En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

saravigotte

saravigotte

Depuis que j'ai découvert qu'il m'était possible de raconter des histoires, je suis accroc au clavier. Des histoires drôles et tendres qui permettent de ne pas se prendre au sérieux. Telle est mon ambition.

Ses blogs

Le blog de saravigotte

Le blog de saravigotte

Mon musée imaginaire, art éphémère de la rue, aquarelles, lavis et poèmes plus ou moins philosophiques
saravigotte saravigotte
Articles : 248
Depuis : 07/06/2008
Categorie : Mode, Art & Design

Articles à découvrir

Petit crabe marche de guingois

Petit crabe marche de guingois

Un crabe, souviens-toi, Ça marche, ça marche. Un crabe, souviens-toi, Ça marche de guingois. Un crabe, méfie-toi, Ça pince, ça pince, Un crabe, méfie-toi, Fais attention à tes doigts. Corinne Albaut Extrait de l’album CD Contemimes – Naïve exposition du sable entre les pages, Rochefort, photo Saravigotte
L'infini architectural et poétique

L'infini architectural et poétique

Toujours elle me fut chère cette colline solitaire et cette haie qui dérobe au regard tant de pans de l'extrême horizon. Mais demeurant assis et contemplant, au-delà d'elle, dans ma pensée j'invente des espaces illimités, des silences surhumains et une quiétude profonde ; où peu s'en faut que le cœur ne s'épouvante. Et comme j'entends le
Interdit d'interdire

Interdit d'interdire

"Ce n'est qu'un début, continuons le combat !" "Comment peut-on penser librement à l'ombre d'une chapelle ?" "Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi." "Elections, piège à cons ! "Etes-vous des consommateurs ou des participants ?" "Faites l'amour pas la guerre !" "Fermons la télé, Ouvrons les yeux." "Je ne veux pas perdre ma vie à
les années nous ont pixelisé

les années nous ont pixelisé

street art, papier collé, photo Saravigotte P erles de gouttes d’eau qui filtrent le soleil I risant le jardin de taches de couleurs X points lumineux qui dans le vert pétillent E ntourant la lumière comme d’un bas résille L es tableaux sont semblables aux pétales de fleurs S ur qui la lumière vole comme une blonde abeille Alain HANNECART
Chat rouge

Chat rouge

Paris 12, photo Saravigotte ”Au milieu s’élevait un grand dais rouge, sur lequel trônait un chat qui semblait attendre les hommages de ses visiteurs. Un vaste collier de poils blancs se détachait comme une pèlerine de chancelier sur sa robe noire. La moustache était celle d’un magyar hongrois, et quand solennellement l’animal s’avan
Je n'ai pas d'autre azur que ma fidélité

Je n'ai pas d'autre azur que ma fidélité

On peut me harceler que suis-je qu’ai-je été Je me souviens d’un ciel d’un seul et d’une reine Et pauvre qu’elle soit je porterai sa traîne Je n’ai pas d’autre azur que ma fidélité Je suis ce chevalier qu’on dit de la charrette Qui si l’amour le mène ignore ce qu’il craint Et devant tous s’assit parmi les malandrins Comm
Conseils à une parisienne (par Alfred de Musset quand même)

Conseils à une parisienne (par Alfred de Musset quand même)

Papier collé, Paris 20, photo Saravigotte Oui, si j'étais femme, aimable et jolie, Je voudrais, Julie, Faire comme vous ; Sans peur ni pitié, sans choix ni mystère, A toute la terre Faire les yeux doux. Je voudrais n'avoir de soucis au monde Que ma taille ronde, Mes chiffons chéris, Et de pied en cap être la poupée La mieux équipée De Rome
Rimbaud Robot

Rimbaud Robot

exposition Montoire Il n'est pas vrai que quoi que ce soit puisse progresser en allant de beauté en laideur. Il n'est pas vrai que nous n'ayons besoin que d'acier trempée, d'automobiles, de tracteurs, de frigidaires, d'éclairage électrique, d'autoroutes, de confort scientifique. Je sais que tous ces robots facilitent la vie, je m'en sers moi-m
Guignier en fleurs

Guignier en fleurs

Bien que j'aille chez vous sans cesse le long des chemins rêveurs, La couleur de la fleur de cerise S'est fanée en vain Sous la longue pluie Tandis que dans des pensées à vide J'ai passé ma vie. À un qui vient rarement ici Le vent par les pins Retentit triste au temps de nuit. Rapide en effet a été la naissance de mon amour pour vous , rapi
Aux trois aimés

Aux trois aimés

De vous gronder je n'ai plus le courage, Enfants ! ma voix s'enferme trop souvent. Vous grandissez, impatients d'orage ; Votre aile s'ouvre, émue au moindre vent. Affermissez votre raison qui chante ; Veillez sur vous comme a fait mon amour ; On peut gronder sans être bien méchante : Embrassez-moi, grondez à votre tour. Vous n'êtes plus la sau