Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

La Grande Copinne

La Grande Copinne

Mes maux je les jette sur du papier, Je déverse mes rimes sur des cahiers Et ça me rend heureuse d'écrire Tout ce qui m'entoure me grise.. De battre mon cœur est en vie, des mots que j'écris. La Grande Copinne .
Tags associés : haiku, poesie, senryu, slam

Ses blogs

des mots et des écrits.

des mots et des écrits.

Mes maux je les jette sur du papier, Je déverse mes rimes sur des cahiers Et ça me rend heureuse d'écrire Tout ce qui m'entoure me grise Et je goûte enfin à la vie Entourée de mes nouveaux amis. La Grande Copinne .
La Grande Copinne La Grande Copinne
Articles : 48
Depuis : 19/04/2015

Articles à découvrir

Aux Hommes de le Terre.

Aux Hommes de le Terre.

Les boeufs ont disparu de cette immense plaine, Laissant seul au travail le vaillant paysan, À l'heure où les corbeaux croassent sur le champ, Quand arrive le temps d'y déposer la graine. Pour tracer les sillons - délaissé l'attelage ! Aujourd'hui il n'est plus ni aiguillon, ni joug. Son engin rutilant traité comme un bijou Arpente le terrain
J'aime.

J'aime.

J'aime les petits J'aime les grands J'aime les doux J'aime les forts J'aime les timides J'aime les puissants J'aime les tendres J'aime les farouches J'aime les chaleureux J'aime les langoureux J'aime j'aime les mots Les mots retenus Les mots perdus Les mots trouvés Les mots dévoilés Les mots osés Les mots oubliés Les mots flatteurs Les mots mo
Pour un rendez-vous

Pour un rendez-vous

Pour un rendez-vous Je suis prête à tout! Préparer mon corps Mettre des frou-frous De la soie, de l'or, Parer mes atouts! Pour un rendez-vous Je suis prête à tout! Et une fois encore Attendre de vous, Ce beau corps à corps Qui nous rendra fous! Pour un rendez-vous Je suis prête à tout! Oser les accords Sur ton lit si doux User de ton corps
Chambre avec vue.

Chambre avec vue.

Photo de Phill photos Un homme, une femme perdus dans leurs parcours Avec leurs bleus à l'âme et grand besoin d'amour. Terrasse d'un café, aurore d'un été, Un regard échangé, en rêve d'un baiser. Les voici sur la baie où l'hôtel impatient Leur offre chambre avec vue, sur le bleu océan, Pour se donner le temps d'aimer, de se connaître, I
Friandises

Friandises

Nos rendez-vous Des friandises Des moments doux Comme des cookies Des roudoudous Des gourmandises ! Tes doigts si doux Caresses exquises Sous mes froufrous ! Je sens la brise Dans mon cou Qui me grise De tes mots fous.
Que faire ?

Que faire ?

Au plus loin de la forêt, les lumières de la ville... Au plus profond de la mer, les bruits de la ville... Au plus haut du ciel, les fumées de la ville... Où se trouve le silence ? Plus loin que le bout de la forêt ? Plus profond que le bout de la mer ? Plus haut que le bout du ciel ? Que faire au milieu des cris du monde ? Ce monde de communi
Douceur de l'aube.

Douceur de l'aube.

Sentir tout près de moi ton corps chaud, si serein, Me donne cette envie de poser sur ta peau, Sous l'écrin vaporeux des draps frais en satin, Mes lèvres de velours, puis, effleurer ton dos. Tout en te regardant t'éveiller ce matin, Dans la douceur du jour, sous le chant des oiseaux, Je goûte à tes baisers, frissonne sous tes mains, Sublime c
Cet essentiel.

Cet essentiel.

Notre rencontre Une évidence Des ricochets, des étincelles ! La découverte De nos attentes... Goûter à votre peau, M'imprégner de vos mots, Abandonner ma pudeur, M'enivrer de vos envies, Tisser ces liens d'amour A l'ombre de nos nuits, Cambrer mes reins Jusqu'au point du jour. Le temps file Mais rien ne compte autant Que ces doux instants Pas
Double jeu.

Double jeu.

Texte proposé pour accompagner la sortie des chaises double jeu, écrit dans le cadre des ateliers des nouveaux auteurs rémois. Pour la Saint-Valentin, Lola aime, chaque année, préparer une surprise. Le colis est arrivé en début de semaine, elle s'est arrangée pour le cacher. Ce matin, elle est seule, elle a tout prévu. Elle ouvre le carton
Eveil

Eveil

Le soleil entre par les persiennes Les battements de ton coeur Frôlent mon oreille Ton corps dort encore Serein Le oiseaux fredonnent déjà L'aurore Au fond du jardin La porte ouverte m'attend Le vent souffle sur ma peau Et m'emporte dans le matin bleu Respirer la campagne La fraîche rosée Les odeurs du sous-bois Frissonnant Sur mes lèvres Ton