En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Milon

Milon

Ses blogs

Chroniques d'un toubab naturaliste au Sénégal

Chroniques d'un toubab naturaliste au Sénégal

toubabornitho.over-blog.com
Milon Milon
Articles : 17
Depuis : 24/01/2010

Articles à découvrir

C'est l'hivernage !

C'est l'hivernage !

La saison des pluies avance. On l'appelle hivernage ici. La nature s'est métamorphosée et est passée en quelques semaines du jaune au vert, pour le grand bonheur de tout le monde. Les quelques mois de pluie sont passés à cultiver le mil, l'arachide et le maïs. Il faut faire des provisions pour les longs mois de saison sèche. Tous les hommes
Mes matinées de tous les jours

Mes matinées de tous les jours

Je m'approche de la moitié du séjour, mon rythme de vie est bien réglé, à la sénégalaise. Les matinées sont consacrées au travail de terrain. Je pars de bon matin vers l'île, sur ma mob, "la tête dans le cul" comme on dit en bon français. Sur les pistes sableuses je croise tous les étudiants et étudiantes qui parcourent à pied les qu
Les gamins

Les gamins

Les rencontres avec les sénégalais sont très nombreuses. Il faut dire que je suis le seul blanc du village, je ne passe pas inaperçu. Les gamins sont les premiers à venir au contact. Les plus petits, qui n'ont pas encore rencontré l'homme blanc, sont apeurés en me voyant et se réfugient derrière leur mère en pleurant. Les autres sont pris
Semaine de fête à Ndiaffat

Semaine de fête à Ndiaffat

C'est la fête au village. L'habituelle monotonie parfois pesante a été rompue par le fosco. Il s'agit de la fête du lycée, demi-semaine dédiée aux rendez-vous culturels et sportifs. Le programme est vaste : conférence sur la guerre froide au milieu des baobabs, combats de lutte sérère, match de foot enseignants vs élèves, élection de l
Khelkom

Khelkom

Je rentre d'une mission de terrain de quelques jours au cours de laquelle j'ai pu découvrir une région bien étrange, Khelkom. J'y ai accompagné Wim, un scientifique hollandais travaillant pour le ministère de l'agriculture sénégalais. Il était accompagné de sa vaillante équipe sénégalaise. Khelkom est connu des ornithologues comme étan
made in Sénégal

made in Sénégal

Voilà en vrac quelques bizarreries de la vie de tous les jours qui font qu'ici, c'est le Sénégal. On met la musique à fond dès 4H30 du matin, le tube du moment s'appelle Allah Ouakbarh. Je ne suis pas fan, mais ça a beaucoup de succès ici. On peut être jusqu'à 10 ou 11 à manger dans la même assiette. Les gendarmes dans leurs beaux costum
Game Over

Game Over

Le voyage est terminé. Il y a quelques jours j'ai retrouvé avec beaucoup d'amertume ma vie française. Au revoir les cases et les baobabs, Kousmar et la teranga. Jamais un retour au pays n'a été aussi difficile pour moi. J'ai tiré beaucoup de leçons de ce séjour, et avant tout des leçons d'humanité autour de la vie, la famille, le partage
Et le boulot dans tout ça ?

Et le boulot dans tout ça ?

C'est la raison de ma présence ici, je crois qu'il est temps d'en parler. La plus grande partie de mon travail consiste à inventorier la faune vertébrée de l'île de Kousmar. Je passe donc le plus clair de mon temps à me balader dans la forêt de l'île à la recherche des oiseaux, mammifères et reptiles. Si l'île est bien pourvue en oiseaux
L'univers invisible ou la dimension mystique

L'univers invisible ou la dimension mystique

Il est impossible de parler de l'Afrique sans aborder le mystique, tant son importance est grande. Deux mondes se chevauchent, celui du réel et celui de l'invisible, leur frontière étant parfois floue. Si le mystique est inconnu des européens, il est le quotidien des sénégalais. Ils vivent avec de leur naissance à leur mort. Nombreux sont le
le Delta du Saloum

le Delta du Saloum

La semaine dernière je suis parti avec une classe de CP franco-sénégalaise de petits bourgeois à la découverte du delta du Saloum. J'accompagnais leur accompagnateur nature, Amadou, qui est la personne avec qui j'habite. Ca a été pour moi l'occasion de changer de paysage et de climat. La fraîcheur de la côte est très appréciable par rapp