Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

l' impudente

l' impudente

Ses blogs

l' Impudente

l' Impudente

En dérive vers l'absolu...!
l' impudente l' impudente
Articles : 87
Depuis : 18/01/2010
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Taxi driver - nom d'une pipe!

Taxi driver - nom d'une pipe!

Dans son pays, l'étrangère c'est moi. Toute frêle, simplement parce que je viens de loin. Ici, je n'ai rien à envier aux pièces rapportées, aux remplaçants de terrain et aux doublures de théâtre : je suis l'intruse dans toute sa palote splendeur. Celle qui attend qu'on la reconnaisse et qu'on l'appelle, mais qu'on remarque à chaque fois d
Déclaration : amour

Déclaration : amour

Je suis rentrée dans l'ère du dé-ta-chement. Plus rien ne saisira jamais les nervures de mon sentiment. Depuis le début je n'en ai qu'un seul, et maintenant il se décrépit et le peu qu'il en reste fout le camp. Très discrètement, mon sentiment unique et solitaire s'enfuit comme un voleur par derrière les murs de ma cour intérieure. Désor
Ce n'est qu'un mauvais tour

Ce n'est qu'un mauvais tour

Allez, ne refroidis pas trop mes désirs impulsifs, tu sais bien que je te les tends comme des cerises à suspendre à tes oreilles. Tu pends, toi aussi, comme une cloche, parfois. J'aimerais ressembler au goût de cette cerise un peu vicieuse. Tu vis en dessous et tu tapes férocement sur ton plafond pour me faire sentir ton existence dérangée p
Rire en bandoulière

Rire en bandoulière

J'ai trop de veines, c'est terrifiant, toutes les heures du jour et de la nuit y coulent, c'est asphyxiant. J'ai trop de nerfs, c'est amusant, toutes les peines d'entrée et de sortie s'y coincent, c'est menaçant. J'ai trop d'artères, c'est repoussant, toutes les miettes de désir et de joie s'y agglutinent, c'est luxuriant. J'ai trop de mots c'e
Quoi ta gueule?

Quoi ta gueule?

FACES : à chacun son chaos Arnul Rainer Je viens de croiser ma phobie dans la rue. J’étais assise à l’intérieur d’un café près de la fenêtre et je l’ai vue passer marchant avec difficulté et tenant sous son bras quelques courses. Elle était prostrée, fatiguée, elle semblait abattue. La défiguration. Très probablement une tumeur
Blocus au purgatoire

Blocus au purgatoire

Qu'est-ce que j'irais faire en Enfer? Oui je sais et c'est bien vrai : il y a là bas quelque chose d'irrésistible. Pas seulement des flammes et des cure-dents, pas seulement des bombes, des tombes et des déchirements stridents. Il y a autre chose : la fin de l'angoisse de l'après et du pire. Et de la moquette en béton. Il y a pas mal de Rien
Compte-goutte

Compte-goutte

Drôle de point sur drôle de vie. Pour une fois qui je suis? L'insécable unité du MOI, qui aimerait bien parfois se fissurer - comme vous autres, bande de schizophrènes inachevés - se demande d'où il vient, ce qu'il fiche ici, où il s'en va, revient, repart, s'il doit sourire quand on lui plante un couteau dans le dos ou pleurer quand on lui
J'irai écrire sur vos tombes

J'irai écrire sur vos tombes

Je veux que tu sois mon lecteur. Un masque de Venise posé sur le haut d'une commode. Je soufflerai sur toi et tu tomberas poussière, à l'écoute de mes mots. A la lisière des chuchotements en croisière, dans la poche en fourrure de mes cris. Que ce soit dit et soit ainsi. Nous sommes encore en mars, c'est effarant. Je crois pourtant, avec une
Une perruque, une voix tyrannique et un taureau daltonien.

Une perruque, une voix tyrannique et un taureau daltonien.

Je prends grand soin de ma figure et je ne sors jamais sans ma perruque. J'ai de longues mains compactes et fermes que de fines veines sans couleur tricotent et boursouflent quand le soleil harasse. Mes mains ressemblent à celles de ma grand-mère - peut-être même que ce sont celles de ma grand-mère. C'est comme si elles avaient vu le temps fil
La non-solidarité avec le genre humain : oui, c'est elle.

La non-solidarité avec le genre humain : oui, c'est elle.

J'ai encore une fois repoussé les limites - endurcies, comme moi - la tête la première butée contre le mur - fêlé, comme moi - de l'autre. L'autre c'est eux, c'est vous, c'est lui. C'est toujours le même, qu'est-ce qu'il est beau, je glisse la langue la première sur sa plastique... Je l'ai pris comme prototype, aïe, j'ai eu tort, une tape