En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Françoise Jeurissen

Françoise Jeurissen

Passionnée de nature et de plantes sauvages, de mots tout chauds et tout vivants, j'aime la solitude autant que la chaleur humaine, et j'adore parler avec les arbres.

Ses blogs

Le temps des Avelines

Le temps des Avelines

le-temps-des-avelines.over-blog.com
Françoise Jeurissen Françoise Jeurissen
Articles : 106
Depuis : 15/01/2009

Articles à découvrir

A l'orée des froidures

A l'orée des froidures

Nous voilà revenus à l'orée des froidures... juste avant les dormances avant la longue nuit quand le coeur se prépare... qu'il tourne le regard vers l'intime évidence de sa source si pure qui s'écoule sans bruit. Aux branches des seigneurs, feuillus incandescents, la sève s'alourdit et gagne son repos. Fruits, bois et fenaisons, tout sommeil
Je veillerai

Je veillerai

toujours je veillerai de loin sur ton bonheurcachée dans les replis du voile tamiséde l'ancienne douceur pour protéger tes jours je me ferai nuagegardienne aux pieds de brumedu précieux de ton monde invisiblej'écouterai ta vie chanter ses horizonsen tressant les brindillesde ces heures innombrables où j'aime le silenceparce que tu y respires
La poésie et l'absolu

La poésie et l'absolu

La poésie, c'est le temps de l'aube, le flamboiement de la vérité nue au reflet de nos coeurs vacillants.Clarté universelle des matins insatiables, soif toujours inassouvie, inextinguible, lancinante, exigeante... qui se pose juste au bord d'un regard dépouillé, sur le tranchant du mot pur, de la note juste, de l'idée claire, de la voix limp
Les ombres légères

Les ombres légères

Où s'en vont les ombres légèresde ces êtres qu'on aime, de ces êtres qu'on perddans le vent d'un adieuque l'on n'a pas choisi... Sous un ciel engourdielles s'arrondissent au pied d'un souvenir heureuxpour mille ans de silence Françoise Jeurissen - 03 novembre 2017
Légère...

Légère...

légèrelégère comme une feuille au ventl'âme prend ses distances et pose son bagage A claire-joie s'envolent toutes les impuissancesles suppliques soumisesles compromis exsangueset notre couardise mêlée d'indignité Sortis de notre ganguevivons l'instant...dans la pleine lumière de notre royautégoûtons-en les saveurs sans l'ombre d'un regr
Espoir

Espoir

Au carreau des peut-être tambourine l'espoir et sa chanson obscure... comme la terre qui nourrit patiemment la semence. ...ne pas aller plus vite que la roue des saisons...
Goutte d'eau

Goutte d'eau

Goutte d'eau impalpable miroir infinie poésie de la transparence j'aimerais que mon coeur ait ta simplicité ta fluide modestie de tout donner à voir sans jamais s'imposer
Lever de Joie

Lever de Joie

l'hiver aux doigts crochuss'agrippe à mes frissonspendant que je t'attends de ma terre de femme s'élève un chant sauvagedont l'écho se fait lourddont l'écho se fait vaindans l'épaisseur du soir voilà cent ans au moins que j'espère ta voixpour m'annoncer l'auroreet lever la froidure les champs parcheminéss'étalent sous la neigeet grelotten
Funambule

Funambule

ce matinje me sens funambuleentre vide et silencemes pieds chaussés d'étoilessuivant le fil d'argent du retour à l'enfanceet bien plus loin encorequand la source était mèrede mon âme sans corps si désormais je suis au mondeil me faut accepterl'inconnu de ce tempsoù le chant primordialpeine à se faire entendreet m'impose la soif et au-delà
Au délié des coeurs

Au délié des coeurs

sur le bord de l'auroreau coeur de cet automne aux allures de mystèretu viens semer l'amour et réveiller ma terrequi n'attendait que toiet le clair de ton âme sur le tranchant du cielun sabayon de rires fait mousser le soleilau bleu de nos matinsquand aux cheveux des arbres s'émoustille le ventet sa chanson mutine sur le fil de nos joursla brum