En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mots d'Ivoire

Mots d'Ivoire

voix étourdie pourrie aux coudes étouffer l'amour de l'oiseau pour les voyelles qui se nourrissent de geste (Édgardauphin)
Tags associés : a

Ses blogs

Mots d'ivoire:Une poignée de sel pour les créateurs.

Mots d'ivoire:Une poignée de sel pour les créateurs.

"Poésie et musique sont les suprêmes délices des choses." (Georges Clemenceau)
Mots d'Ivoire Mots d'Ivoire
Articles : 40
Depuis : 17/02/2010

Articles à découvrir

La belle amour humaine

La belle amour humaine

Par Jacques Stephen Alexis Message de vœux de Jacques Stephen Alexis adressé à son ami l'être humain.Publié, à l'origine, en janvier 1957, dans Les Lettres françaises et repris ici dans un numéro spécial intitulé "Jacques Stephen Alexis et la littérature d’Haïti" de la Revue mensuelle Europe, en janvier 1971, 20-27pp. Extrait : La bel

Paradis du mal, un fruit mûr détaché méticuleusement de l'arbre millénaire.

J'étais aussi fier qu’heureux lorsque, par une tendre matinée tout ensoleillée, le poète s'était donc rendu chez moi pour me confier l'honorable tâche d'écrire la préface de son deuxième livre de poèmes. Alors, sans la moindre hésitation, j'ai accepté sans nourrir pour autant en moi la vaine et futile prétention de passer au peigne f
Graviers d'ombre, une odyssée de la conscience

Graviers d'ombre, une odyssée de la conscience

Par Raynaldo Pierre-Louis Il faut tout un effort de mémoire pour pénétrer l'univers du jeune poète Edgard Dauphin. Mais qu'est-ce que l'abstraction, sinon un défi flanqué (positivement) au lecteur, une invite à la pensée, à l'interprétation des éléments ou au décryptage des symboles ? C'est effectivement tout le labyrinthe de l'être e
La mort des dieux de la littérature haïtienne

La mort des dieux de la littérature haïtienne

Nietzsche par Edward Munch, peintre du 19ème siècle « Dieu est mort, et avec lui sont morts ses blasphémateurs »1. Cette citation provocatrice de Nietzsche est un cri de révolte en vue de la destruction des anciennes valeurs judéo-chrétiennes pour la création de nouvelles valeurs. Si le nihilisme nietzschéen sera lors de cet article sorti

Appelons ça le monde

Par Ernest Pépin Un monde qui va Dans une poussée d’entrailles, de volcans, d’îles, de continents, de failles, dans la spirale tournoyante des dérives et le grand délire chaviré de ses années-lumière Vertige des malheurs qui traversent les écrans Vertige des malheurs débités en tronçons de J.T Une souffrance imprévisible, un grain

"Où va le monde", une ellipse poétique

Par Samuel F.DAUPHIN Où va le monde ?... Quand j’ai lu le titre du texte, je souriais tout en faisant oui avec ma tête. Ça me rappelle le titre du texte « Où va le roman » du célèbre romancier Jacques S. Alexis, publié dans Présence Africaine, dans le cadre d’un débat autour des conditions du roman national chez les peuples noirs…J

Contre l'impertinence casterienne et trouillotienne

La première journée de la troisième édition du festival Étonnants voyageurs, festival consacré en hommage au poète vivant Georges Castera autour de la thématique: «L’encre est ma demeure», a commencé avec Francketienne, le géant de la littérature haïtienne. Sa prise de parole a profondément ému le public composé de lecteurs haït

Solde

Par, Léon-Gontran Damas Pour Aimé Césaire J'ai l'impression d'être ridicule dans leurs souliers dans leur smoking dans leur plastron dans leur faux-col ... dans leur monocle dans leur melon J'ai l'impression d'être ridicule avec mes orteils qui ne sont pas faits pour transpirer du matin jusqu'au soir qui déshabille avec l'emmaillotage qui m'a
Le rêve me parait meilleur que l’éveil

Le rêve me parait meilleur que l’éveil

Par Samuel F. DAUPHIN, à la mémoire de Stéphanie JEAN L’étonnement La dernière fois qu’on s’est vu, ce fut dans les méandres du bas de la ville, à Port-au-Prince. Tu m’avais quasiment offert toute la forme de ton sourire, en guise de salutation. Et j’agissais de la même façon, car l’égoïsme n’est pas mon fort. D’un lieu,