Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Lunosa

Ses blogs

Le blog de Lunosa

Un peu de tout, beaucoup de riens, de ces petits riens-là qui façonnent le monde, et mon monde... Un monde fait pour être vu, lu, observé, piétiné... Et pour garder les empreintes de nos vies rêvées... Bonne balade sur ce sentier boisé, et n'hésitez pas à laissez quelques traces...
Lunosa Lunosa
Articles : 163
Depuis : 16/07/2009
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Des pas dans la neige.

Des pas dans la neige. La neige n'est plus seule. Des pas l'habitent. Ils sont creux, ils ne sont déjà plus là. C'est une drôle d'habitude, que celle d'être là en étant absent. Ils ont laissé des traces. La neige brille. Elle m'éblouit. Elle l'a toujours fait. Sa fraîcheur apaise mon coeur. Peut-être autant qu'elle le dévore. Des pas da

Deux artistes français, le buzz - Flo de Lavega & Jérémy Frérot

Deux artistes français. Deux (jeunes) voix, une guitare, et c'est le buzz. Leur covers commençent à se faire connaître, et il faut avouer que c'est avec raison! Ces deux jolies voix se complètent fort bien, et puis ces deux artistes ne semblent pas se prendre la tête, et ça, c'est appréciable. Leurs versions des chansons d'artistes aussi di

Tapis de fleurs - Bruxelles

Le tapis de fleurs de Bruxelles, vous connaissez? Tous les deux ans, à Bruxelles, pendant l'été, ce tapis de bégonias est installé sur la Grand-Place par des bénévoles. 77mx24m, 1800m2, plusieurs centaines de milliers de fleurs (250-300 fleurs par m2!)... Cette année, il est admirable du 14 au 19 août 2012... Le thème de cette année est

Encore un poème sans titre! ("Comme...")

Comme il nous manque Parfois, le temps des saltimbanques Celui de l’enfance innocente Et des champs de blés Comme il s’en va Le temps des amis Celui où on se dit Tout, où on ne s’en va pas Comme la ville pleure Seule, le soir, perdue sous la lune Quand seul le fleuve effleure Encore nos rêves de dunes Comme il est loin, ce temps Où j’a

Great Moutain Fire (Live Unplugged)

Lumineuse était la musique de Dan San. Lumineuse encore - mais d'une autre lumière - est celle de Great Mountain Fire. Les Bruxellois nous emportent dans un univers plus surréaliste, où les lions volent, les ours en peluches s'agenouillent et les princes rencontrent les princesses... Un univers magique, qui leur appartient et qu'ils nous partag

Petit poème sans titre ("Je pensais être la seule que les étoiles délaissent...")

Je pensais être la seule Que les étoiles délaissent Ces étoiles qui s'esseulent Pendant que les hommes s'engraissent. Mais tout ce monde en solitude Ce sont les vers qui veillent au grain De cette vie, ses turpitudes De ces morts qui meurent pour rien Car tout est vain sur notre Terre L'amour, la haine, et même la pollution Les enfants crèven

***

Moi, au fond, tout ce que je voulais, c'était être heureuse. C'est quoi tous ces trucs qu'on nous fournit avec la vie, alors qu'on a rien demandé ? J'ai jamais eu le mode d'emploi. Je savais juste faire fonctionner la vie, on m'avait dit que je n'aurais besoin de rien de plus. Mais sans cesse s'ouvrent sur ma route des obstacles intempestifs. De

Un autre poème sans nom... ("Une place vide")

Petit poème écrit un jour d'avril 2010... Se fabriquer des souvenirs à la pelle pour les jeter à la poubelle leurs regards qui te glissent au fond des abysses je n'ai ni le cœur ni le courage malgré mon jeune âge de revivre la mort encore, et encore la vie nous appartient alors pourquoi demain d'autres la prendront? D'autres la rêveront? Se

Petit poème sans titre ("Qu'est-ce qu'un pleur...")

Qu'est-ce qu'un pleur Pour un enfant qui meurt Une mer de sable Sur des terres arables Qu'est-ce que la peur Quand la guerre a pris froid Que même l'heure Se cache sous des draps Quand les décombres Ne reflètent plus la lumière Que seules les ombres Vivent encore sur cette terre Quand la vie mène À une voie sans issue Vaut-il la peine De se b

Dans mon village

Dans mon village Les hommes meurent Les femmes sans âge Encaissent la douleur L’eau est malade Les enfants pleurent Là, dans la rade S’étend l’horreur Les oiseaux peinent L’Afrique a mal Et dans ses veines C’est infernal La nappe noire Est arrivée hier Quand a sombré, le soir Le Castillo-de-Bellver Là sur la plage sombre J’ai douc