Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
MisterBolt

MisterBolt

Fan de SF, Rôliste de l'âge des cavernes, Technicien dans l'âme, Astrocurieux, Bassiste rythmique repenti et cuisinier averti... Je suis né d'un jet de dés bien placé en 1966 un soir de panne d'électricité (ou après un bon dîner !)

Ses blogs

EMPIRE GALACTIQUE par MisterBolt

EMPIRE GALACTIQUE par MisterBolt

Ce blog est entièrement consacré à L'EMPIRE GALACTIQUE que m'inspire par Asimov et d'autreq auteurs majeurs de la SF. Et, biensur du Jeu de Rôle Empire Galactique de François Nedelec... Ici une description complète de l'Empire Galactique, des mini-nouvelles, une description d'objets usuels, des Mondes et des Planètes...
MisterBolt MisterBolt
Articles : 20
Depuis : 23/09/2009

Articles à découvrir

2 - LES CHRONIQUES DE JASON McCORD - Le Cometix

- 2 - L’Heure de la Sirène est un bar-taverne de la ville rose du Cometix. Le Cometix est un port franc en espace profond. C’est à dire qu’il n’orbite autour d’aucune étoile et ne dépend d’aucun système territoriale... Il est posé là, au milieu de nulle part. Sur l’Almanach Sidéral ont lit simplement : S 545.888.714.00013 / PF

3 - LES CHRONIQUES DE JASON McCORD - Entretien avec Tipo Thi

- 3 - Jason fouille tranquillement dans la poche de sa combi. Il en sort un sondeur-espion et vérifie l’étanchéité de l’alcôve d’intimité. Tipo Thi reste impassible. Puis ! - M. Tipo Thi, vous marquez un point. Jason le fixe droit dans les yeux. Les Malachites les ont ambrés. Les babines de Tipo Thi se retroussent imperceptiblement. Il

1 - LES CHRONIQUES DE JASON McCORD - Jason

- 1 - C ’est l’aurore. Rapidement, le ciel de Karen IV s’emplit de teintes incarna aux lueurs corail. Drapé dans de longs rubans orangées, la voute céleste s’illumine peu à peu d’étoiles. A chaque nouveau flamboiement, un cri rauque retentit dans la jungle, annonçant une nouvelle nuit de prédation... Jason Mc Cord n’est pas franc

6 - LES CHRONIQUES DE JASON McCORD - Lili Remora

Epsilon AGRI est en « odeur ». Sa douceur sucrée est maintenant dominante. Plus « le vaisseau-être-Jason » s’approche de la planète, plus les envoûtant parfums de vanille et de cannelle se mêlent aux fragrances savoureuses du loukoum et des fraises des bois... Enfin ! Le Tracevide déchire le voile triche-dimensionnel et réintègre l’

12 - 9084, LA PROPULSION LEHOUINE

12 - 9084, LA PROPULSION LEHOUINE 9084, LA PROPULSION LEHOUINE Ursula Lehouine fut un Être comme il n’en existe qu’un ou deux par siècle dans l’Univers de l’Empire. Acolyte de l’Ordre de la Vertu Démoniaque, Enseigne Navyborg, Vendeuse diamantaire, cette humaine aux multiples talents ne se réalisa pleinement que chez les Teknos… Pro

14 - 9508, LE CONNATIC DE KNUME

« ...mais la logique profonde de la rébellion Karia, refusant le matérialisme et rejetant le mode de vie béat des citoyens impériaux, montre l’urgent désir d’un souffle nouveau et d’un idéal supérieur face aux navrantes bassesses d’un pouvoir politico-administratif centralisé... » A. Bester, TriD-vision du 15.09.11987, « Les 5 co
11 - 9050, PRIMA "LE POUVOIR CENTRAL"

11 - 9050, PRIMA "LE POUVOIR CENTRAL"

11 - 9050, PRIMA "LE POUVOIR CENTRAL" 9050, PRIMA En 9008, La Loge Tekno reçu pour mission de construire un immense planétoïde artificiel destiné à abriter la nouvelle Capitale de l’Empire : PRIMA. Ce projet titanesque dura plus de 42 ans... en 9050, Tortran « le bâtisseur » s’y installa avec sa cour et sa puissante administration. Dés

13 - 9100 - 9425, DE L’AGE D’OR A LA DECADENCE

13 - 9100 - 9425, DE L’AGE D’OR A LA DECADENCE De centrifuge qu’il était aux temps glorieux de Koddah et des Mille Héroïques, l’Empire devint centripète : Tout ramenait au centre, à Prima, où des Empereurs fainéant géraient dans l’opulence leur rente de patrimoine. Ils n’étaient plus les fiers condottières, ni les hardis explo

4 - LES CHRONIQUES DE JASON McCORD - En route pour Epsilon AGRI

- 4 - Le « STARSHOOT » est un Varlet de classe Tracevide (1). Sa silhouette ventrue file silencieusement le long de la rampe de guidage. Le dock-baie est brillamment éclairé. La paresseuse agitation qui règne en ces lieux est d’une impressionnante sérénité. C’est un ballet de plusieurs milliers de tonnes d’aciers en mouvement, orchest