Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
laurence raguenet

laurence raguenet

Un paysage, un voyage, des mots, une émotion, et tout est dit.....j'aime ce mélange harmonieux qui nous emporte d'un coup de cil, d'un coup de plume, d'une petite larme....

Ses blogs

justeunepresence

poèmes, réflexions, partages
laurence raguenet laurence raguenet
Articles : 216
Depuis : 15/05/2015
Categorie : Photographie

Articles à découvrir

Mais où es-tu.....

Mais où es-tu.....

Je te cherche, je te renifle, dans chaque recoin de ces paysages familiers, Je te vois mais tu es si loin, si petite d'ici, presque ridicule, Je te tends mes bras, mes mains, pour brasser le vide qui m'entoure, Je tends mon cou comme pour mieux t'embrasser, te sentir Et je me noie dans mes chagrins à répétition, je perds pied... L'absence de tou
Désobéir...

Désobéir...

J'ai désobéi. Les yeux levés vers le ciel et le coeur à l'endroit. Au bon endroit. J'ai désobéi. Je me le devais. De piétinements en morsures meurtrières, de turbulences culpabilisantes en croyances vides de sens, j'ai pris mes jambes, j'ai pris mes bras, et mes pieds et mon coeur...et mon élan, et je suis partie, désobéir... La peur au
A coup sûr...

A coup sûr...

Un rapide coup d'œil, à droite, puis à gauche, Aussi rapide qu'un TGV en plein effort, Pour voir défiler devant mes yeux hagards, Tous ces coups de griffe et ses coups de blues, Sans qu'aucun coup de pouce ne me soit ni donné, ni vendu... Coup du sort qui s'acharne ou coup de grâce qui se mérite, Coup d'épée dans l'eau quand personne ne vi
Vents contraires

Vents contraires

Ca dégringole, de toute part, de droite et de gauche, Ca ne prévient pas, bousculades incessantes d'une vie trop tranquille... Ca souffle, de jour et de nuit, à ne plus savoir quel jour nous sommes... Ca déambule à une vitesse folle, les peurs et les espoirs, Les angoisses et les petits bonheurs, les mailles s'entrechoquent Et les vêtements s
Comme aimantée...

Comme aimantée...

Voilà, je ne sais pas quand cela a commencé. Cet élan, cet amour, Peut être à l'aube de mon enfance, accrochée à mon traineau, Avec mon joli bonnet rouge à pompon et mes moufles bleues, Tricotées par Mamie, Ma Mie, si généreuse Amie, si aimante... Ou lorsque je m'amusais à habiller le bonhomme de neige Pour qu'il ressemble un peu moins
L'amour étranglé...

L'amour étranglé...

Un cordon ombilical qui s'entortille, s'abime, rigidité abyssale, L'amour ne passera pas. Un silence abrupte, presque convenu, des yeux qui se croisent Sans aucun mots murmurés, un ballet incessant de non-dits crucifix... L'amour ne passe pas. Puis vint le temps des cours de récréation, leur effervescence, les tourbillons des cris de joie, Et m
Une coquille de plein...et de vide...

Une coquille de plein...et de vide...

De part et d'autre, sans crier gare, petit à petit, La coquille s'entrouve, laisse une maigre place à un filet d'air, Abandonne sa solitude et goutte à la lumière, au soleil, à la brise du vent Qui s'invitent à l'intérieur, se posent et se déposent, emménagent. La cohabitation est douce, étonnante et inattendue, tendre et inespérée. Les
La vie et son fil....

La vie et son fil....

Je ne saurai dire pourquoi je l'ai fait, pourquoi tant d'obstination... Pourquoi j'ai marché si haut alors que la montagne dégringolait De toute part ça , le bruit sourd des pierres qui roulaient, Cette couleur noire comme de la suie qui dégoulinait, Montagne abimée par les intempéries, montagne ogresse qui n'épargne personne, Et moi, je ne
Là-haut...

Là-haut...

Je voudrais ne jamais redescendre, y planter le coeur et l'esprit... Lorsque mes pas frottent le sol et font crisser la neige verglacée, Lorsque le vent cisaille mes joues et que le regard vers le haut me fait tout oublier, Lorsqu'une silhouette sur 4 pattes me guette, m'observe, et me tolère, Je sais qu'ils sont nombreux à le faire, la horde se
La grâce...

La grâce...

La grâce sous mes chaussures, lorsque chaque feuille jaunie craquelle, Martèle le silence de la forêt d'un rythme régulier, mes pas se calent, La grâce de ces arbres encore habillés pour quelques jours Et personne à l'horizon pour saccager ce moment de plénitude... La brume du matin est encore basse, le soleil emprisonné lui donne une coul