En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

eachman

eachman

L'important, c'est la rose!
Tags associés : eachman

Ses blogs

Le blog de Eachman:

Le blog de Eachman:

RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
eachman eachman
Articles : 615
Depuis : 27/08/2009

Articles à découvrir

ERSATZ DE VIE

ERSATZ DE VIE

Plus personne ne lit ou discute, A part dans quelques forums en ligne ; On ne débat plus, on se dispute… Quoi de plus inquiétant, comme signes ?! Les réseaux sociaux, à fortes doses, A terme, ne font du bien à personne ! J’ai bien réfléchi, je prends une pause, Je ne gère plus le net, donc j’abandonne ! Les mêmes travers reprochés a
MUSE

MUSE

Quand une image s’impose, Entre soi et le quotidien, Enivrante telle une rose, Contraignante comme le destin… Quand la nuit on ferme les yeux Sur un faciès angélique Et qu’on ne rêve que pour deux, De retrouvailles féeriques… Quand le matin on se réveille, Porté par les doux souvenirs Des rêves qu’on à faits la veille, Et l’éba
D'UN EX FUMEUR A SON FILS

D'UN EX FUMEUR A SON FILS

MESSAGE D’UN PERE Dans une pizzeria du vieux Rome, Je sentis monter, face à une image, Des souvenirs du temps où jeune homme, J’appris à fumer ; j’avais ton âge. Emu, je le suis, mon fils, aujourd’hui, Devant un panneau publicitaire, Vieux de quarante ans, vantant un produit, Que j’ai fumé au sortir du primaire. Le paquet de blondes,
NOS AMIS LES RÊVES

NOS AMIS LES RÊVES

Cette nuit, j’ai fait un rêve, J’étais enfin seul avec toi, Pétris de la même sève, Du même air, des mêmes choix. La tête posée sur mon buste, Tu respirais paisiblement, Dans ce profond sommeil du juste, Accessible à peu de gens. Les doigts dans ta chevelure, Rêveur, je sombrai à mon tour, Dans un monde juste et pur, Où régnaient
HOMO-DETRITUS

HOMO-DETRITUS

& Le soleil éclaire encore, Chaque jour, inlassablement, Une planète dont le sort Peut basculer à tout moment. Pourquoi t’entêtes-tu, bel astre, A percer nos denses nuages, Pour empêcher un désastre Devenu plus qu’un présage ? Vaut-il la peine de sauver Celui qui creuse sa tombe… Celui qui ne fait que rêver De puissance et de bombes ?
ESPOIR

ESPOIR

Tu deviens, peu à peu, ce grand espoir, Cet horizon aux confins de l’espace ; La chance ténue d’être, et d’avoir Enfin accès à l’apaisante grâce. Tu es l’havre de paix, pour le regard Qui a le privilège de se poser Sur tes doux traits, à la tombée du soir, Et au creux de ton âme se reposer. Il y a du « toi » dans chaque bouff
POUR QUI ECRIRE?

POUR QUI ECRIRE?

J’exprime ce que ressentent les autres ; Est-ce de ma faute, si tout me touche ? Les galères que je décris sont les vôtres, Même si ces vérités sortent de ma bouche ! Certains ne cherchent pas la beauté dans les vers, Mais plutôt quelque objet de commérages ; Leur niveau étant, pour certains, plus bas que terre, Ils tirent des conclusio
L’ÉPANOUISSEMENT EST ÉPHÉMÈRE

L’ÉPANOUISSEMENT EST ÉPHÉMÈRE

Il est rare que les roses épanouies Retournent à leurs états de boutons, Mais plus je vous regarde, aujourd’hui, Plus j’en vois la preuve et j’en suis content ! L’épanouissement, à sa plénitude, Vous va à ravir, Madame, au point D’ancrer dans mon esprit la certitude Que le printemps dure jusqu’au mois de juin. La douceur que dég
LA ROSE CLOSE

LA ROSE CLOSE

Ouvre-toi, rose sublime, Aère ton joli cœur doré ; N’en fais pas une victime Des gens envieux et des tarés. Rayonne et fais-toi du bien, Rien ne sert de se faire souffrir, Pour ceux qui ne comprennent rien A ton envie de t’épanouir. A la rose, certains préfèrent La consistance des gros fruits ; Qu’ils consomment puis digèrent, Avant d
EN ATTENDANT...

EN ATTENDANT...

La spontanéité est source de douleur, Réprimez vos élans d’amour ; La sincérité, la tendresse et la douceur, Par ces temps ingrats, n’ont plus cours. La réflexion est de mise, avant de s’ouvrir, Car le cœur est trop vulnérable Pour qu’on le fasse inutilement courir, Derrière des amours peu fiables. C'est le refrain qu'on ne cesse