Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

laurence raguenet

laurence raguenet

Un paysage, un voyage, des mots, une émotion, et tout est dit.....j'aime ce mélange harmonieux qui nous emporte d'un coup de cil, d'un coup de plume, d'une petite larme....

Ses blogs

justeunepresence

justeunepresence

poèmes, réflexions, partages
laurence raguenet laurence raguenet
Articles : 204
Depuis : 15/05/2015
Categorie : Photographie

Articles à découvrir

Borderline...

Borderline...

Photo prise au festival à Arles en 2018 Vouloir être demain et regretter hier, Rêver du bout du monde et se perdre ici chez soi Persuadée d'un "chez soi" nulle part ailleurs, qu'ailleurs... Aimer l'amour et l'envoyer balader faire un tour de planète, Rattraper le temps qui file à travers le bout de mes doigts Et ne rien faire pour l'entourer
Le confit ment...

Le confit ment...

Mensonges, les mensonges tombent les uns après les autres, comme des gouttelettes d'eau qui s'écrasent sur un sol devenu trop sec, et disparaissent, se volatilisent... Mes mensonges creusent leur tombe, et c'est bien fait pour eux, ils n'avaient qu'à se faire plus discrets. Ils ont eu la dent dure et la vie longue, mais pas le dernier mot, ils s
Pas pour aujourd'hui...

Pas pour aujourd'hui...

Tout avait merveilleusement bien démarré. Un sentier de hasard beigné de soleil, quelques montagnes au loin qui peignent le paysage, des pieds qui s'activent sans effort, la magie de ces instants quand ils sentent bon le "parfait". Des amandiers en fleurs appellent mon regard, quatre randonneurs ont pris rendez-vous avec leurs sandwichs, le temp
Et après...

Et après...

Les larmes de l'impuissance, la colère des "j'aurai dû, j'aurai pu", L'angoisse des "jamais plus", les désespoirs à venir d'un désert affligé, Les hauts le coeur du choix à faire, les peurs du départ annoncé, Les solitudes des soirées sans bougies ni fous rires, Et après...que restera t'il des joies du passé, de l'insouciance à aimer,
2.0.2.0 Ainsi soit il...

2.0.2.0 Ainsi soit il...

2020, ça claque comme une porte qui se ferme. Avis de grand vent. Ca sonne juste et ça sonne haut, ça donne le vertige des décisions ajustées. 2020. Ca sonne clair, à perte de vue. Un horizon engagé qui s'enrage. L'arrêt des luttes et des combats inutiles. Et ça ne se fera pas sans larmes, un beau chantier en perspective. 2020. Le regard e
Face à la mer...

Face à la mer...

Je scrute, décortique l'horizon, aucune émotion. Rien de palpable qui ne soulève le coeur, Rien qui ne vaille un rictus, une lueur, un espoir. Alors j'y retourne. Regarde bien, malgré tout, Rends toi à l 'évidence de ce moment parfait, Mais rien n'y fait, les yeux sont vides, les mains sont lasses. Face à la mer. Il ne s'y passe rien. Malgr
Pour quel essentiel...

Pour quel essentiel...

La balade démarre comme ça, avec une question lancinante, qui attend donc une réponse...si tu devais donner une définition de l'essentiel, ton essentiel, lequel serait_il ? Travailler ? être en bonne santé ? être en vie ? voyager ? aimer ? tout cela en même temps ? Spontanément il me vient "me sentir vivante"; ça va au delà d'être en vi
Je rentre chez moi...

Je rentre chez moi...

Je rentre chez moi, c'est décidé. J'ai décidé. Mes valises sont prêtes, les courriers sont partis, les factures payées, J'ai fait le ménage ce matin, le linge a été plié, tout est en ordre. Je vais pouvoir rentrer chez moi. Non pas que je fuis, non pas que je résiste, au contraire, je reconstruie. Je me réveille, je réveille tous les s
L'accroche coeur

L'accroche coeur

18 décembre. Départ de mon TGV. Mes yeux se ferment et mon coeur s'ouvre. A des milliers d'étoiles qui défilent, clignotants émerveillés en ces jours de fêtes, Des guirlandes multicolores chutants du ciel, des sapins verts tendres tapissés d'un blanc laiteux, Des rires et des sourires sur des visages d'enfants, Noël et son odeur cannelle,
Ce monde là...

Ce monde là...

Quelques fulgurances, de plus en plus fréquentes, violentes et lumineuses. Comme des déflagrations, des roulements de tambours annonçant une fin imminente. Des billes de feu aux contours barbelés, cisaillent les cœurs les plus dévolus. Encore ce matin, la poitrine haute, suffocante, plus de place pour puiser l'air nécessaire aux sourires, De