Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Dantris

Ses blogs

Post Scriptum

Textes d'humeurs, d'humour, en prose ou en poésie, pensées passantes, commentaires de lectures, notes et autres souvenirs.
Dantris Dantris
Articles : 120
Depuis : 03/09/2006
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

LES COEURS A L'OMBRE

La nouvelle martèle son malheur à nos portes Dans tous les fiers foyers les feux se sont éteints. La peine se colporte en semant dans nos mains Le grain noirci et rance d'un bien mauvais épeautre. Tu viens de partir. Et cette longue lame des mots qui nous glacent N'est que le fourbe trait d'un malheureux apôtre. Tu viens de partir. Les repas s

Madame

En tirant le rideau d'un hôtel inconnu Elle laisse son regard plonger vers la ville. Derrière elle l'homme d'une nuit se rhabille en silence. Hopper aurait pu peindre la scène. Elle garde les yeux ouverts Pour chasser les mensonges Qu'il glissait tout à l'heure. Elle sait bien que l'amour n'existe pas. Les lumières encore allumées De l'

CAPABLES D’ÊTRE SUPERBES

Tant de colères nous ont giflé le visage Tant de larmes ont coulé sur nos joues Tant de sel, de cris, de pleurs. Le passé doit emporter avec lui Tout ce que nous ne voulons plus Nous avons le désir d’être meilleurs, D’êtres plus qu’ordinaires Le bonheur attend devant la porte, ouvrons-lui ! Nous ne sommes pas mauvais Nous sommes capabl

Les Corps éloignés

Dans sa nuit réveillée Elle s'avance au plus près Du verre abandonné De sa longue baie vitrée. Le miroir encore luit Du secret qu'elle connaît : Le reflet de celui Qui l'avait enlacée. Naïve sans excès Elle fixe sans y croire L'illusion qui paraît Car elle sait sans espoir Que leurs corps éloignés ne se reverront plus Les lumières sont

Le départ

Il a quitté la maison un matin de bonne heure, sans bagage sur l'épaule, avec juste un tricot dans la main : froissé comme un souvenir emporté à l’envol. La veille un long dîner avait eu raison de sa patience, « la famille c'est bon pour les cons » s'était-il dit en bout de table. Un bout de table, d'ailleurs, ça sert à quoi ? Ni son p

PLONGEE SOUS MARINE

Rien de ces croisières Ne vaut le détour D’une descente sous la mer En bouteille d’amour. Plongée sous-marine Périple de corail Aux teinte purpurines Des caverneuses mailles. Ecarte les bras A l’eau de la piscine Remue dans les liquides draps Des reflets longs de glycine. Plongée sous-marine. Formes épousées De son maillot de bain Ses

En apnée

Plonge pour oublier, immerge ton corps. Quand le poids du monde pèse Que tes jambes sont prises dans la glaise. Quand tout un monde autour de toi s'écrase Quand même le vent est un bruit douloureux Plonge ! Plonge pour échapper à tout Pour ne rien voir d'autre Que les lumières silencieuses D'un monde englouti. Limites liquides à ton corps qu

Le Murmure

On dirait un silence Mais il n’en est pas un On dirait une musique Celle de la rivière. Le cri doux D’un arbre qui pousse La force sifflée D’un vent qui vient du coeur Du tien, du mien, De toutes nos poitrines élevées. On dirait un souffle Il s’agit bien de cela Un appel en cadence Une chanson qui dit non. Le choeur d’une voix Qui ne

De passage

Aucun calendrier Ne peut faire la promesse De laisser ses feuillets Epouser la paresse. De passage seulement, Ici pour le moment, Accepte doucement, Qu'il n'en soit autrement. Quelle que soit sa finesse, Le grain des sabliers Ensevelit sans cesse Les rêves d'éternité. De passage seulement, Eteins tes volontés. Laisse fuir le présent, Dans les

L'ATTENTE

Dans l’attente parfois, sans rien dire à l’écart, Elle espère un signe, un clin d’œil, un regard. Le bruit autour l’indiffère, elle habite autre part Dans un lieu hors du temps où la lumière est noire. Ses mains l’observent en accueillant son visage Qui cherche à retrouver les contours d’une image. Demain sera sans doute