Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
corinne pluchart

corinne pluchart

Jamais sans poésie- calligraphie- peinture- Le regard posé à la frontière qui noue le ciel à la terre.

Ses blogs

Traversées, Corinne Pluchart

Poésie
corinne pluchart corinne pluchart
Articles : 136
Depuis : 31/05/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

sans titre

A l'intérieur c'était une rondeur aux bords vibrants quelque chose qui tenait d'une fleur poussée par le vent ou d'un morceau de dentelle oubliée. L'imagination, ronde et pleine tenait la joie comme le vent prend les sourires -dans un éclat rouge et fulgurant-.

Nicolas Clément, Sauf les fleurs

"Nous connaissons les mailles du corps, comment elles cherchent et se trouvent pour nous protéger des coups. Nous posons des questions sans réponses , les yeux de maman nous invitent à ne plus demander. J'aimerais savoir, pourtant, d'où je viens, de quel amour je suis née, si je serai, même une fois, l'endroit de quelqu'un. " Nicolas Clément
Ici 6

Ici 6

On irait la voir un jour gris dans son écume blanche. Nos mains rougies dans les poches sans fin à ramasser sur les joues les écueils de novembre. Elle n’aurait pas de bleu où poser sa fatigue et le corps lent on ne saurait faire autre chose qu’une empreinte.

Sans titre

Trois fleurs fanées. Quelques feuilles. Il bruine Elle touche le muret de pierres Comme les enfants pour faire des traces -la mer à ses pieds dégringole.-

Jamais

De l’infini bleu terre où tu n’es pas allé - ta main comme une ombre à démêler ce langage - densité d’un instant où... et puis d’un jet de muraille il y a eu la mer et cette lisière tremblante ce possible et qui n’atteint pas - Jamais.

Sehnsucht

C’était un oublieux, du jour, des pluies, des serments , des gestes , des mots. Des instants lumineux. Il ne gardait rien, laissait tout s’égarer dans le vent ou s’étioler dans un silence souriant. Et elle , elle était semblable au jour ou aux pluies, oubliée comme un instant qui passe, comme un papier qu’on égare et qu’on ne cherch

lit blanc

Dans le lit blanc sous les fenêtres noires un silence court et bruisse ça dévale, ça crie et tu restes là à croiser le fer avec l’autre jardin.

Dans l'herbe

Comme des roses tombant des bouches closes et sous les pieds le doux des prairies qui couraient comme des rivières- ce bruit de fontaine quelque part quand on se baissait pour ramasser les cerises -on les mangeaient avec les trous des oiseaux et les vers à l'intérieur- sans savoir- C'était bon Comme ces roses qui coulaient sous la route quand o

Enfance

Retrouver une photo de toi petite et y trouver une ressemblance, comme un fil qui ne se serait jamais rompu.