Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Songedusoir

Songedusoir

La songeuse sème sa poésie sur des parchemins aux accents mélancoliques ....Aux quatre vents, la bohémienne sème ses mots d'antan, la songeuse anonyme souffle sur les pétales des fleurs à souvenirs ...

Ses blogs

Le blog de Songedusoir

Le blog de Songedusoir

Ce blog est fait de textes qui n'ont pas la prétention d'être des poèmes, mes textes sont avant tout la représentation de mon affection pour les mots, mon amour pour la poésie..Je vous souhaite une bonne lecture à tous et vous remercie voyageur virtuel, d'avoir pris ce temps pour lire la poésie que m'inspire les mots de mes émotions.... Par ces lignes gravées, j'espère avoir pu partager un sentiment poétique avec vous...Bonne route nomade de l'autre monde....
Songedusoir Songedusoir
Articles : 87
Depuis : 25/06/2009

Articles à découvrir

De la falaise les oiseaux se sont envolés

De la falaise les oiseaux se sont envolés

L'esprit en feu, Le coeur glacé, Immobile sur la falaise, Il respire le vide, Un air chagrin hante sa mémoire, Pas de violons pour l'homme aphone, L'amertume montre les dents, Le trouble ne connaît pas le repos, L'antan négocie de pâles arrêts, Mais tourne dans sa tête Le cortège des lamentations, Pas de consolation au manège des regrets,
L'amour ne connaît pas la mort

L'amour ne connaît pas la mort

Ces hommes, Qui se promenaient , Tristement le long des flots, Avaient ce regard vide de poésie, Les yeux dévorés par le chagrin, Ils erraient sur ces plages perdues, Au petit jour lorsqu'ils se réveillaient, Les infinies vallées étaient silencieuses, Le passé avait gravé ses traces dans la roche, Siècle après siècle la rivière avait cr
Le silence des jours interminables

Le silence des jours interminables

Titre : Le silence des jours interminables Le silence qui pèse, Au dessus de ces souvenirs, Laissés en suspens,... M'accompagne, Lors des jours interminables, Ces jours où la pluie, A revêtu la couleur de ton âme, La grisaille du ciel, N'est qu'est le reflet, De ces troubles qui entachent, L'éclat de ton cœur, Le bleu du ciel, N'aura jamais

Scotch on the rocks

Scotch on the rocks, Il boit sa rengaine, Avale les flammes d'un soleil noir, Savoure l'ivresse de sa tourmente, Noie ses regrets dans les bras d'une bout'elle, Alcool ne guérit pas plaie d'amour, Flêche en plein vol le coeur explosé, Aigle royal connait le vertige de la peur, L'orage va bientôt frapper, Les volets se sont refermés, Des fenêt
On s'endort doucement

On s'endort doucement

Titre : On s'endort doucement J'ai du vague à l'âme, Les pensées embrumées, Le cœur à l'envers, Les yeux loin d'ici, Le temps est blessant, Le vent chavire sur mes sentiments, Tu t'endors doucement, Et défile ma vie endolorie, Face au miroir aux alouettes, Je m'accroche à la moindre parcelle d'air que tu respires, Je fais le bilan de nos ch
Le vieux chêne

Le vieux chêne

" Le vieux chêne " Tes rêves décorent maintenant les murs de son salon, Mais ma muse, en toi brule encore les émotions d'hier, Brûle la magie de ces couchers de soleil pour deux amoureux, Brûle l'amour dans ce coeur que tu as dessiné sur le vieux chêne, Et sur lequel tu as écris pour la vie, Brûle l'envoutement de ces arcs en ciel aux cou
Le diable est passé me voir dans une autre de mes vies...

Le diable est passé me voir dans une autre de mes vies...

Le diable est passé me voir dans une autre de mes vies, En enfer j'ai dansé avec lui sur des braises ardentes, De ses paradis je nourrissais mon sang, De ses larmes je rongeais mes entrailles, Et lorsqu'il riait aux éclats je tremblais d'effroi, Il a recouvert mes nuits d'un vent sombre et inaccessible aux biens-pensants, Seule sur le chemin il
CORPS D'ADULTE

CORPS D'ADULTE

Les cris d'enfants résonnent dans ma tête, Les coups de sifflet ne me sortent pas de ma torpeur, Je reste planté là devant la cour d'école, Je ne peux avancer, par leurs jeux je suis happée, Et je voudrais tant me déshabiller de ce corps d'adulte, Pour avec eux courir au vent en toute liberté, Pour redevenir l'enfant heureux que j'étais, M
Le clown tire sa révérence

Le clown tire sa révérence

L'horizon a revêtu son manteau blanc, Les hirondelles ont repris le chemin de la liberté, Emportant avec elles l'espoir d'une caresse aux matins d'été, Dans leurs chimères les coeurs se sont enfermés, Ils regardent les trains passer sans jamais embarquer, De gare en gare tic-tac, L'intemporel déroule le tapis pour une danse, Sous le vent de
MY SOUL

MY SOUL

J'implore des océans sur nos pages blanches, Déroule une vague de tendresse sur nos matins chagrins, Mais l'air de cette chanson m'obsède, s'entête, m'ensorcelle, M'emporte sur des terres à la beauté inexpliquée, De la douleur et de la soul music dans l'émotion, Quand les violons pleurent nos échecs, Quand cette voix venue du ciel, Chante