AVEC MONSIEUR NOULAYMARCHÉ

Nous sommes reçus dans une vaste salle plutôt austère, ceinte de boiseries chaleureuses et décorée par de belles toiles représentant d’une manière stylisée différentes monnaies et toutes sortes de graphiques. Notre interlocuteur, sur un corps normal, c'est-à-dire une taille moyenne régalée d’un embonpoint raisonnable, porte une éno
LA TÊTE DE L’EMPLOI ?

LA TÊTE DE L’EMPLOI ?

Répondant à un journaliste qui avait le mauvais goût de l'interroger à propos du tribunal arbitral naguère mis en place, ce vertueux trio qui octroya 45 millions d'euros « au titre du préjudice moral » en sus d'autres versements, voulant justifier de l'indépendance et du parfait bien-fondé de sa décision, Madame Lagarde a rétorqué : es
LE SON – DEUX

LE SON – DEUX

début en UN SON - UN Il n’avait pas fait attention le petit chauve, pourtant avec son livre consacré aux réalisateurs italiens, il avait le profil du cinéphile passionné, même échec auprès du quatuor féminin dissertant de la thématique sociopolitique très forte de cet austère chef-d’œuvre malheureusement inaccessible au spectateur
LE POUVOIR DU CRACHAT

LE POUVOIR DU CRACHAT

On nous avait dit que la campagne 2012 serait dure, impitoyable et que tous les moyens, on n’avait pas oser les qualifier de sordides, seraient utilisés. À ce propos quelle aberration pousse les commentateurs à parler de campagne, n’a-t-elle pas commencé depuis fort longtemps ? Le Président, et ses thuriféraires le susurrent avec délecta
UN SON - UN

UN SON - UN

LE SON - UN J usqu’à la nuit il avait fait tellement chaud que la pluie tant attendue se transformait en un tulle frémissant au dessus de l’asphalte, la lumière des phares et de quelques vitrines billebarrait ce voile diffus, les arbres et les immeubles de la place semblaient naître d’une fantasmagorie moite et odorante où s’enroulaien
LE SON – FIN

LE SON – FIN

début en UN SON - UN Au cours de la séquence elle changea de position cinq ou six fois, finit par s’installer en chien de fusil sur le canapé, étendit les jambes, puis les replia, lui était si obnubilé par le film qu’il ne vit pas l’ombre au fond de ses cuisses, ni ses seins que la tension du tissu exaltait. La phrase le fit sursauter.
LECTURE : « SARKO M’A TUÉ »

LECTURE : « SARKO M’A TUÉ »

Vingt sept personnalités ont été entendues par les journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme. De leur ouvrage, sarko m’a tuer, presque tous les médias suivis par les stipendiés et les sbires du Président n’ont retenu que l’entretien avec la juge Prévost-Desprez. Si dans le classement mondial 2010 concernant la liberté de
COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT…

COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT…

Je l’ai fait, j’ai osé. Je ne sais qui m’a insufflé le courage ou l’audace, mais je l’ai fait. Il y a eu l’atlantique, les circumnavigations, les grandes expéditions africaines, amazoniennes et himalayennes, l’exploration des pôles celle du cosmos et de la Lune. Ce sont de belles aventures certes, mais très physiques, très techn

AMUSEMENTS

métaphores audacieuses Sa main était froide comme celle d’un serpent… Son doigt me fixait d’un regard implacable… L’année dernière j’ai parcouru le globe en long en large et en travers... Le redoutable échassier se rua sur sa proie ventre à terre… Cet audacieux cul-de-jatte n’avait pas les deux pieds dans le même sabot… Est
LE SON – TROIS

LE SON – TROIS

début en LE SON – DEUX Ils se répartirent le travail, façon de parler, c’est Gabrielle qui organisa les opérations. Il fallut d’abord remiser la vieille télévision et son décodeur, débarrasser une table de trois énormes piles de revues, déballer le matériel, remettre les blocs de polystyrène dans les cartons ; il exila tout ce fou