En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mots d'Ivoire

Mots d'Ivoire

voix étourdie pourrie aux coudes étouffer l'amour de l'oiseau pour les voyelles qui se nourrissent de geste (Édgardauphin)
Tags associés : a

Ses blogs

Mots d'ivoire:Une poignée de sel pour les créateurs.

Mots d'ivoire:Une poignée de sel pour les créateurs.

voix étourdie pourrie aux coudes étouffer l'amour de l'oiseau pour les voyelles qui se nourrissent de geste (Edgardauphin)
Mots d'Ivoire Mots d'Ivoire
Articles : 38
Depuis : 17/02/2010

Articles à découvrir

LETTRE AUX HOMMES VIEUX

Par Jacques Stéphen Alexis Je me fais grâce, messieurs de toutes vos formules patinées en prenant l’arme dangereuse de la plume, pour vous écrire tout ce que j’ai sur le cœur. Je le sais, messieurs, vous êtes de ces Compétences, de ces Expériences, de ces Excellences, qui reprennent volontiers le mot de Louis XIV : « Que diront nos nev

Appelons ça le monde

Par Ernest Pépin Un monde qui va Dans une poussée d’entrailles, de volcans, d’îles, de continents, de failles, dans la spirale tournoyante des dérives et le grand délire chaviré de ses années-lumière Vertige des malheurs qui traversent les écrans Vertige des malheurs débités en tronçons de J.T Une souffrance imprévisible, un grain

Paradis du mal, un fruit mûr détaché méticuleusement de l'arbre millénaire.

J'étais aussi fier qu’heureux lorsque, par une tendre matinée tout ensoleillée, le poète s'était donc rendu chez moi pour me confier l'honorable tâche d'écrire la préface de son deuxième livre de poèmes. Alors, sans la moindre hésitation, j'ai accepté sans nourrir pour autant en moi la vaine et futile prétention de passer au peigne f

"Où va le monde", une ellipse poétique

Par Samuel F. DAUPHIN Où va le monde ?... Quand j’ai lu le titre du texte, je souriais tout en faisant oui avec ma tête. Ça me rappelle le titre du texte « Où va le roman » du célèbre romancier Jacques S. Alexis, publié dans Présence Africaine, dans le cadre d’un débat autour des conditions du roman national chez les peuples noirs…

Contre l'impertinence casterienne et trouillotienne

La première journée de la troisième édition du festival Étonnants voyageurs, festival consacré en hommage au poète vivant Georges Castera autour de la thématique: «L’encre est ma demeure», a commencé avec Francketienne, le géant de la littérature haïtienne. Sa prise de parole a profondément ému le public composé de lecteurs haït
Makenzy Orcel ou Poète solitaire

Makenzy Orcel ou Poète solitaire

Biographie © Elise Jacob A vingt huit ans, Makenzy Orcel est l’un des grands espoirs de la relève littéraire en Haïti. "Ce poète solitaire", comme le qualifie Rodney Saint-Eloi, a fait de sa poésie un cri, pour donner une force littéraire et une voix à cette rage qui l’habite. "Je suis né fâché, j’ai été fâché toute ma vie. C
Intentions de voyage dans la critique littéraire en Haïti

Intentions de voyage dans la critique littéraire en Haïti

Critique littéraire pendant 15 ans au plus ancien quotidien d’Haïti, Le Nouvelliste, puis collaborateur à la revue Vues d’Haïti et à l’hebdomadaire Haïti en Marche, Dominique Batraville a participé au Deuxième Congrès international des écrivains de la Caraïbe (Guadeloupe, 2011). Il relate ici les difficultés et le plaisir d'être
La mort des dieux de la littérature haïtienne

La mort des dieux de la littérature haïtienne

Nietzsche par Edward Munch, peintre du 19ème siècle « Dieu est mort, et avec lui sont morts ses blasphémateurs »1. Cette citation provocatrice de Nietzsche est un cri de révolte en vue de la destruction des anciennes valeurs judéo-chrétiennes pour la création de nouvelles valeurs. Si le nihilisme nietzschéen sera lors de cet article sorti

Solde

Par, Léon-Gontran Damas Pour Aimé Césaire J'ai l'impression d'être ridicule dans leurs souliers dans leur smoking dans leur plastron dans leur faux-col ... dans leur monocle dans leur melon J'ai l'impression d'être ridicule avec mes orteils qui ne sont pas faits pour transpirer du matin jusqu'au soir qui déshabille avec l'emmaillotage qui m'a