Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Lucie Delarosbil

Lucie Delarosbil

Un peu la poésie. Beaucoup l'écriture. Passionnément la lecture. Pas du tout à bout de souffle pour la recherche. Je blogue aussi sur Fouilles Trouvailles, la généalogie de Paspébiac, ma ville natale.

Ses blogs

Éloges et parcelles d'écriture

Chaque parcelle d'écriture qui émane de ma main, de mon esprit, de mon âme reste une parcelle de moi. L'ensemble de toutes ces parcelles forme un tout avec ma vie. Je suis un tout ''intégré et indivisible''. Telle est une pensée d'Anaïs Nin qui rejoint la mienne, qui m'a inspirée à écrire ce bout de texte si court mais si plein à la fois.
Lucie Delarosbil Lucie Delarosbil
Articles : 64
Depuis : 15/09/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

13 avril 2005

Avec Heidegger, en plus d'apprendre la difficulté que peut mener une lecture même attentive, j'ai aussi appris les controverses qui sévissent sur le compte de cet auteur. Ce qui m'a amenée, pour tenter de mieux le comprendre, à consulter et parcourir quelques livres et m'en tenir à ceux-ci : L'oubli de l'air chez Martin Heidegger de Luce Irig

31 mars 2005

J'ai tenté de saisir l'étang en le comparant avec ma perception du vécu de mon frère. Je considère cet exercice comme un départ de recréation. Un certain chemin que j'ai osé prendre pour mieux comprendre avec ma conscience un sens du domaine qui représente la conscience de Guillevic. Mais celui-ci écrit : « Descendre dans l'étang // n'a

21 avril 2005

L'intuition me pousse à vouloir parler du vent. Je cherche l'inspiration. Je pense : « On ne parle pas du vent. » Un air me souffle à l'esprit de plonger et de trouver mon inspiration dans l'écriture, d'oublier pour aujourd'hui ma tendance à la rechercher dans la lecture. J'avais lu cette phrase de Blanchot dans L'Espace littéraire : « Fair

4 mai 2005

Je termine mon journal aujourd'hui. Je dois le remettre demain. Ça fait trois mois que mon frère est mort. Le quatre février deux-mille-cinq restera une date triste et mémorable. J'ai écrit un mini recueil de poésies sur la sauvage déréliction qu'il a pu vivre avant de s'enlever la vie, sur cette souffrance longue et intolérable qu'il a d

14 avril 2005

Ce qui m'intéresse dans la philosophie de Luce Irigaray, dans L'oubli de l'air, c'est qu'elle questionne l'essence de l'Être et de la pensée, se demandant s'ils sont « faits de la même matière », puisque « depuis Parménide : être et penser étant le Même ». Quelle serait cette matière qui compose l'Être ? « En quoi ce est ? » demand

4 avril 2005

Que représente ce vent du domaine de Guillevic, cet air en mouvement qui « se cherche / des porte-parole », qui « se nie », qui « trouve à redire // à lui-même / surtout », qui « s'essouffle / contre les murs / plus encore / contre les arbres », mais qui, par contre, « sert à quelque chose » ? © Lucie Delarosbil, 2021 Source : Guill

1 avril 2005

Le domaine est un tout, probablement le tout de Guillevic, poète et régisseur. Possiblement le tout de tout Être. Le titre, Du domaine, implique un espace et tout ce qu'il contient pour en faire un tout. Il y a l'étang qui est un centre, une partie essentielle de cet espace, qui agit tel un noyau, « comme un chant // qui lui-même / s'entendra

11 avril 2005

Voilà une semaine que je n'ai pas écrit dans ce journal. Souvent je l'ouvre, je relis le dernier jour et je ne sais plus comment dire. Par ailleurs, tout cela ne m'a pas empêché de songer au vent et au domaine de Guillevic, ainsi qu'à la recréation que je veux poursuivre. Pourrai-je continuer ? Là, je m'efforce, j'essaie de laisser couler me

30 mars 2005

Un jour, une grande souffrance a commencé à transformer insidieusement tous ces états chez lui. Je précise et j'ajoute : tous ses états et leurs apparences. A-t-il été trop masqué par « l'ombre dans l'étang / malgré le soleil » ? A-t-il été trop tourmenté par le chagrin et la solitude, « assailli / par le nuage » et la dérélictio

20 avril 2005

Encore des jours de passés sans avoir écrit dans mon journal ! J'ai si peu écrit le dernier jour... si pas du tout... Ce jour vide de mes mots à cette date. Vide de ma mémoire. Vide de ma pensée. Un titre, seulement, qui ne m'appartient pas. Une suite interrompue. Une ombre à mon journal ? Pourtant, ma pensée travaille sans cesse, malgré l