Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Eclatobulle

Eclatobulle

Ecrire me divertit depuis toujours, je le fais avant tout pour me faire plaisir, pour exprimer mes émotions, pour mûrir une réflexion. Une amie très chère qui a l'habitude de me lire m'a convaincue de les partager désormais...

Ses blogs

Eclatobulle

Des mots pour exprimer, des images pour évoquer...
Eclatobulle Eclatobulle
Articles : 77
Depuis : 02/07/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Aimer à en mourir !

Une après-midi, alors que nous discutions tranquillement, elle me dit : “Mon homme, je l’aime définitivement !” Et elle me fit l’article l’heure et demie suivante. Au bout du compte, je n’avais plus qu’une envie : lui acheter son homme ! C’était tellement beau à voir, si doux à entendre. Une pointe de jalousie me pinça le coin
Les 4 fantastiques

Les 4 fantastiques

Dans le quotidien qui est le mien et que je qualifie volontiers de “Ras-des-pâquerettes”, entouré de mes contemporains plus mal lotis encore, preuve immédiate de mon arrogance et de ma suffisance, le plus difficile est de se convaincre qu’un jour, on va enfin réussir à prendre un peu d’altitude. S’extirper, s’envoler, se libérer,
Qu'est-il advenu de la vie ?

Qu'est-il advenu de la vie ?

Qu’est-il advenu de la vie ? Il fut un temps où chaque parole était promesse, L’horizon, un appel puissant à dépasser, sans cesse. Demain n’existait pas et ne serait peut-être jamais. Hier était oublié, ce n’était pas important, j’aimais. Qu’est-il advenu de la vie ? De ce cœur brûlant, de ce regard qui rend fou, De ces baiser
Métal !

Métal !

Elle choisit le décor et je choisis la musique. Ça a souvent fonctionné comme ça, depuis le premier jour. Son truc à elle, c’est le décor. Elle sait ce qui est bien et ça n’est jamais anodin ni même banal. Elle soigne les détails, n’hésite pas en faire un peu trop et pourtant, ça n’est jamais trop, en fin de compte. Elle aime pre
L'ASPIRATION

L'ASPIRATION

Un gouffre s’est ouvert sous moi et je suis tombé dans le vide. Je suis terrorisé. De fort, je suis devenu faible. J’ai honte de moi et la terre m’a englouti complètement. Pourquoi ai-je sombré ? A cette question, je n’avais aucune réponse à apporter. Par ma faute, ma vie avait basculé et durant de longues minutes, j’avais attendu
Une femme

Une femme

Il m’avait dit “Un jour” : quel songe ! Et finalement… c’était un mensonge ! Oh, je dois dire que j’y ai cru. Quelle fieffée imbécile je fus ! Trop bonne, très conne… ou pas ? Œil pour œil, dent pour dent, j’étais prévenue, pourtant ! Et j’ai été déçue par ce goujat. C’est à partir de ce moment-là que je me suis pe

Salade de Fruits

Parfois, il ne faut pas chercher à comprendre, surtout en matière de goût. Certains aiment les plats en sauce, d’autres les sushis… moi, ce sont les fruits. J’adore les fruits. Je suis frugivore. Tout cela a commencé très tôt. Quand j’avais 6 ans, le seul fruit qui comptait, c’était la fraise. Puis très vite, je suis passé aux ce

Les vents d’Ouest

Temps 1 C’était la fin de l’automne. Un homme s’affairait au fond du jardin, une bèche à la main. Il creusait en silence la terre, alors qu’une brume humide et froide faisait dégouliner sur son visage de petites gouttes d’eau, qui se mêlait à sa sueur. Lorsque deux trous furent creusés dans la terre à cinq mètres de distance, il
Oeil de pirate !

Oeil de pirate !

Il est assis et il s’émerveille à regarder les gens passer dans la rue. Ils transpirent la laideur et marchent vite comme pour s’échapper. Ils se dépêchent en suffoquant dans l’air vicié par les échappements. Leurs yeux sont à peine entrouverts, ils avancent comme des militaires. Sur les trottoirs, ils s’attirent comme des aimants p
Une dernière créa et puis s’en va !

Une dernière créa et puis s’en va !

C’est ainsi, tu me laisses, toi ! Moi, ta petite saleté de rédac’, Tu m’as donné à regoûter à nos créas Et puis hop, tu t’en vas ! La claque ! J’ai eu droit à une petite créa Et abracadabra, tu n’es plus là… Allez zou, tu pars en vacances ! PS : tu me laisses dans l’errance. Comme il y va, le barbouilleur, il abandonne son