En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Eric Van Hamme

Eric Van Hamme

Amoureux des histoires.... j'en lis (beaucoup) et j'en écris (un peu). L'imaginaire comme piment de l'existence.

Ses blogs

Le blog d'Eric Van Hamme

Le blog d'Eric Van Hamme

Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
Eric Van Hamme Eric Van Hamme
Articles : 827
Depuis : 26/05/2007

Articles à découvrir

Rencontre avec Jean Rochefort

Il y a longtemps déjà, en 1991, j’ai eu l’opportunité d’être engagé comme « acteur de complément » dans un film d’Yves Robert qui n’est pas passé à la postérité (« Le bal des casse-pieds »). J’y ai notamment tourné deux scènes avec Jean Rochefort (qui n’ont pas passé l’épreuve du montage) grâce auxquelles j’ai e

L'empreinte du temps

A chaque instant sur nos visages Le temps a gravé son empreinte Marques ténues témoins de l’âge Que la vie sans cesse nous emprunte. C’est dans ces bruts paysages Qu’ensemble nous avons partagé Tant de folies, de moments sages Sans jamais nous décourager. A l’heure où le soleil s’engage Dans une perspective abyssale Nous sentons po

Envol

Mon rêve s’est endormi Dans la poussière du jour Où tu flottais parmi Les ombres à contre-jour. Une extrême gravité Enracine tes espoirs Sombre passivité Rivée au désespoir. Tu devras t’éclipser Aux rayons expirant Dans le ciel t’envoler Vers les songes enivrant. Sur les bras d’une étoile Tu tisseras ta toile.

Peu m'importe

Bien peu m’importe qu’au dehors Le ciel soit noir et menaçant Que le vent tourne et souffle fort Dans des tourbillons harassants. Et peu m’importe tout autant Le tonnerre froid qui se déchaîne La pluie battante qui est au temps Un masque dru qui nous enchaîne. Car l’horizon sous les nuages Fleurit dans les prairies azur Faisant briller
A Fabrice Barthélémy

A Fabrice Barthélémy

Les mots ne trouvent pas le chemin Depuis nos cœurs battant à vif Des flots de larmes et leur venin Griffent nos vues tels des canifs. J’aurais voulu te faire honneur Et louer ton esprit combatif Ta répartie de déconneur Tes traits d’humour définitifs. Tribun hors pair et Quintilien Tu subjuguais ton auditoire Tissant d’indéfectibles li

À l'affût

L'existence m'a appris Pourquoi tu me regardes Désormais j'ai compris Et je reste sur mes gardes. Je sais qu'à chaque instant Tu es prête à bondir Pour arrêter le temps Et pouvoir me maudire. Je demeure à l'affût Et les sens en éveil Prêt à tous les raffuts Tant que je te surveille. Tu pourrais bien attendre Si tu voulais me pendre.

Filiation

Toi qui es né de mes entrailles Fruit de mon cœur et de mon sang Toi qui dans les moindres détails Est mon image à cent pour cent. Toi qui glorifieras le nom De ceux qui nous ont précédés Et répareras le chainon Qui par ma faute avait cédé. Toi qui accompliras cette œuvre Dont j’avais simplement rêvé Génie précoce à la manœuvre A

Pour Fabienne

Qu’il est doux de sentir La caresse de ton souffle Bercer les nuits craintives Où mes peurs se camouflent Et si bon d’accueillir Les étreintes de tes bras S’enroulant sur mon corps Comme des bouées de secours. Qu’il est doux de goûter La grandeur de ton âme Scintillant sur mon cœur Perdu dans les ténèbres Et si beau de savoir Qu’a

Pile ou face ?

Lorsqu’il joue à pile ou face l’optimiste pense qu’il a une chance sur deux de gagner, le pessimiste une chance sur deux de perdre. Alors, d'après vous, qui va gagner ?