En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Françoise Jeurissen

Françoise Jeurissen

Passionnée de nature et de plantes sauvages, de mots tout chauds et tout vivants, j'aime la solitude autant que la chaleur humaine, et j'adore parler avec les arbres.

Ses blogs

Le temps des Avelines

Le temps des Avelines

le-temps-des-avelines.over-blog.com
Françoise Jeurissen Françoise Jeurissen
Articles : 123
Depuis : 15/01/2009

Articles à découvrir

Que vaille l'amour

Que vaille l'amour

douce sorcellerie blanche écume montante qui réunit les serpentins de lune de nos âmes – navires aux voiles sibyllines mon amoureux du ciel aux ailes de papier tes rires chèvrefeuille sautillent et bourdonnent à mon coeur pour aujourd'hui demain toujours rions ensemble de nos vies synonymes et de nos jouissances éblouies transfigurées rema
Au duvet du silence

Au duvet du silence

Tu habites, paradoxal toutes les pièces de ma maison une à une, en riant tu les emplis de ta lumière mon coeur traduit, serein, ta présence inaudible vide et plein sont jumeaux quand nous y conversons au duvet du silence F. Jeurissen Juin 2018
Souveraine

Souveraine

Et ta fierté, rebelle, où s'est-elle endormie ? Dans quelle impasse tiède bat le voeu d'absolu de ton âme insatiable ? Méprise les aumônes ! Lève ton regard clair Cueille ta dignité au creux d'un nouveau souffle Et vole Vole majestueuse Généreuse, indomptable Vers ce que tu mérites, et non ce qu'on t'octroie Ennemie de toi-même Cesse de
L'abrupt des chagrins

L'abrupt des chagrins

escalader l'abrupt des chagrins le tranchant des douleurs jusqu'aux cimes de soi jusqu'au toucher des horizons multidimensionnels reprendre le fil du temps celui d'avant les ombres où l'oublieux sommeil de nos âmes trop jeunes souillées de barbarie nous avait inhumé et de là, épouser les parfums de notre monde en fleurs F. Jeurissen juillet 2
Effilochée de toi

Effilochée de toi

contrepoint de silences aux fragiles suspens où peine l'essentiel émergence de bleus et de gris synonymes ankylosés d'hier ton souffle se fait pauvre presque comme un expir une absence univoque ballante frigide barbouillée de ton vide et de ta vérité recluse ta danse t'absorbe et te dénude seul tendresse diaphane à l'idée de ton gouffre qu
A la faille insondable il faut que tu consentes

A la faille insondable il faut que tu consentes

À la faille insondable il faut que tu consentes À ce vide glacé, à cette déchirure À ce rien sans limite, à ce silence obscur Habité d'éternel Au-delà du néant de ce plein désespoir chargé d'ombres changeantes s'offre l'immensité de la joie qui appelle F. Jeurissen Septembre 2018
Sourcier de mes silences

Sourcier de mes silences

A mon loup des steppes sourcier de mes silences comme de mes multitudes tu dessines l'enfant de tes doigts délicats reconnaissant mon chant au milieu des orages transformeur d'outre-lune tu grignotes l'opaque des chimères anciennes aux noires mélopées et inlassablement de tendresse en tendresse tu abolis le poids des chagrins entassés en lourd
Danser

Danser

Biodanza... découverte d'un langage corporel... danser habiter le présent tout en effervescence absorber l'énergie qui sourd de chaque son danser occuper en riant l'espace concentrique imaginer la vie en gestes indomptés danser danser son âme folle danser sa volupté sa joie, son insolence ou sa mélancolie danser ce désir impudique qui ne pe
L'innocence jointe

L'innocence jointe

instant parfait plénitude échancrée où la lumière chante ses notes alanguies nos mains se réfugient en sinuosités bavardes derrière la porte close grondent les rugissants aux morsures domptées le souffle du moment est rhabillé de neuf par la grâce miroir de l'innocence jointe F. Jeurissen septembre 2018
Effeuiller l'essentiel

Effeuiller l'essentiel

Du bout de l'âme effeuiller l'essentiel de nos vies qui s'intiment en voltiges complices juste le chant des heures et toi et moi et l'eau vive et sauvage de nos libertés qui apprennent à voler l'élan et le désir en arpèges de feu pour embraser le temps qui nous est redonné F. Jeurissen juillet 2018