Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

corinne pluchart

corinne pluchart

Jamais sans poésie- calligraphie- peinture- Le regard posé à la frontière qui noue le ciel à la terre.

Ses blogs

Traversées, Corinne Pluchart

Traversées, Corinne Pluchart

Poésie
corinne pluchart corinne pluchart
Articles : 130
Depuis : 31/05/2008

Articles à découvrir

Nuit

Nuit

Elle s’étonne des traces que laissent les lieux dans la mémoire...il y a toujours un manque ou une faille : un trottoir qui surgit, un tableau sur un mur, des lits dans l’angle des murs. Sous ses pieds, le bois est doux, elle aime sa manière de craquer sous ses pas, parfois lentement, parfois abruptement, parfois même en chuchotant. Elle s
Bleu

Bleu

Il n'y a pas de rive où poser le bleu. Parfois cela te ronge. in "Fragments", Ed Vagamundo

Enfance

Retrouver une photo de toi petite et y trouver une ressemblance, comme un fil qui ne se serait jamais rompu.

Ailleurs

des fragments d'elle un peu partout dans les chemins de lui où tracer des noms sur les minéralités sauvages.

Nicolas Clément, Sauf les fleurs

"Nous connaissons les mailles du corps, comment elles cherchent et se trouvent pour nous protéger des coups. Nous posons des questions sans réponses , les yeux de maman nous invitent à ne plus demander. J'aimerais savoir, pourtant, d'où je viens, de quel amour je suis née, si je serai, même une fois, l'endroit de quelqu'un. " Nicolas Clément

l'ordre des choses

Dans cette insistance tu coulais et s'en venait l'adieu heurter l'invisible mur -comme une encoche sur l'ordre des choses.

Sehnsucht

C’était un oublieux, du jour, des pluies, des serments , des gestes , des mots. Des instants lumineux. Il ne gardait rien, laissait tout s’égarer dans le vent ou s’étioler dans un silence souriant. Et elle , elle était semblable au jour ou aux pluies, oubliée comme un instant qui passe, comme un papier qu’on égare et qu’on ne cherch

sans titre

Je page arrachée au vent, lune rousse et nuages t'attends de l'autre côté, rose où poussent l'aile au désir et d'ici je prends le large et saute à pieds disjoints dans les vagues où tombent un regard. Vent sur - où la Hague court jusqu'à mes mains trop lointaines où ta joue s'efface d'un soupir- et pluie- soudain la nuit je me pose et dé
Ici 6

Ici 6

On irait la voir un jour gris dans son écume blanche. Nos mains rougies dans les poches sans fin à ramasser sur les joues les écueils de novembre. Elle n’aurait pas de bleu où poser sa fatigue et le corps lent on ne saurait faire autre chose qu’une empreinte.

Nuit

Dans le lit blanc sous les fenêtres noires un silence court et bruisse ça dévale, ça crie - et tu restes là à croiser le fer avec l'autre jardin. Pont Aven 2018